Académie internationale de lutte contre la corruption

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Académie internationale de Lutte contre la Corruption
Image illustrative de l'article Académie internationale de lutte contre la corruption

Création le 8 mars 2011
Type organisation internationale
Siège Laxenbourg, Autriche
Membre(s) 61 Membres
Site web www.iaca.int

L’Académie internationale de lutte contre la corruption (IACA) (en: International Anti-Corruption Academy) est une organisation internationale située à Laxenbourg (Vienne), Autriche. L’académie vise à contribuer à la lutte contre la corruption et à étudier les carences actuelles dans le domaine. Son objectif est de fournir une formation professionnelle aux professionnels et praticiens de tous les secteurs de la société. L’IACA compte actuellement 58 États membres de l’ONU et 3 organisations internationales[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’académie a été fondée sur initiative de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC), la République d’Autriche et l’Office européen de lutte antifraude (OLAF). Elle a été établi sur la base d’un accord multilatéral - l’Accord confèrent le statut d’organisation internationale à l’Académie internationale de lutte contre la corruption. L’IACA a été inaugurée pendant la conférence « De la vision à la réalité », qui s’est déroulée à Vienne le 2 et 3 septembre 2010 en présence des délégations de plus de 120 États membres de l’ONU. De nombreux représentants des organisations internationales, le secteur privé et la société civile y ont également participé. Le lancement de l’IACA a eu lieu sous l’égide du Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon. Au cours de la conférence, l’accord multilatéral a été signé par 35 États membres de l’ONU et une organisation internationale[2]. À la fin de 2010, l’IACA comptait 55 membres. Le 8 mars 2011, elle est devenue une organisation internationale indépendante. Aujourd’hui elle compte 60 membres et a le statut d’observateur auprès du Conseil économique et social des Nations unies[3] et la groupe d’États contre la corruption du Conseil de l’Europe[4].

Formation et Cooperation[modifier | modifier le code]

La façade de l'IACA

Suivant une approche holistique, l’IACA offre des séminaires et programmes sur la lutte contre la corruption ainsi qu'un programme au niveau Master. Elle fournit également des programmes « sur mesure » à la demande et organise des séminaires avec d’autres institutions, comme le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). De plus, l’IACA offre des opportunités de recherche ainsi qu’une une plateforme pour l’échange des expériences, le réseautage et le développement des bonnes pratiques. Dans un effort pour renforcer la lutte contre la corruption, l’académie travaille en coopération étroite avec des entités gouvernementales et non gouvernementales ainsi qu’avec le secteur privé. À cet égard, elle a conclu des accords de coopération avec plusieurs institutions, y compris l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) [5], la Banque mondiale et l’Organisation des États américains (OEA)[6].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Une Commission provisoire, qui sert comme organe intérimaire, gère l’IACA et est constituée par tous ses membres. Cette commission soutient les activités et la gestion de l’académie, prenne des mesures nécessaires afin de garantir la mise en œuvre effective de l’accord, et prépare pour l’Assemble des Parties en 2012. L’équipe de transition internationale s’occupe du travail quotidien, y compris l’administration, le développement des programmes et évènements, la coopération et les questions juridiques. En outre, l’IACA est conseillée par deux conseils consultatifs, le Conseil consultatif supérieur international et le Conseil consultatif académique international.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]