Yann Kerninon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kerninon.

Yann Kerninon, est un écrivain, essayiste et artiste français né le à Colmar (Haut-Rhin).

Biographie[modifier | modifier le code]

En mars 2003, Yann Kerninon publie son premier livre, Cahier d’Ubiquité (tome 1) aux Éditions Hermaphrodite, un recueil de textes assorti d’une préface de Michel Onfray. Dans ce premier livre figure la plupart des thèmes qu’il développera par la suite. Y sont évoqués le cyclisme comme expérience poétique et « moyen d’accès au monde », la notion de « dadaïsme microbien », son rapport à l’animalité et à l’enfance, l’architecte et artiste Friedensreich Hundertwasser ou encore la possibilité d’un « libertinage amoureux et serein ».

En avril 2005 sort Moyens d’accès au monde, sous-titré Manuel de survie pour les temps désertiques. Dans cet ouvrage, il expose plus en détail une vision noire et désespérée de la modernité. S’ensuit ce qu’il décrit comme des « moyens d’accès au monde », c'est-à-dire des attitudes permettant de s’extraire du désert et de son aliénation.

En 2007, il publie un petit livre objet en tirage limité consacré aux illusionnistes, En compagnie des enchanteurs de vie chez L'Âne qui butine).

Il sort en 2009 Tentative d'assassinat du bourgeois qui est en moi chez Libella Maren Sell, un essai sur le bourgeois, l'anti-bourgeois et la possibilité du non-bourgeois. Dans ce texte, Yann Kerninon donne une nouvelle définition du bourgeois, indépendante des caractères sociaux (le bourgeois, c'est le riche) et politiques (le bourgeois c'est le conservateur). Il définit le bourgeois par son attitude bourgeoise, c'est-à-dire un mélange de lâcheté, de conformisme, de principes péremptoires et de bonne foi simpliste. Partant de cette définition, il démontre que les anti-bourgeois sur-affirmés tendent par leurs comportements à reproduire le mortifère bourgeois, quand bien même contesteraient-ils sur le fond les idéologies bourgeoises. Son essai est une proposition de dépassement de cette dialectique, une tentative pour sortir de « la ronde infernale du bourgeois et de son anti-bourgeois » dont le but serait d'accéder à ce qu'il nomme le non-bourgeois. Les chapitres de cet essai sont présentés comme des « exercices de saut en dehors de la pensée bourgeoise », soulignant ainsi la nécessité de l'expérience et de l'incarnation. Le fil conducteur de son propos est le mouvement Dada que l'auteur voit comme une des premières tentatives de dépassement radical et incarné des logiques bourgeoises.

Tentative d'assassinat du bourgeois qui est en moi a reçu le Prix du Pamphlet 2009[1]. Il est traduit en anglais pour une publication en Inde et sur le sous-continent indien (Full Circle publishing, septembre 2011).

En 2010, Yann Kerninon publie Jean-Louis Costes ou le fou qui est en nous, un essai sur l'artiste underground Jean-Louis Costes. Ce livre en tirage limité (317 ex.) est publié par les éditions L'âne qui butine. L'ouvrage est relié main et est complété par des dessins et un texte inédit de Jean-Louis Costes.

En 2012 sort Vers une libération amoureuse (Libella Maren Sell), un essai sous titré Propositions romantiques, érotiques et politiques. Yann Kerninon y évoque à la fois la nécessité et la difficulté de penser et d'incarner une révolution amoureuse qui ferait écho à la révolution sexuelle, tout en réactivant ses idéaux politiques et existentiels aujourd'hui perdus dans un mélange de conformisme (couple, mariage, fidélité exclusive) et de pornographie (échangisme, prostitution). Il présente dans cet essai l'amour, à la fois comme un moteur de l'action politique et comme une source de sens après la mort de Dieu.

Marqué par Dada et le dandysme, Yann Kerninon cultive un goût pour les activités marginales. Attentif à ses vêtements souvent marqués d’un style année 30, il a décrit dans Moyens d’accès au monde son rapport au dandysme et son quasi-fétichisme des chaussures. À la fin des années 90 il participe au journal satirique Zoo, héritier de Hara Kiri avec notamment le Professeur Choron (auquel il signera dans Libération un hommage au moment de sa mort), Vuillemin, Faujour, Éric Martin, Mehdi Ba ou Xavier Naizet.

Cycliste assidu, il affirme pourtant détester le sport et considère les sorties à vélo avant tout comme des expériences sensuelles, poétiques et mystiques[2].

En 2009 et 2014, il est candidat aux élections européennes sur la liste loufoque menée par Gaspard Delanoë, « Pour une Europe de Gibraltar à Jérusalem » et est également le leader d'un groupe de métal parodique, Cannibal Penguin[3] à travers lequel Yann Kerninon aime se mettre en scène torse nu, travesti ou déguisé en homard dans une volonté de briser les conventions et de transcender l'expression de son moi intérieur.

L’artiste[modifier | modifier le code]

En complément de ses travaux d’écriture, Yann Kerninon a créé avec le vidéaste et écrivain Philippe Boisnard deux vidéo-performances : Machine de Fuite et Escape : douce camisole dans lesquelles il se livre sur scène à des performances physiques, accompagné des images et des créations sonores de Philippe Boisnard.

Machine de fuite est une adaptation de son texte sur le cyclisme Machine de fuite, moyen d’accès publié dans la NRF puis dans Cahier d’ubiquité – tome 1. Installé sur un vélo de course profilé monté sur home-trainer, Yann Kerninon pédale intensément, sue et hurle devant des images vidéo projetées derrière lui cependant que sont diffusés des extraits de son texte et des éléments sonores mixés en direct.

Escape : douce camisole est une adaptation d’un numéro d’escapologie. Philippe Boisnard enferme Yann Kerninon dans une camisole de force, des menottes, un sac et une caisse, le tout dans une mise en scène de jeu télévisé absurde et cruel entrecoupée de textes poétiques et politiques, d’interventions intempestives, de mise à contribution du public. L’ensemble de la performance se déroule sur fond d’images et de sons créés par Philippe Boisnard.

Avec Sébastien Lecordier, Matthieu Périssé et les productions Atopic, il monte un projet d'aventure et de film : 1 300 km à vélo en 10 étapes de 130 km en douze jours, entre Paris, Zurich et Berlin sur les traces inexistantes de Dada. Il réalise ce périple en solitaire à vélo en septembre 2008.

Sébastien Lecordier tient la caméra et Matthieu Perissé conduit la voiture de cette épopée. Le film est rendu public en janvier 2011. Il est présenté par les deux coréalisateurs comme un cyclo-movie idiot, c'est-à-dire un film qui ne s'intéresse qu'à des questions idiotes : la vie, la mort et l'amour. Ce film a été sélectionné au Festival International de Cinéma Visions du Réel 2011 (Nyon, Suisse) où il a été projeté en première mondiale. L'affiche du film est réalisée par l'artiste suisse Caroline Vitelli.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Réveil breton et sommeil alsacien– hiver 1998/1999 – Saisons d'Alsace no 1 – Ed. La Nuée Bleue
  • Machine de fuite, moyen d’accès – avril 2001 – NRF : Nouvelle Revue Française no 557 – (ISSN 0029-4802)
  • La sage leçon du chien poète – Revue Hermaphroditeno 5 et 6 – hiver 2001-2002
  • De l’enfant – Revue Hermaphroditeno 7 – printemps été 2002 – (ISSN 1291-0511)
  • Pour un dadaïsme microbien – Revue Autre Sud no 13 – juin 2001 – (ISBN 2-84521-094-9)
  • Amours libertaires contre pornographie libérale – Revue Hermaphrodite no 8
  • De la connerie comme concept – Revue Autre Sud no 34 – septembre 2006 – (ISBN 2-84521-265-8)
  • Machine de fuite, moyen d’accès (extraits) (Manuel scolaire) – Anthologie, tome 2 (confrontation des écrivains d’hier et d’aujourd’hui) – Canada – Ed. Thomson – (ISBN 2-89443-244-5)
Articles de presse
  • « Pour une religion du bonheur » – Libération du 19 janvier 2004
  • « Voir le dopage de l’intérieur » – Libération du 31 mars 2004
  • « Choron, l’homme qui ricane encore dans le cimetière » – Libération du 18 janvier 2005
  • « Dada dans de sales draps » – Libération du 14 oct. 2005

Œuvres multimédia[modifier | modifier le code]

  • Machine de Fuite – Vidéo-performance avec Philippe Boisnard
  • Escape : douce camisole – Vidéo-performance avec Philippe Boisnard
  • Eponge connerie planétaire – Création sonore avec Sébastien Lecordier
  • Coup de Bordure (à Bitterfeld) - Film 73' - Atopic Production

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix du Pamphlet 2009[1] pour Tentative d'assassinat du bourgeois qui est en moi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Prix du Pamphlet 2009 pour Yann Kerninon », article du site ActuaLitte.com du 19 novembre 2009.
  2. Cahier d'Ubiquité - tome 1 : Machine de fuite, moyens d'accès.
  3. www.cannibalpenguin.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Extraits vidéo
Documents audio