Bataille de Pustertal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Pustertal
Informations générales
Date 8 novembre 1809
Lieu Val Pusteria
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Tirol Dienstflagge (Variation).png Tyrol
Commandants
Louis Baraguey d'Hilliers
Jean-Baptiste Dominique Rusca
Antoine Marc Augustin Bertoletti
Philippe Eustache Louis Severoli
• Peter Mayr
• Johann von Kolb
Forces en présence
12 000 hommes
Pertes
31 morts
134 blessés[1]
Cinquième Coalition
Batailles
Campagne d'Allemagne et d'Autriche

Sacile · Teugen-Hausen · Raszyn · Abensberg · Landshut · Eckmühl · Ratisbonne · Neumarkt (en) · Radzymin (en) · Caldiero (en) · Dalmatie · Ebersberg · Piave · Malborghetto (en) · Linz (en) · Essling · St-Michel (en) · Stralsund (en) · Raab · Gratz · Wagram · Korneuburg (en) · Gefrees (en) · Schöngrabern (en) · Znaïm · Ölper (en)


Traité de Schönbrunn

Batailles navales
Martinique · Sables-d'Olonne · Île d'Aix · Walcheren · Grand Port · Lissa · Pelagosa


Campagne d'Espagne


Rébellion du Tyrol
Axams · Sterzing · Innsbrück · Kufstein · Volano · Lofer · Waidring · Wörgl · Strass im Zillertal · 1re Bergisel · 2e Bergisel · Franzensfeste · Pontlatzer Brücke · 3e Bergisel · Unken · Lueg · Hallein · Melleck · 4e Bergisel · Pustertal · Meran · Sankt Leonhard in Passeier

Coordonnées 46° 44′ N 12° 13′ E / 46.733333333333, 12.21666666666746° 44′ Nord 12° 13′ Est / 46.733333333333, 12.216666666667  

Géolocalisation sur la carte : Trentin-Haut-Adige

(Voir situation sur carte : Trentin-Haut-Adige)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Pustertal.

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Pustertal.

La bataille de Pustertal se déroula lors de la rébellion tyrolienne de 1809.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 8 novembre, les Tyroliens tentent une attaque contre l'avant-garde franco-italienne mais sont repoussés[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal des sciences militaires, Volume 2,p.499
  2. Jean Sévillia, Le chouan du Tyrol, Andreas Hofer, p.205-206.