Ariocarpus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ariocarpus est un genre de la famille des cactus composé de 8 espèces. Le nom vient du grec ancien « aria » (une espèce de chêne) et « carpos » (=fruit) en raison de la ressemblance des fruits en forme de gland des deux genres.

Elle est originaire des collines calcaires du Rio Grande dans le sud du Texas et le nord et le centre du Mexique à des expositions à fort ensoleillement.

C'est une espèce désertique rare.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Synonymes[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Elle se présente comme une espèce semi enterrée qui se prolonge par une grosse racine pivotante.

La partie aérienne est de forme aplatie avec un diamètre de l'ordre de 12 cm de diamètre et des tubercules triangulaires imbriqués avec des rides transversales. La plante est totalement sans épine et de couleur grise. Elle se confond dans son environnement.

Dans la nature, on peut la piétiner sans la remarquer et sans lui faire le moindre mal [1]

Le centre de la plante contient une structure laineuse d'où émergent de grandes fleurs roses ou jaunes, mais seulement après plusieurs années.

La plante contient contient des alcaloïdes amers et toxiques tels que l'hordénine qui la protège de l'appétit des herbivores.

Mode de culture[modifier | modifier le code]

La plante est de culture difficile et de croissance très lente.

Elle ne supporte ni l'humidité, ni l'humus dans le sol. Elle exige un sol léger avec du gravier, du sable et du charbon de bois pulvérisé. Elle ne supporte pas les arrosages dans la rosette, ni les excès d'arrosages. Elle profite d'arrosages en été à condition d'être dans une exposition très ensoleillée. Elle a besoin d'un long repos hivernal totalement au sec avec une température de l'ordre de 12 °C.

Il se reproduit par semis, mais difficilement.

Elle gagne à être greffée sur Echinopsis ou Eriocereus pour accélérer la croissance, limiter les risques de pertes liées à l'humidité et obtenir des floraisons plus abondantes et en moins de temps.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gordon Rowley, Encyclopédie des cactus et autres plantes grasses, Bruxelles, Elsevier séquoia,‎ 1978, p. 198 p. (ISBN 2-8003-0315-8)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Innes C, Wall B (1995). Cacti Succulents and Bromaliads. Cassell & The Royal Horticultural Society.
  • Edward F. Anderson : "The Cactus Family" (2001)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :