Abraham Merritt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merritt.

Abraham Merritt

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Abraham Merritt en 1920

Activités Romancier
Naissance 20 janvier 1884
Beverly, New Jersey, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 21 août 1943 (à 59 ans)
Indian Rocks Beach (en), Floride, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Fantasy, science-fiction

Œuvres principales

Abraham Merritt (20 janvier 1884 - 21 août 1943) est un auteur et un éditeur de science-fiction et de fantasy américain qui publia dans les magazines Argosy All-Story Weekly, Fantasy Mag, The Avon Fantasy Reader ou Weird Tales.

Notice biographique[modifier | modifier le code]

Né dans le New Jersey le 20 janvier 1884[1] il déménagea pour Philadelphie, Pennsylvanie. Après des études de droit, qu'il interrompit pour motifs financiers, il se tourna vers le journalisme. Il travailla tout d'abord comme correspondant de presse et plus tard comme éditeur. Il fut l'assistant d'édition du magazine The American Weekly de 1912 à 1937, puis éditeur en chef jusqu'à sa mort par arrêt cardiaque le 21 août 1943. Ses romans et nouvelles n'étaient pour Abraham Merritt qu'une occupation secondaire qui passait après sa carrière de journaliste, ce qui explique peut-être le petit nombre de ses publications.

Abraham Merritt se maria deux fois. Une première fois avec Eleanore Ratcliffe dans les années 1910 avec qui il adopta une fille, puis dans les années 1930 avec Eleanore H. Johnson.

Sa réputation ne fut pas très bonne dans le cercle des fans et des critiques de science-fiction, mais il compte parmi les auteurs qui ont le plus marqué Howard Phillips Lovecraft et fut très estimé de son ami et collaborateur Hannes Bok (en), un illustrateur de SF réputé.

Style[modifier | modifier le code]

Les histoires d'Abraham Merritt tournent de manière typique autour des thèmes convenus des pulp magazines : des civilisations perdues, des monstres hideux, etc. Ses héros sont des scandinaves ou des Irlandais galants, ses méchants sont des traîtres russes ou allemands (selon la géopolitique de l'époque) et ses héroïnes sont souvent virginales, mystérieuses et toujours très légèrement vêtues.

L'originalité d'Abraham Merritt par rapport aux autres auteurs de pulp fiction réside dans le style de sa prose fleurie et son penchant pour l'accumulation des adjectifs et des détails. L'amour de Merritt pour les micro-descriptions complète avec bonheur le style pointilliste des illustrations de Bok et sert souvent à éclairer en les radicalisant les tendances fétichistes de la SF pulp.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • La porte des dragons (Through the dragon glass), 1917
  • Les êtres de l'abime (The people of the pit), 1918
  • Trois lignes de vieux français (Three lines of old french), 1919
  • La femme du bois (The woman of the wood), 1926
  • Le dernier poète et les robots (The last poet and the robots), 1934
  • Le faux bourdon (The drone), 1934
  • Le défi de l'au-delà (Challenge from beyond), 1935
  • Comment Circé fut découverte (How we found Circe), 1942
  • Quand les anciens dieux se réveilleront (When old gods wake), 1943
  • La route blanche (The white road), 1943

Ces nouvelles ont été reprises en français dans le recueil La femme du bois (Ed.Néo), no 105, 1984

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le Gouffre de la Lune (The Moon Pool), 1919 ;
  • Le Monstre de métal (The Metal Monster), 1920 ;
  • La Nef d'Ishtar (The Ship of Ishtar), 1923 ;
  • Sept pas vers Satan (Seven Footprints to Satan), 1927 (Ed.Néo) ;
  • Le Visage dans l'abîme (The Face in the Abyss), 1931 ;
  • Les Habitants du mirage (Dwellers in the Mirage), 1932 ; - J'ai lu no 557, 1974
  • Brûle, sorcière, brûle (Burn Witch burn), 1932 ;
  • Rampe, ombre, rampe (Creep Shadow creep), 1934 ;
  • La Femme-renard, 1943 (Ed.Néo) : Ce roman, commencé par Merritt en 1923 et qu'il ne put achever, laissant un texte d'environ 15000 mots, fut terminé, avec une grande fidélité, par son ami Hannes Bok (préface de l'édition Néo par R. Bozzetto, mai 1979).

Édition française[modifier | modifier le code]

  • Abraham Merritt, Œuvres complètes, Tome 1, Lefrancq Littérature, 1998.
  • Abraham Merritt, Œuvres complètes, Tome 2, Lefrancq Littérature, 1998.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Sadoul, Les meilleurs récits de Amazing Stories - période 1926/32, p. 9, éd J'ai Lu, 1974