Jacquette de Luxembourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacquette de Luxembourg (1415/1416 - 30 mai 1472) est la fille ainée de Pierre Ier, comte de Saint-Pol, Conversano et Brienne et de son épouse Marguerite de Baux (Margherita del Balzo d'Andria). Elle est la mère d'Élisabeth Woodville, épouse du roi Édouard IV d'Angleterre.

Famille et ascendance[modifier | modifier le code]

Son père Pierre Ier de Luxembourg, comte de Saint-Pol est aussi comte héréditaire de Brienne de 1397 jusqu'à sa mort en 1433.

Pierre a succédé à son père Jean de Luxembourg, et à sa mère Marguerite d'Enghien. Ils ont co-régné comme comte et comtesse de Brienne de 1394 jusqu'à la mort de Marguerite, en 1397. Jean est le descendant de Waléran Ier de Luxembourg-Ligny, seigneur de Ligny, second fils d'Henri V de Luxembourg et de Marguerite de Bar. Cette branche cadette de la maison de Luxembourg règne en Ligny-en-Barrois.

La mère de Jacquette, Margherita del Balzo, est une fille de François de Baux, duc d'Andria et de Sueva Orsini. Sueva est la fille de Nicolas Orsini, duc de Nola (27 août 1331 - 14 février 1399) et de Jeanne de Sabran. Nicola Orsini est lui-même le fils de Robert Orsini, duc de Nola (1295–1345) et de Sibilla del Balzo. Sibilla est la fille d'Hugues de Baux, grand sénéchal du royaume de Naples, tandis que Robert Orsini est le fils de Romain Orsini, vicaire royal de Rome et d'Anastasie de Montfort, elle-même étant la fille ainée et héritière de Guy de Montfort, comte de Nola, et de Margherita Aldobrandeschi. Guy de Montfort est le fils de Simon V de Montfort et Aliénor d'Angleterre, fille cadette du roi Jean d'Angleterre et de son épouse Isabelle d'Angoulême. Jacquette est ainsi descendante de Jean, et donc lointainement liée aux rois d'Angleterre, descendants du roi Jean.

Premier mariage[modifier | modifier le code]

Le 22 avril 1433 à 17 ans, Jacquette se marie à Jean de Lancastre, duc de Bedford, à Thérouanne. Le duc est le troisième fils du roi Henri IV d'Angleterre et Marie de Bohun.

Jacquette est la cousine de Sigismond de Luxembourg, empereur du Saint-Empire romain et roi de Bohême et de Hongrie. Le mariage a pour but de renforcer les liens du Royaume d'Angleterre avec le Saint-Empire romain germanique et d'accroître l'influence anglaise dans les affaires de l'Europe continentale.

Le mariage reste sans enfants, et le duc meurt le 15 septembre 1435 à Rouen.

Deuxième mariage[modifier | modifier le code]

Sir Richard Woodville, fils de sir Richard Wydevill, le chambellan du duc, est chargé par Henri VI d'Angleterre d'amener la jeune veuve en Angleterre.

Pendant le voyage, le couple tombe amoureux et se marie en secret (avant le 23 mars 1436/1437), sans demander la permission au roi. Jacquette a reçu des terres en douaire après la mort de son premier mari, à condition qu'elle ne se remarie pas sans l'accord du roi.

En apprenant le mariage, Henri VI refuse de les voir, mais se laisse fléchir par le paiement d'une amende de £ 1000. Le mariage est long et très fructueux : Jacquette et Richard ont quatorze enfants, dont la future reine consort Élisabeth Woodville et le précepteur princier Anthony Woodville. Elle perd son premier fils Louis d'une fièvre alors qu'il a 12 ans.

Vers le milieu des années 1440, les Woodville sont en pleine ascension. Jacquette est liée à la fois au roi Henri et à la reine Marguerite. Sa sœur, Isabelle de Saint-Pol, a épousé l'oncle de Marguerite, Charles d'Anjou, comte du Maine, et Jacquette est la veuve de l'oncle d'Henri VI.

Elle devance toutes les dames de la cour, à l'exception de la reine. En tant que parente favorite et proche de la reine, elle a aussi des privilèges spéciaux et de l'influence à la cour. Marguerite incite Henri à créer Richard Woodville « Baron Rivers » en 1448, et il est un partisan éminent de la Maison de Lancastre lorsque la guerre des Deux-Roses commence.

Guerre des Deux-Roses[modifier | modifier le code]

Les Yorkistes écrasent les Lancastre à la bataille de Towton le 29 mars 1461, et Édouard IV, le premier roi de la maison d'York, monte sur le trône. Le mari d'Élisabeth, sir John Grey, est tué un mois avant à la Bataille de St. Albans, une victoire des Lancastre, sous le commandement de Marguerite d'Anjou.

À Towton, cependant, le vent a tourné en faveur des Yorkistes. Trois ans plus tard, en 1464 (prétendument sur ​​les instructions de Jacquette), la belle veuve Élisabeth et ses deux jeunes fils s'approchent du jeune roi, alors qu'il chasse dans la forêt de Whittlebury, à proximité du manoir des Woodville. Élisabeth plaide auprès du roi, pour obtenir la restitution à ses fils des biens confisqués de son mari. Séduit par Élisabeth, Édouard souhaite en faire sa maîtresse, mais elle tient à un mariage. Désespéré, Édouard se marie à Élisabeth en secret, et le mariage n'est pas divulgué pendant des mois.

Avec Élisabeth, maintenant reine d'Angleterre, les Woodville accèdent à la notoriété et à une grande puissance. Richard est créé « Comte Rivers » et est désigné Lord Trésorier en mars 1466. Jacquette trouve des époux riches et influents pour ses enfants et aide ses petits-enfants à atteindre des postes élevés. Elle négocie pour son fils, John Woodville, un mariage avec la duchesse douairière de Norfolk, Catherine Neville, une très riche veuve. La mariée a au moins 45 ans de plus que l'époux au moment du mariage, et cette union provoque de la fureur.

L'élévation des Woodville crée une hostilité largement répandue envers eux. Ils ont déserté le parti des Lancastre, et supplantent dans la faveur royale des Yorkistes de longue date, comme Warwick et les frères du roi George et Richard.

En 1469, Warwick rompt ouvertement avec Édouard IV et le dépose temporairement. Le comte Rivers et son fils Jean Woodville sont capturés et exécutés par Warwick le 12 août à Kenilworth. Jacquette, le cœur brisé, survit à son mari trois ans et meurt en 1472, à environ 56 ans.

Accusations de sorcellerie[modifier | modifier le code]

En 1469, Richard Neville, le comte de Warwick, prend Édouard IV en garde à vue et exécute le mari de Jacquette. Peu après, Thomas Wake, un partisan du comte de Warwick, accuse Jacquette de sorcellerie. Wake amène à Warwick Castle une image de plomb « faite comme un homme d'armes, brisée dans son milieu et faite rapidement avec un fil », et allègue que Jacquette l'a façonnée pour l'utiliser en sorcellerie. Il affirme que John Daunger, un clerc de la paroisse de Northampton, peut attester que Jacquette a fait deux autres images, une représentant le roi et l'autre la reine. L'affaire s'effondre lorsque Warwick libère Édouard IV, et Jacquette est acquittée de ces accusations par le grand conseil du roi le 19 janvier 1470.

En 1484, Richard III relance dans l'acte « Titulus Regius » les accusations de sorcellerie contre Jacquette et affirme qu'elle et Élisabeth ont obtenu le mariage d'Élisabeth et d'Édouard IV grâce à la sorcellerie, mais Richard n'a jamais produit de preuve pour étayer ses affirmations.

Par sa fille, la reine Élisabeth, Jacquette est la grand-mère maternelle d'Élisabeth d'York, l'épouse d'Henri VII. Par conséquent elle est l'ancêtre de tous les monarques anglais suivants.

Enfants de Jacquette de Luxembourg et Richard Woodville[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Woodville (v. 1437-1492), mariée à Édouard IV d'Angleterre.
  2. Louis Woodville (1438)
  3. Anne Woodville (1439–1489), mariée à William Bourchier, vicomte Bourchier, puis à George Grey, 2e comte de Kent.
  4. Anthony Woodville (1442–1483), marié à Élisabeth de Scales, 8e baronne de Scales.
  5. Marie Woodville (1443–1481), mariée à William Herbert, 2e comte de Pembroke.
  6. Jacquette Woodville (1444–1509), mariée à John le Strange.
  7. Jean Woodville (1445–1469), marié à Catherine Neville, duchesse douairière de Norfolk.
  8. Richard Woodville, 3e comte Rivers (v. 1446-1491).
  9. Marthe Woodville (1450–1500), mariée à sir John Bromley.
  10. Éléonore Woodville (1452–1512), marié à sir Anthony Grey.
  11. Lionel Woodville, 3me comte Rivers (v. 1453-1491).
  12. Marguerite Woodville (1454–1490), mariée à Thomas Fitzalan, 17e comte d'Arundel.
  13. Édouard Woodville (v. 1455-1488).
  14. Catherine Woodville (1458–1497), mariée à Henry Stafford, 2e duc de Buckingham, puis à Jasper Tudor, duc de Bedford.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Jacquette est un personnage principal du roman de Philippa Gregory « The White Queen » de 2009, sur la vie de sa fille ainée Elizabeth. Dans le roman, Jacquette est décrite utilisant un peu la sorcellerie. Elle est aussi la protagoniste du roman de Philippa Gregory « The Lady of the Rivers » de 2011.

Jacquette est aussi un personnage important du cinquième roman de « Player Joliffe » de Margaret Frazer de (2009). L'histoire se déroule en 1435-36, après la mort de son premier mari, John, duc de Bedford. Ce roman historique raconte une histoire, plausible historiquement, relative à son mariage avec Richard Woodville. Il n'est fait aucune mention de la sorcellerie dans ce roman.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]