Ancistrus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ancistrus est un genre de poissons de la famille des Loricariidae.

Il regroupe une soixantaine d'espèces. « Ancistrus » est également le nom commun utilisé pour décrire la plupart d'entre elles. L'Ancistrus commun est un poisson fréquent en aquarium. Il s'agit en fait d'une souche d'élevage, issue de phénomènes d'hybridation.

Une idée reçue en fait des "nettoyeurs de vitre"; dans la réalité, si ces poissons incluent volontiers des algues à leur menu, ils ne sauraient s'en contenter, et doivent donc recevoir en aquarium une alimentation complète et adaptée à leurs besoins, au même titre que les autres espèces de poisson.

Biologie et écologie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Les Ancistrus sont des Loricariidae assez caractéristiques, avec un corps de forme globalement losangique, et une grosse tête, tout particulièrement chez l'espèce Ancistrus ranunculus. Comme tous les Loricariidae, leur bouche est munie d'une large ventouse, qui leur permet d'adhérer au substrat. L'Ancistrus commun mesure entre 12 et 15 cm en moyenne, avec des maxima constatés jusqu'à 18 cm pour certains vieux mâles.

Les Ancistrus présentent généralement un dimorphisme sexuel assez caractéristique : les excroissances sur la tête des mâles adultes sont très développées, et ramifiées. Elles se répartissent autour de la bouche, et sur une ligne le long du front. Chez la plupart des espèces, les femelles portent également des excroissances similaires, mais nettement moins développées. Elles ne sont jamais ramifiées, et ne sont présentes qu'autour de la bouche. Elles sont absentes du front. Ces excroissances charnues caractéristiques, lui confèrent un aspect hérissé, en brosse, d'où leur nom commun de "Bristlenose" ("museau en brosse", en anglais).

Le patron de coloration est très variable, selon les espèces, et les écotypes. La plupart se déclinent dans des tons de beige/brun, aux motifs tachetés, mais il en existe d'autres couleurs, comme l'écotype L 183 de l'Ancistrus dolichopterus, qui est noir, souvent moucheté de blanc, avec quelques nuances de brun-rouille. Il ne faut pas être surpris de voir leur coloration changer brutalement, ce sont en effet des poissons ayant en partie une faculté de mimétisme soit pour mieux se fondre au décor soit à cause d'un stress[1]. Il est souvent confondu avec le pléco par les aquariophiles amateurs.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les Ancistrus sont typiquement des espèces "limivores" : ils se nourrissent du tapis algaire qui recouvre le substrat (racines, rochers), ainsi que des animalcules qui y vivent (larves d'insectes, micro-organismes...) Ils prélèvent leur nourriture dans le milieu au moyen de leur ventouse buccale, en raclant le substrat.

Contrairement aux espèces du genre Panaque, ils ne possèdent pas ni la denture adéquate, ni la flore commensale, qui leur permettrait de digérer la lignine du bois, et n'en consomment donc pas. En dépit de l'idée reçue, la présence de racines dans le bac n'est donc en rien nécessaire à la survie de ces espèces.

En aquarium, ils acceptent une large gamme d'aliments, légumes (courgette, concombre, pomme...), vers de vase, ou aliments secs (comprimés et pastilles) du commerce.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La femelle pond habituellement une grappe d'une soixantaine d'œufs, qui sont ensuite fécondés par le mâle. Le mâle va ensuite veiller sur le frai, en le ventilant et en le protégeant contre les prédateurs. À la naissance, les jeunes se nourrissent au moyen de leur vésicule vitelline. Quand celle-ci se résorbe, au bout de quelques jours, ils deviennent autonomes.

Distribution[modifier | modifier le code]

Les espèces de ce genre se rencontrent en Amérique du Sud.

Espèces[modifier | modifier le code]

Position systématique[modifier | modifier le code]

Les Ancistrus sont des silures cuirassés à ventouse, de la famille des Loricariidae. Ils ont longtemps formé le genre type de la sous-famille des Ancistrinae, aujourd'hui considérée comme une tribu, les Ancistrini, intégrés à la sous-famille des Hypostominae

Hybridation[modifier | modifier le code]

La détermination des Ancistrus est compliquée par le fort taux d'hybridation possible entre différentes espèces. En aquarium, un grand nombre d'espèces ont été introduites voilà des années sous des appellations diverses, qu'il est, sinon impossible, du moins très ardu de retrouver, et s'y sont croisées et hybridées pour former la souche d'élevage qui est aujourd'hui commercialisée dans la plupart des animaleries. L'Ancistrus "commun" du commerce, issu d'élevage, est en fait un hybride à la généalogie incertaine. Seules les souches sauvages peuvent aujourd'hui être nommées avec certitude.

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon FishBase (20 avr. 2010)[2] :

Liste des variétés[modifier | modifier le code]

Un grand nombre de formes et de variétés d'Ancistrus restent aujourd'hui à déterminer, et ne sont habituellement connues que par leur nom de genre, et leur numéro de code (L-number ou LDA-number) :

Article détaillé : L-number.
  • L032 Ancistrus sp
  • L034 Ancistrus ranunculus
  • L043 Ancistrus sp
  • L045 Ancistrus sp
  • L059 Ancistrus hoplogenys "White Stream Pleco"
  • L071 Ancistrus sp
  • L088 Ancistrus sp
  • L089 Ancistrus sp
  • L100 Ancistrus sp
  • L107 Ancistrus sp
  • L110 Ancistrus sp
  • L144 Ancistrus sp
  • L148 Ancistrus sp
  • L149 Ancistrus sp
  • L150 Ancistrus sp
  • L156 Ancistrus sp
  • L181 Ancistrus sp
  • L183 Ancistrus dolichopterus
  • L184 Ancistrus sp

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kner, 1854 : Die Hypostomiden. Zweite Hauptgruppe der Familie der Panzerfische. (Loricata vel Goniodontes). Denkschriften der Mathematisch-Naturwissenschaftlichen Classe der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften in Wien, vol. 7, p. 251-286.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Fiche de l'ancistrus », sur www.ivanov.ch (consulté le 4 juin 2010)
  2. FishBase, consulté le 20 avr. 2010