Canal des Pangalanes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

22° 48′ 00″ S 47° 50′ 00″ E / -22.8, 47.8333 ()

Pangalanes - 10.jpg

Le canal des Pangalanes est un canal de l'est de Madagascar construit au XXe siècle. Long de 700 kilomètres, il relie Farafangana à Tamatave, ville portuaire constituant son débouché.

Un ouvrage colonial[modifier | modifier le code]

Depuis 1960 et la fin de la décolonisation, Madagascar a tenté de préserver une partie des constructions des colons français, présents six décennies dans le pays et qui lui ont donné des routes, des villes, des ponts et l’un de ses plus beaux ouvrages, le canal des Pangalanes. Bâti à l’origine pour exercer un meilleur contrôle administratif et militaire sur la région, ce canal, construit en 1896 par le général français Galliéni est une voie de 665 km reliant des lacs, des lagunes et des rivières navigables, de Foulpointe à Farafangana.

Sa construction permettait de pallier les problèmes de navigation fréquemment rencontrés par la marine marchande et militaire sur la côte est de l’île de Madagascar : le cabotage y était en effet très dangereux à cause de la présence de récifs, de courants importants et de hautes vagues formées par la rencontre de l’Océan Indien et du continent africain. À cet endroit, épaves et requins se comptent en grand nombre, rendant dangereuse la baignade le long de la côte sud-est, baptisée « la côte des cyclones ».

A travers les marécages sinueux, le canal offrit une voie de transport rapide pour les marchandises ce qui entraîna l’installation de nombreux villages sur ses rives. Après l’époque coloniale, son entretien ne fut pas poursuivi et le canal, creusé dans le sable, s’effondrait régulièrement. La voie d’eau s’est alors rapidement retrouvée envahie par de larges nénuphars, des jacinthes d’eau, couvrant en partie sa surface et rendant laborieuse l’avancée des embarcations. Il sombra pendant 20 ans dans l’oubli, ses ponts et voies ferrées furent laissés à l’abandon.

Le canal aujourd'hui[modifier | modifier le code]

A la fin des années 1980, cet ouvrage connut un sursaut de considération. Le gouvernement malgache entreprit des travaux pour rendre le canal à nouveau navigable, de la gare fluviale de Tamatave à celle de Mananjary, 420 km plus au sud. Si les navires ne peuvent l’emprunter aujourd’hui à cause de l’irrégularité de sa profondeur (due à la rencontre d’affluents chargés de sable qui surélèvent ses fonds par endroits), il profite aux pirogues et autres chalands qui transportent leurs marchandises (paniers tressés de jonc, produits maraîchers, canne à sucre, café, girofle, poivre) entre les villages, parfois sur des embarcations singulières comme la pirogue monoxyle, un tronc d'arbre évidé et propulsé à la pagaie, ou le radeau de bambou, poussé à l’aide d’une perche.

Si le tronçon nord du canal est très fréquenté par les pirogues transportant passagers et provisions en direction du grand port de Toamasina, la partie sud l’est beaucoup moins. Elle est composée d’une succession de petits canaux reliant entre eux des lacs à la végétation abondante (Ampitabe, Amkaninny Nafy) et où pousse l’arbre phare de Madagascar, Ravinola, « l'arbre à voyageur », symbole du pays, facilement reconnaissable à ses feuilles en éventail. Le long des canaux se trouvent des villages isolés, faits de cases traditionnelles sur pilotis ou en torchis. Ses habitants vivent en grande partie grâce à la voie d’eau en vendant du poisson et des produits artisanaux aux bateaux de passage. Les bateliers font le lien entre ces différentes communautés et les villes, assurant la livraison de colis et provisions aux habitants des berges, honorant des commandes passées oralement lors de leur précédent passage, parfois plusieurs semaines auparavant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]