Jean Miélot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Mielot

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Mielot composant son recueil des « Miracles de Notre Dame. » Le décor est sans doute la bibliothèque du duc de Bourgogne.

Activités secrétaire particulier, traducteur, enlumineur
Naissance inconnue
Gueschard (auj. Abbeville)
Décès 1472
Langue d'écriture Ancien français
Genres essai

Jehan Miélot (né à Abbeville vers 1420, mort en 1472) est un prêtre, écrivain, traducteur, et enlumineur, qui fut secrétaire particulier des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire[1]. À la mort du duc Philippe, en 1468, il fit fonction de chapelain auprès de Louis de Luxembourg[2]. Il était surtout chargé de la composition de livres enluminés pour la bibliothèque du duc Philippe. Il traduisit du latin et de l'italien en français de nombreux ouvrages, tant religieux que profanes, tout en composant ses propres écrits (poèmes et essais) et en compilant des recueils. L'ensemble de sa production pour le compte du duc de Bourgogne s'apprécie à 22 ouvrages[3], dont les exemplaires furent très tôt dispersés dans les divers ateliers d'imprimeur d'Europe : la plupart ont été imprimés dans les années suivant sa mort, et ils ont par là exercé une influence certaine sur le développement de la prose de langue française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Miélot offre sa traduction du Traité sur l'oraison dominicale à Philippe le Bon, duc de Bourgogne. Miniature de Jean le Tavernier, 1454-7, Bruxelles.

On sait peu de choses sur la vie de Miélot. Il est né à Gueschard, entre Abbeville et Hesdin, dans l'actuel département de la Somme, terre qui devint bourguignonne en 1435[4]. Il se fit remarquer de la cour ducale pour sa traduction en français du Speculum humanae salvationis (1448), et se vit proposer de travailler pour le duc Philippe. Outre une pension de la cour, il reçut le bénéfice de chanoine de Saint-Pierre de Lille en 1453, et le conserva jusqu'à sa mort en 1472, puisqu'il fut inhumé avec ce titre dans cette église. Il n'en était toutefois pas résident[5]. En tant que prêtre et courtisan, il était exempt du règlement de la corporation des enlumineurs, ce qui représentait certainement un avantage considérable[6]. Une miniature très réaliste du manuscrit de Bruxelles suggère qu'il bénéficiait d'un logement dans le palais ducal[7], et qu'il employait un atelier de copistes à Lille. À l'issue du Banquet du faisan (1454), où l'enthousiasme pour les Croisades s'était réveillé à la cour de Bourgogne, le duc créa des commissions chargées de traduire tous les livres et récits de voyages vers la Terre Sainte.

Grâce à l'engouement de la cour princière de Bourgogne pour l'art de l'enluminure, nous disposons d'un nombre de portraits de Miélot plutôt inhabituel pour un roturier : on le voit sur plusieurs miniatures faire don de divers ouvrages au duc ou à un autre mécène, le plus souvent avec des traits biens reconnaissables : sans doute Miélot était-il bien connu des enlumineurs, comme autorité incontournable lorsqu'il s'agissait d'obtenir une commande du prince. Miélot est représenté dans des ouvrages dont il est l'auteur - au double sens du terme : en tant qu'auteur et en tant que compositeur du manuscrit[8].

Bibliophile, Philippe le Bon employait une armée de copistes et d'enlumineurs, à la tête desquels il avait placé Miélot (cf. également David Aubert). Les traductions du chanoine picard étaient d'abord rédigées au brouillon (que lui-même appelait « minute »), avec des esquisses d’images et des lettres enluminées. Si le duc, après lecture publique devant la cour, en approuvait l'exécution, alors on entreprenait la composition d’un manuscrit de luxe sur pur velin pour la bibliothèque ducale, avec mise au net des enluminures. Les minutes de Miélot pour son Miroir de l'Humaine Salvation sont conservées à la Bibliothèque Royale Albert Ier de Bruxelles ; on peut y voir deux autoportraits de l'auteur vêtu d'habits de cour[9]. Le portrait où, un an plus tard, il dédie au duc La controverse de noblesse, le montre portant la tonsure[10]. Ses planches illustrées sont d'une belle composition, sans toutefois atteindre au niveau des autres manuscrits composés par des enlumineurs professionnels de la cour ; la calligraphie de ses manuscrits, au contraire, est en lettres gothiques d'un soin remarquable, et les paléographes reconnaissent aisément sa manière.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Autre portrait de Miélot à l’écritoire (Bibl. Royale de Bruxelles, détail)[11].

Traductions[modifier | modifier le code]

  • La « lettre à son frère Quintus » de Cicéron sur les devoirs d'un gouverneur : Philippe l'offrit à son fils, Charles le Téméraire ;
  • Romuleon de Benvenuto da Imola, une histoire de la Rome Antique[12], dont il nous reste six manuscrits témoins. Comme les autres ouvrages cités ci-après, il s'agit d'un « miroir des princes », ouvrage édifiant consacré au bon gouvernement des princes et destiné aux courtisans[13]. L'exemplaire de la bibliothèque de Philippe le Bon a été recopié par Colard Mansion, qui devint plus tard le premier imprimeur de livres en langue française ;
  • Vie et miracles de Saint Joss ;
  • La controverse de noblesse (traduction du De nobilitate (1429) de Bonnaccursius de Montemagno qui annonce déjà par ses idées Le Livre du courtisan de Castiglione) et Le Débat d'honneur de l’Italien Giovanni Aurispa (inspiré par le XIIe dialogue des morts de Lucien : Comparatio Hannibalis, Scipionis et Alexandri) nous ont été conservés par quatorze manuscrits, et furent imprimés dès 1475 par Colard Mansion à Bruges[14].
  • Traité sur l’Oraison Dominicale
  • Miroir de l'âme pécheresse, traduction du Speculum aureum animæ peccatricis.
  • Les quattres choses derrenieres, traduction du Cordiale quattuor novissimorum, fut imprimé à Bruges par William Caxton et Colard Mansion vers 1475. Caxton donna par la suite une édition imprimée de la traduction qu'en fit le comte Anthony Woodville.
  • Advis directif pour faire le passage d’oultre-mer - une manière de guide de voyage vers la Terre-Sainte.
  • La Vie de sainte Catherine d'Alexandrie, qui sera imprimé par la suite. Les deux seuls exemplaires enluminés connus sont celui du duc Philippe de Bourgogne (désormais conservé à la BnF) et celui composé par Simon Marmion pour Marguerite d'York[15].
  • Le Secret des secrets, du Pseudo-Aristote, est un ouvrage édifiant dans la veine de la Cyropédie, où l'on voit Aristote conseiller le jeune Alexandre le Grand. Connu d'abord par une tradition orientale, cet ouvrage avait été traduit en latin au Moyen Âge[16].

Essais[modifier | modifier le code]

La plupart de ses œuvres sont des recueils ou des adaptations d'auteurs plus anciens.

  • Le Miroir de l'Humaine Salvation, une des nombreuses versions en français du Speculum humanae salvationis[17]
  • Miracles de Nostre Dame, son principal recueil.
  • Une adaptation de l’Epistre Othéa de Christine de Pisan et de la Généalogie des dieux des païens de Boccace.
  • Ses carnets de notes ont été conservés à la BnF (Ms. fr. 17001, la reliure n'étant sans doute pas d'origine) : on y trouve des brouillons de traduction, des dessins et des ébauches de lettrines, ainsi que des poèmes, dont certains ont dû être des pièces de circonstance. Leur intérêt est davantage historique que littéraire. Il comporte aussi un dessin de labyrinthe avec un motif littéral où l'on reconnaît l'anagramme MIELOT[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son nom était parfois orthographié « Miellot » aux XVIIIe et XIXe siècles.
  2. Cf. H. Wijsman, Le connétable et le chanoine (2009) ; et Wilson & Wilson, A Mediæval Mirror (Berkeley, 1984), p.59
  3. Catholic Encyclopedia
  4. Cette terre fut cédée par le roi de France au Traité d'Arras (1435). Gueschard était encore qualifiée de commune en 1854, mais fut intégrée à Abbeville par la suite.
  5. D'après Wilson & Wilson, op. cit., p.59, bien que la notice des ARchives sur la LIttérature au Moyen Âge le signalent comme chanoîne dès 1452.
  6. Cf. T Kren & S McKendrick, Illuminating the Renaissance - The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe (2003), p. 19
  7. Cf. fol. 10r° du MS 9278, bibliothèque royale de Bruxelles reproduit ci-contre
  8. Ici deux autres portraits de Miélot
  9. Wilson & Wilson, op. cit., pp.50-60. Ces portraits sont pp. 51 et 56
  10. Frontispice aux Chroniques de Hainaut: Introduction à la Bourgogne des princes de Valois, dans la partie du bas de l'illustration.
  11. C. le lien dans § « Voir également ».
  12. Cité par Craig Kallendorf, A Companion to the Classical Tradition, Blackwell Publishing,‎ 2007 (ISBN 1-4051-2294-3), p. 24
  13. Humanism and Good Governance, article de Christine Raynaud, in Fifteenth-century Studies, 1998
  14. Princes and Princely Culture, 1450-1650, pp.75-77 Arjo Vanderjagt, 2003, Brill
  15. T Kren & S McKendrick, op. cit. 116 and 182
  16. T Kren & S McKendrick, op. cit., p. 245
  17. MS conservé à Glasgow et exemplaire enluminé, avec miniature de présentation
  18. Wilson & Wilson, pp. 66-71

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Reconstitution de la « position de scribe » adoptée par Miélot, d'après un portrait conservé à Bruxelles.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Delsaux, Frédéric Duval, Hanno Wijsman et al., Le moyen français, vol. 67,‎ 2010, viii + 202 p. p., « Jean Miélot », p. 157-202
  • Sylvie Lefèvre (dir.), Dictionnaire des lettres françaises: le Moyen Âge, Paris, éditions Fayard,‎ 1992 (réimpr. 1994), « Jean Miélot », p. 819-820.
  • Paul Perdrizet, « Jean Miélot, l'un des traducteurs de Philippe le Bon », Revue d'histoire littéraire, no 14,‎ 1907, p. 472-482
  • P. Schandel (dir.), À l’euvre congnoist-on l’ouvrier. Labyrinthes, jeux d'esprit et rébus chez Jean Miélot », Quand la peinture était dans les livres., Paris, Bibliothèque nationale de France, Brepols, coll. « Ars nova »,‎ 2007, p. 295-302.
  • Anne Schoysman, « Les prologues de Jean Miélot in Actes du IIe Coll. Int. Litt. en moyen français (Milan, 8-10 mai 2000) », L'analisi linguistica et letteraria, vol. 8, no 1-2,‎ 2000, p. 315-328.
  • Anne Schoysman (dir.), L'écrit et le manuscrit à la fin du Moyen Âge, Turnhout, Brepols, coll. « Texte, codex et contexte »,‎ 2006, « Le statut des auteurs « compilés » par Jean Miélot », p. 303-314.
  • Hanno Wijsman, Le connétable et le chanoine. Les ambitions bibliophiliques de Louis de Luxembourg au regard des manuscrits autographes de Jean Miélot, R. Adam et A. Marchandisse, coll. « Archives et bibliothèques de Belgique »,‎ 2009, p. 119-150.
  • T Kren & S McKendrick (eds), Illuminating the Renaissance - The Triumph of Flemish Manuscript Painting in Europe,‎ 2003 (ISBN 1-03397-328-7[à vérifier : isbn invalide])
  • Wilson, Adrian, and Joyce Lancaster Wilson. A Medieval Mirror. Berkeley: University of California Press, 1984.