Église Sainte-Marie-Madeleine de Contes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Sainte-Madeleine.
Église Sainte-Marie-Madeleine
Image illustrative de l'article Église Sainte-Marie-Madeleine de Contes
Présentation
Destination initiale église
Propriétaire Commune
Destination actuelle église paroissiale
Protection  Inscrit MH (1943)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Localité Contes
Localisation
Coordonnées 43° 48′ 43″ N 7° 18′ 53″ E / 43.8118611, 7.3146944443° 48′ 43″ Nord 7° 18′ 53″ Est / 43.8118611, 7.31469444  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Sainte-Marie-Madeleine

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Église Sainte-Marie-Madeleine

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Église Sainte-Marie-Madeleine

L'église Sainte-Marie-Madeleine est une église catholique située à Contes, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français des Alpes-Maritimes, sur la commune de Contes.

Historique[modifier | modifier le code]

Façade de l'église

Elle a été ouverte aux fidèles en 1575. Jusqu'à cette date, il n'y a que la petite chapelle du castrum sur cet emplacement. Le parlement contois décide de construire cette vaste église à trois nef après la grande crue du Paillon qui a détruit l'église paroissiale, en 1530. Il reste la petite porte de la chapelle, à droite de l’entrée principale.

L’église primitive a été remaniée à plusieurs reprises. En 1666, construction du chœur et intégration de la dernière tour du vieux rempart du XIIIe siècle qui est transformée en clocher.

Les morts ont été enterrés sous la crypte de l'église jusqu'au XVIIIe siècle.

La façade est restaurée en 1934 et en 1966.

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques le 1er juin 1943[1].

Mobilier[modifier | modifier le code]

L'église possède six autels dans les nefs latérales décorés de retables[2] :

  • autel avec le tableau Saint Antoine de Padoue et les trois archanges, attribué à l'artiste niçois Guglielmo Thaone, vers 1730 ;
  • retable de Sainte Marie Madeleine, attribué à François Bréa, vers 1550. C'est un polytype à 20 compartiments organisés autour d'une statue plus récente de sainte Hélène. À gauche de saint Hélène, saint Pierre et saint Jean-Baptiste, à droite, saint Véran, évêque de Cavaillon, saint Roch. Dans les compartiments supérieurs, de gauche à droite, sainte Pétronille, sainte Catherine d'Alexandrie, le Père éternel au centre, sainte Lucie, et sainte Marthe. Sur la bande latérale gauche, de haut en bas, saint Christophe portant l'Enfant Jésus, saint Georges et le dragon, puis saint saint Honorat. Sur la bande latérale droite, de haut en bas, saint François, saint Laurent et saint Maur. En bas, la prédelle avec cinq épisodes de la vie de sainte Marie-Madeleine.
  • autel avec le tableau Saint Joseph Agonisant ;
  • autel avec le tableau Père de Pitié et Âmes du Purgatoire, de Guglielmo Thaone, daté de 1730 ;
  • retable du Rosaire réalisé par le maître fustier de Grasse Eustache Oubley, en 1667. Au centre la sculpture de la Vierge en ronde bosse entourée de deux anges (les sculptures ont été volées en 1998), entourés de la représentation des 15 mystères :
- les mystères joyeux : l'Annonciation, la Visitation, la Nativité, la présentation de Jésus au temple, le recouvrement de Jésus au temple,
- les mystères douloureux : l'agonie de Jésus, la flagellation de Jésus, le couronnement d'épines, le portement de croix, la crucifixion et la mort de Jésus,
- les mystères glorieux : la Résurrection, l'Ascension, la Pentecôte, l'Assomption de Marie, le Couronnement de la Vierge.
  • autel du Saint-Esprit avec le tableau de la Pentecôte de Laurent Gastaldi (1625-1690) de Triora[3], réalisé entre 1660 et 1670, copie d'un tableau sur le même thème de Luca Cambiaso ;
  • sur le maître autel, le retable du Saint Sacrement, en bois doré, du XVIIe siècle.

L'orgue[modifier | modifier le code]

La tribune d'orgue et l'orgue Valoncini

L'église possède un orgue réalisé en 1873 par le facteur d'orgue piémontais Frederico Valoncini (1832-1891) installé à Nice. L'instrument a été restauré à partir de 2008 par l'entreprise Brondino-Vegezzi-Bossi de Centallo. Il a été inauguré en 2010[4].

L'orgue possède un clavier unique de 56 touches, un pédalier de 18 touches et 20 manettes de registres faisant jouer les 435 tuyaux répartis en 6 jeux de basse et 7 jeux d'aigus, avec des accessoires : clochettes, grosse-caisse, cymbales et tambour militaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Église Sainte-Marie-Madeleine », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Voir notice dans l'église
  3. Charles Astro, Luc F. Thévenon, La peinture au XVIIe siècle dans les Alpes Maritimes, p. 75-76, Éditions Serre (collection patrimoines), Nice, 1985 (ISBN 2-86410-048-7)
  4. Paroisse Saint-Vincent-de-Paul : L'orgue Valoncini de l'église Sainte-Marie-Madeleine de Contes

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]