Anthony Woodville (2e comte Rivers)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anthony Woodville

Naissance vers 1440
Décès 25 juin 1483
château de Pontefract
Nationalité Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Pays de résidence Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Activité principale courtisan
Ascendants

Anthony Woodville (né vers 1440 – décapité le 25 juin 1483 au château de Pontefract), 2e comte Rivers, est un courtisan et écrivain anglais. Frère de la reine, il fut arrêté peu après la mort d'Édouard IV par son rival, le duc de Gloucester, alors qu'il tentait de ramener sain et sauf le prince héritier à la cour.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils aîné de Richard Woodville, 1er comte Rivers († 1469), et de Jacquette de Luxembourg. Il fut d'abord comme son père au service des Lancastre, pour qui il combattit à la Bataille de Towton, mais bientôt père et fils passèrent au service des York et de leur champion, Édouard IV. Après la défaite à Edgecote Moor, le 26 juillet 1469, Richard Woodville et son fils cadet John furent faits prisonniers à Chepstow. Jugés sommairement, ils furent décapités à Kenilworth le 12 août 1469, laissant Anthony unique héritier du comté.

Avec le mariage de sa sœur Élisabeth avec le nouveau souverain, Édouard IV, Rivers devint l'un des favoris à la cour et fut ordonné chevalier de l’Ordre de la Jarretière. Il se tailla une réputation de champion dans les tournois, défiant même Antoine de Bourgogne dans une joute sur deux jours[1]. Il accompagna le roi en exil en 1470, et fut de nouveau à ses côtés pour la reconquête du trône l'année suivante. Il reçut une blessure à la Bataille de Barnet.

Il avait épousé la baronne Élisabeth de Scales, fille d'un célèbre capitaine de la guerre de Cent ans, Thomas de Scales, et veuve de Henry Bourchier, le fils benjamin du comte d’Essex. À la mort de sa femme (1473), il fut appelé au Parlement d'Angleterre en tant que baron de Scales. Il épousa par la suite Mary, fille de Henry Fitz-Lewis, mais ses deux mariages restèrent stériles.

Ayant retrouvé son trône, le roi Édouard IV le nomma en 1473 précepteur du prince de Galles, et Haut Sheriff à vie de Caernarvonshire. Rivers accompagna le prince de Galles au château de Ludlow. Il exerçait les fonctions de juge suprême pour tout le Pays de Galles. Rivers, prévenu en secret de la mort soudaine du roi en 1483, reçut de sa sœur l'ordre de ramener sous garde armée le Prince de Galles à Londres, mais il fut arrêté en route, ainsi que son neveu Richard Grey, par le duc Richard de Gloucester[2]. Les deux hommes furent emprisonnés puis décapités au château de Pontefract le 25 juin 1483, ces exécutions marquant le début de l'accession au trône du duc de Gloucester (le futur Richard III).

Le lettré[modifier | modifier le code]

Rivers était bilingue, et connaissait sans doute parfaitement le français par sa mère. Il fit connaissance avec le premier imprimeur anglais, William Caxton lors de l'exil du roi à Bruges, et c'est là qu'en 1475-6 Caxton publia Cordyale, or Four last thinges, une traduction faite par Rivers des Quattres choses derrenieres de Jean Miélot, ouvrage qui était lui-même une traduction du Cordiale quattuor novissimorum de Gerard van Vliederhoven. À leur retour en Angleterre, en 1477, Caxton publia à Westminster le premier livre jamais imprimé sur le sol anglais, une traduction par Rivers des Dits moraux des philosophes de Guillaume de Tignonville[3]. La bibliothèque du Palais de Lambeth détient une illustration manuscrite où l'on voit Rivers présenter un exemplaire de son livre au roi Édouard IV.

Le successeur d'Anthony à la tête du comté fut son frère, Richard Woodville.

Il a eu aussi pour descendants les comtes de Rivière de Corsac qui se fixèrent en Gévaudan (Lozère) cette famille s'éteignit en 1756 dans les Florit de la Tour de Clamouse famille de la même région ;cette dernière s'est éteinte en 1912 dans les comtes de Gourcy-Récicourt de Chapelain encore représentés[4].

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. TimeRef - Medieval
  2. D'après Alexander Chalmers, The General Biographical Dictionary, vol. 32, Nichols and Son,‎ 1812-1817 (lire en ligne), p. 351
  3. Cf. extraits du catalogue « Printing in England from William Caxton to Christopher Barker » de l’exposition consacrée à W. Caxon de novembre 1976 à avril 1977
  4. Cf Armorial du Gévaudan Vte de lescure