Amas coquillier de Dongsamdong

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

35° 04′ 16″ N 129° 04′ 47″ E / 35.071198, 129.079678

Carte des principaux sites du Chulmun dans le sud de la Corée

L'amas coquillier de Dongsamdong (ou Tongsamdong, 동삼동) se trouve sur la côte occidentale de Yeongdo, une ile située en face de Busan. Il a été formé par les déchets de personnes qui ont vécu à cet endroit à la période de la céramique Chulmun[1], découvert en 1929 par Oigawa puis fouillé trois fois par les archéologues du musée national de Corée à partir de 1963[2]. Il fait partie des plus vieux amas trouvés dans le sud de la Corée.

Description[modifier | modifier le code]

La présence de poterie Yunggimun avec décor en relief montre que ce site a été occupé vers 8000-7000 av. J.C mais de nombreuses datations au radiocarbone indiquent que le site a aussi été occupé à des périodes beaucoup plus tardives, au Chulmun moyen (-3500) et au Chulmun tardif (-2000)[1].

Aucune habitation n'a été retrouvée mais ce site trouve son intérêt dans l'abondance des restes d'os. Mis à part les coques de mollusques vivant dans les eaux basses ou les eaux profondes, des os de baleines et de phoques sont aussi présents. Les taxons ayant vécu dans les eaux profondes montrent qu'il y avait des plongeurs talentueux. Des aiguilles et des poinçons ont pu être utilisés pour préparer des vêtements, probablement en peau de phoque. De nombreux objets en os présentent des incisions[3].

De nombreux objets ont été découverts, y compris des outils en os et en pierre ainsi que trois différents types de poterie (à décor en relief, au peigne (Chulmun) et sans décor (Mumun))[1]. Ces vestiges ont contribué à évaluer l'ampleur de l'influence des cultures sibériennes sur la Corée et des échanges avec l'ile de Kyushu au Japon comme le montrent des fragments de poterie Jomon et de l'obsidienne[1]'[4]. Réciproquement, la céramique de Sobata à Kyushu pourrait être issue de ce site[3].

Depuis le 24 avril 2002, les découvertes sont présentées dans un musée consacré à ce site archéologique[2].

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Tongsamdong. In The Penguin Archaeology Guide, pp. 450-451. Penguin, New York, 2001.
  2. a et b Le musée de l'amas coquillier de Dongsamdong.
  3. a et b Sarah Nelson, « Chulmun », dans Encyclopedia of Prehistory: Volume 3: East Asia and Oceania publié par Peter Neal Peregrine et Melvin Ember, Springer, 2001.
  4. Corinne Julien, « Histoire de l'humanité », UNESCO, volume 1, page 1159, 2000.