Bataille de Pustertal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Pustertal
Informations générales
Date 8 novembre 1809
Lieu Val Pusteria
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français
Flag of the Napoleonic Kingdom of Italy.svg Royaume d'Italie
Tirol Dienstflagge (Variation).png Tyrol
Commandants
Louis Baraguey d'Hilliers
Jean-Baptiste Dominique Rusca
Antoine Marc Augustin Bertoletti
Philippe Eustache Louis Severoli
• Peter Mayr
• Johann von Kolb
Forces en présence
12 000 hommes
Pertes
31 morts
134 blessés[1]
Cinquième coalition
Batailles
Campagne d'Allemagne et d'Autriche

Sacile · Teugen-Hausen · Raszyn · Abensberg · Landshut · Eckmühl · Ratisbonne · Neumarkt (en) · Radzymin (en) · Caldiero (en) · Dalmatie (en) · Ebersberg · Piave · Malborghetto (en) · Linz (en) · Essling · St-Michel (en) · Stralsund (en) · Raab · Gratz · Wagram · Korneuburg (en) · Gefrees (en) · Schöngrabern (en) · Znaïm · Ölper (en)


Traité de Schönbrunn

Batailles navales
Martinique · Sables-d'Olonne · Île d'Aix · Walcheren · Grand Port · Lissa · Pelagosa


Campagne d'Espagne


Rébellion du Tyrol
Axams · Sterzing · Innsbrück · Kufstein · Volano · Lofer · Waidring · Wörgl · Strass im Zillertal · 1re Bergisel · 2e Bergisel · Franzensfeste · Pontlatzer Brücke · 3e Bergisel · Unken · Lueg · Hallein · Melleck · 4e Bergisel · Pustertal · Meran · Sankt Leonhard in Passeier

Coordonnées 46° 44′ N 12° 13′ E / 46.733333333333, 12.216666666667 ()46° 44′ Nord 12° 13′ Est / 46.733333333333, 12.216666666667 ()  

Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige

(Voir situation sur carte : Trentin-Haut-Adige)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Pustertal.

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Pustertal.

La bataille de Pustertal se déroula lors de la rébellion tyrolienne de 1809.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 8 novembre, les Tyroliens tentent une attaque contre l'avant-garde franco-italienne mais sont repoussés[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Journal des sciences militaires, Volume 2,p.499
  2. Jean Sévillia, Le chouan du Tyrol, Andreas Hofer, p.205-206.