Arico

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arico
Blason de Arico
Héraldique
Drapeau de Arico
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Canaries Îles Canaries
Province Province de Santa Cruz de Ténérife Province de Santa Cruz de Ténérife
Maire
Mandat
Eladio Morales Borges (CC)
2009
Code postal 38580
Démographie
Population 7 850 hab. (2009)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 28° 09′ N 16° 30′ O / 28.15, -16.5 ()28° 09′ Nord 16° 30′ Ouest / 28.15, -16.5 ()  
Altitude 525 m
Superficie 17 876 ha = 178,76 km2
Localisation
Localisation de Arico

Géolocalisation sur la carte : Îles Canaries

Voir sur la carte Îles Canaries administrative
City locator 14.svg
Arico

Arico est une commune (município) du sud-est de Tenerife de plus de 7 500 habitants. Elle est reliée à Santa Cruz de Tenerife par l'autoroute TF-1 et par la vieille route Santa Cruz de Tenerife - Adeje. La zone côtière est longue de 17 km et les températures moyennes oscillent entre 17 et 26 °C au niveau de la mer. Les communes voisines sont Arafo au nord-est, Granadilla de Abona au sud-ouest et La Orotava au nord. La mairie est située dans la localité de Villa de Arico. Les autres hameaux qui font partie de la commune sont: Arico Nuevo, Arico Viejo, Abades, La Jaca, Tajao et Poris de Abona.

La commune d'Arico a une superficie de 179,16 km2 avec un dénivelé de 0 à 2 529 m (le sommet de la commune est la Montanja de la Grieta).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Sanatorio de Abona[modifier | modifier le code]

La lèpre fut pendant longtemps un problème majeur sur l’île. La première station de lépreux fut établie dans le nord. Jusqu’à la construction d’un crématoire, les cadavres étaient jetés à la mer près du port de Santa Cruz.

En 1943 un village entier destiné aux lépreux, le Sanatorio de Abona fut construit dans une zone vide d’habitants, sur la colline qui surplombe l’actuel village d’Abades. On bâtit aussi un hôpital, plusieurs bâtiments d’habitation et administratifs, un crématoire, et une grande église surmontée d’une immense croix, architecture monumentale typique de la période de Franco, très visible depuis l’autoroute TF-1.

La découverte de nouveaux traitements permit d’éradiquer la lèpre des îles Canaries, et les travaux furent interrompus avant l’achèvement du projet, laissant en place un village fantôme. Utilisé comme terrain d’entraînement au combat de ville par l’armée espagnole, le village entier a été vendu en 2002 à un particulier pour un projet immobilier qui n’a pas vu le jour.

Un développement récent[modifier | modifier le code]

Les anciens villages de cette partie très sèche de l’île étaient tous dans les hauteurs, à la limite de la forêt, où l’eau potable était disponible, le plus souvent grâce à de profondes galeries creusées dans la montagne. L’ancienne route principale serpentait à flanc de coteau et reliait les villages entre eux. L’inauguration de l’aéroport sud TFS Reina Sofia tout proche et de l’autoroute TF-1 en 1978 donna le coup d’envoi du développement de cette région.

Les guanches[modifier | modifier le code]

En 1997 on a retrouvé des tombes de l'époque des Guanches près du petit port de Poris de Abona, à proximité d'Arico.

Économie[modifier | modifier le code]

Les activités principales sont l'agriculture et le tourisme, rural ou balnéaire (notamment des nombreux retraités allemands). De nombreux sentiers de randonnée serpentent dans les montagnes et près de la côte. Arico est un point réputé de l'île pour l'escalade en montagne et la plongée sous-marine.

Population[modifier | modifier le code]

La plage d’Abades
Année Population Densité de population
1991 4.567 -
1996 5.064 -
2001 5.824 32,5 Hab./km²
2002 6.653 -
2003 6.928 38,8 Hab./km²
2004 7.005 39,1 Hab./km²
2005 7.159 40,0 Hab./km²
2006 7.104 39,7 Hab./km²
2007 7.565 42.2 Hab./km²
2009 7.850 43.91 Hab./km²

Sources[modifier | modifier le code]