Bao Zheng

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bao.

Bao Zheng

alt=Description de l'image BaoZheng_detail.jpg.
Alias
Bao Gong
Naissance 999
Feidong
Décès 1062
Kaifeng
Nationalité chinoise
Pays de résidence Chine
Profession
juge, ministre

Bao Zheng (chinois : 包拯 ) est un fonctionnaire (ou mandarin, combinant les fonctions d'administrateur et de juge) de la dynastie Song. Également connu sous le nom de Bao Gong (chinois 包公, « Seigneur Bao »), il est célèbre pour son intégrité et son respect des lois, d'où son autre surnom de Bao Qingtian (chinois 包青天, « Bao l'Intègre »[1]). En français il est plus connu sous l’appellation de Juge Bao.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon Song Shi, Bao Zheng est né dans une famille de savant à Hefei, province de l'Anhui. À l'âge de 29 ans, il a passé l'examen impérial et est devenu Jinshi, le plus haut grade.

Après avoir passé l'examen impérial en 1027, Bao décida de différer sa carrière officielle pendant 10 ans afin de prendre soin de ses parents âgés et à observer fidèlement les rites de deuil propres après leur mort. De 1037 jusqu'à sa mort en 1062, Bao a successivement occupé plusieurs bureaux à la cour impériale et dans des lieux de province.

De son vivant, Bao était réputé pour sa piété filiale, son attitude sévère, et son intolérance à l'injustice et la corruption. En raison de sa renommée et la force de sa réputation, le nom de Bao est devenu synonyme de "fonctionnaire honnête et droit" idéalisé (qing guan 清官) en Chine, et s'est rapidement devenu un sujet populaire du début du drame vernaculaire et la littérature. Bao a également été associé au dieu Yanluo (Yama) et la bureaucratie céleste du Taishan, en raison de sa prétendue capacité à juger des affaires dans l'au-delà aussi bien qu'il les jugeait dans le domaine de la vie.

Bao avait trois femmes, Lady Zheng, Lady Dong et Lady Sun[réf. nécessaire]. Il avait un fils, Bao Ye (包繶), et un fils adoptif, Bao Suo (包绶). Bao aurait dit à sa famille :

« Si un de mes descendants succombe à la corruption en tant que fonctionnaire, il ne doit pas être autorisé à revenir à la maison, ni enterré dans le lieu de sépulture de la famille. Celui qui ne partage pas mes valeurs n'est pas mon descendant. »

— Bao Zheng

Son lieu de sépulture à Hefei contient sa tombe avec les tombes des membres de la famille et un temple commémoratif. Il a été construit en 1066.

Dans la religion populaire[modifier | modifier le code]

La religion populaire en fait parfois un juge des enfers.

Dans la littérature et le théâtre chinois[modifier | modifier le code]

Le juge Bao dans l'opéra de Pékin.

À l'opéra, Bao Gong porte un maquillage noir, avec un croissant de lune sur le front. Le noir est la couleur du fer, symbole d'incorruptibilité, et l'un des surnoms du juge est « visage de fer ». La lune est yin, tout comme les Enfers, et rappelle que Bao Gong a le pouvoir de descendre dans les Enfers en rêve et d'y mener des interrogatoires de victimes ou de témoins. L'inflexibilité dans son application de la justice, même envers les puissants, est l'une des caractéristiques du juge Bao. Une autre est sa puissance de raisonnement et son intuition hors du commun. Ainsi, comme il ne fait jamais d'erreur, il est donc un dieu. Une dernière caractéristique est sa relation avec le surnaturel. Plusieurs cas¨d'affaires criminelles sont résolus par le juge Bao grâce à un rêve[2].

Les histoires mettant en scène le juge Bao les plus illustres sont celles de Chen Shimei (en) et celle du Chat échangé contre le dauphin. L'histoire de Chen Chimei, connue aussi sous le nom de son épouse Qin Xianglian, existait déjà sous forme d'opéra au xiie siècle (version aujourd'hui perdue). Elle a par la suite été reprise dans de nombreux styles d'opéra, du zaju à l'opéra de Pékin. Histoire populaire, elle n'a été mise par écrit qu'au xxe siècle. La trame est celle d'une infidélité amoureuse. Un lettré, Chen Chimei, devient le gendre de l'empereur alors qu'il a déjà une épouse, Qin Xianglian. Quand Qin Xianglian veut faire reconnaître ses droits, il tente de la chasser et d'étouffer le scandale. Le juge Bao finit par le faire exécuter[3],[2].

Dans Le Chat échangé contre le dauphin, la première de deux concubines qui donnera un héritier à l'empereur deviendra impératrice. Quand l'une donne naissance à un fils, la seconde remplace l'enfant par le cadavre d'un chat. La mère est chassée de la cour pour avoir donné naissance à un monstre. De son côté, l'enfant échappe à la mort et est élevé par un oncle de l'empereur au courant de la vérité. Les circonstances font que l'enfant finit par devenir lui-même empereur. Le juge Bao intervient pour révéler la vérité sur sa véritable origine et rendre la justice. L'empereur est à la fois coupable d'avoir manqué aux devoirs envers sa mère, et innocent, puisqu'il n'était au courant de rien. Il est puni symboliquement : ce sont ses vêtements qui sont bastonnés[2].

Illustration pour Le Cercle de craie.

Dans le théâtre de style zaju de la dynastie des Yuan (1279-1367), les pièces judiciaires constituent une partie importante du répertoire. Parmi celle-ci, les pièces du genre des « fonctionnaires intègres » (qingguan ji) mettent parfois en scène le juge Bao. C'est la cas de deux pièces de Guan Hanqing, Lu Zhailang et Le Rêve aux papillons. Le juge Bao est aussi mis en scène dans Le Cercle de craie, pièce de Li Qianfu, qui a inspiré Le Cercle de craie caucasien à Bertolt Brecht, dans un cas similaire à celui du Jugement de Salomon. La pièce anonyme Le Spectre de l'écuelle (Pen'r gui) est aussi remarquable : le cas soumis au juge Bao est celui d'une écuelle, servant de pot de chambre, et qui parle, le corps de la victime ayant été jeté par ses assassins dans un four à poterie[4],[2].

Télévision[modifier | modifier le code]

Plusieurs séries télévisées racontent les aventures de Bao ; c'est notamment le cas de Bao Qing Tian, une série chinoise réalisée en 1993 et 1994.

Traductions[modifier | modifier le code]

Dès 1839, Théodore Pavie, sinologue français, reprenait une des enquêtes du juge Bao dans un « Choix de contes et nouvelles » traditionnels chinois.

En 1997, les Éditions en langues étrangères de Pékin ont publié la traduction de huit histoires du juge Bao par un nommé Hu Ben ; le recueil est intitulé « Un Chat pour Prince ».

En 2005 Rebecca Peyrelon-Wang a partiellement traduit aux Éditions You Feng Sept héros et cinq galants (XIXe siècle), qui est plutôt un roman de cape et d’épée qu’une enquête policière, avec le juge Bao à la tête d’une troupe de redresseurs de torts. La série a été interrompue après deux épisodes.

Œuvres inspirées des aventures du juge Bao, adaptations[modifier | modifier le code]

Puis le roman Sept héros et cinq galants et le juge Bao ont inspiré les auteurs de bande dessinée Patrick Marty et Chongrui Nie qui lui ont consacré une hexalogie (série de six volumes), dont cinq volumes sont déjà parus.

En mars 2012, l'écrivain français Frédéric Lenormand, déjà l'auteur des Nouvelles Enquêtes du juge Ti (éditions Fayard, 18 tomes parus, 2004-2011), a publié aux éditions Philippe Picquier « Un Thé chez Confucius », premier tome d'une nouvelle série intitulée Les Enquêtes du juge Bao.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon la traduction des expressions 公 et 青天 par le dictionnaire Grand Ricci
  2. a, b, c et d Pimpaneau 1999, p. 73-77
  3. Jacques Pimpaneau, Chine. Histoire de la littérature, Philippe Picquier, 1989, rééd. 2004, p. 391-395.
  4. Roger Darrobers, Le Théâtre chinois, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1995, p. 17-18 et 22

Sources audio[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Pimpaneau, Chine. Mythes et dieux, Philippe Picquier,‎ 1999 (1re éd. 1995)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]