Aduatuques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Aduatuques (ou Atuatuques ou Aduatiques) étaient un peuple celto-germanique installé en Gaule belgique, entre le Rhin, la Meuse, la forêt Charbonnière et l'Ardenne[1]. Selon Jules César, ils étaient composés majoritairement de Cimbres et de Teutons[2].

Culturellement, ces tribus relevaient du monde celte. Cependant, d'après Jules César, les Aduatuques étaient d'origine « germanique », alors que leur nom est vraisemblablement d'étymologie celtique (cf. Aduatuca, Atuatuca d'un possible *ad-uātu-cā « lieu où l'on prophétise » (?) sur uati-, devin[3] ou *adu-ātu-cā sur adu-, eau[4]), tout comme leurs voisins Nerviens, Condruses, Pémanes et Éburons.

En 57 avant J.-C., les légions de César vainquirent la confédération des tribus belges lors de la bataille du Sabis. Les Aduatuques, arrivés avec retard au secours des Nerviens se réfugièrent dans un de leurs oppida (qui se situerait à Gembloux[2],[5]). Les Romains décimèrent ce peuple, capturant et vendant comme esclaves près de 53 000 hommes[6] et libérèrent le peuple des Éburons qui leur était tributaire[7].

Ce peuple se soulève à nouveau à l'automne -54, associé aux Éburons et aux Nerviens.

Le territoire est ravagé par César et le lieu-dit Aduatuca, occupé par une légion, subit une attaque de la part des Germains en 53 av. J.-C.[8].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ugo Janssens, Ces Belges, « les Plus Braves », Histoire de la Belgique gauloise, 2007, Racine, p. 47.
  2. a et b Ugo Janssens, op. cit., p. 47.
  3. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003. p. 307
  4. Julius Pokorny, Zur Geschichte der Kelten und Illyrier, Max Niemeyer halle, Saale 1938. p. 124.
  5. À noter que le nom de leur oppidum supposé n'a pas non plus d'étymologie germanique, mais celto-latine; cf. Jules Herbillon, Les noms des communes de Wallonie, Crédit communal, Coll. Histoire no 70, Bruxelles, 1986.
  6. Commentaires sur la Guerre des Gaules, II, 33.
  7. Commentaires sur la Guerre des Gaules, V, 27
  8. Commentaires sur la Guerre des Gaules, VI, 35-36.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]