Émile Zipelius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait d'enfant, dessin à la plume, vers 1860, bibliothèque municipale de Mulhouse.

Émile Zipelius, né à Mulhouse le 30 juin 1840, mort par noyade dans la Moselle à Pompey le 16 septembre 1865, est un peintre français.

Il est le fils du peintre Georges Zipélius (en) (1808-1890), lui-même fils de Jean-Philippe Zipelius et d'Elisabeth Laederich.

Biographie[modifier | modifier le code]

Émile Zipelius est d'abord l'élève de son père, puis il entre à l'École des beaux-arts de Paris le 7 octobre 1858 dans les ateliers de Léon Cogniet (1794-1880) et de Bénédict Masson (1819-1893).

Il présente ses premières œuvres au Salon de Paris de 1861.

La plupart de ses tableaux et dessins sont conservés au musée des beaux-arts de Mulhouse[1].

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Portrait du Docteur Jean Weber, huile sur toile, 1860
  • Portrait d'enfant, dessin à la plume, vers 1860, bibliothèque municipale de Mulhouse
  • Jardin des oliviers, huile sur toile, 1861
  • Géthsémani, Salon de 1861,
  • Portrait de Georges Zipelius, huile sur toile, Salon de 1861,
  • Portrait d'homme (autoportrait), fusain avec rehauts de blanc, 1862
  • Scène romaine, fusain avec rehauts de blanc et pastel rouge sur papier gris, probablement une étude pour le tableau Brutus[2]
  • Brutus, huile sur toile, 1862
  • Paysage (femme se baignant), fusain avec rehauts de blanc et sanguine, 1863
  • Christ couché, 1863, crayon noir et fusain
  • Marie, mère de douleur, Salon de 1864,
  • Le Christ mort, huile sur toile, Salon de 1865,
  • Portrait par lui-même, dessin
  • Centaure, fusain repassé à la plume et à l'encre noire sur calque
  • Portrait du docteur R…, exposition posthume
  • Tête d'enfant, exposition posthume

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Musée des beaux-arts de Mulhouse » (catalogue), dans le Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 1988, p. 182.
  2. Notice sur la base Palissy.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]