Xstrata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xstrata
logo de Xstrata

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Disparition 2 mai 2013, acquise par Glencore
Forme juridique Société anonyme (LSE : XTA, SWX : XTAN)
Siège social Zug
Drapeau de Suisse Suisse
Actionnaires Glencore (34.72 %)
Activité Industrie du zinc (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 26 000 (en 2006)
Site web www.xstrata.com

Chiffre d’affaires 10,609 milliards CHF (2005)
Résultat net 2,249 milliards CHF (2005)

Xstrata plc est une multinationale suisse active dans l'extraction minière. Son siège social est à Zoug. Elle opère dans vingt pays différents, emploie de manière directe et indirecte 70 000 personnes et contrôle majoritairement le capital de dizaines d'entreprises[1]. En termes de chiffre d'affaires, elle compte parmi les entreprises suisses les plus importantes. Elle est cotée à la Bourse de Londres (FTSE 100) et à la Bourse de Zürich.

Xstrata est le premier producteur mondial de charbon bitumeux (thermal coal)[1] ainsi qu'un très important producteur de cuivre, de chrome ferreux, de vanadium et de zinc. Pour des volumes moindres, elle est également active dans l'extraction de l'or, du plomb et de l'argent. Le 2 mai 2013, elle est rachetée par Glencore International.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2005, elle a vendu pour environ 8 milliards USD, dégageant un bénéfice de 1,7 milliard USD. Depuis mars 2002, elle est passée d'une capitalisation boursière d'environ 2 milliards USD à environ 30 milliards USD en mai 2006. Son plus important actionnaire (34.72 %) est Glencore International AG.

En 2003, elle a doublé de taille en acquérant, au prix de 4,9 milliards AUD, la minière australienne MIM Holdings (cuivre, zinc et charbon). Cependant, elle n'a pu acquérir l'australienne WMC Resources en 2005, acquise par BHP Billiton, la plus grande entreprise minière du moment. En août 2005, elle acquiert 19,9 % de Falconbridge. Cependant, en juin 2006, Phelps Dodge et Inco se proposent d'acheter Falconbridge, s'opposant ainsi à la tentative d'acquisition de Xstrata.

Le 20 juillet 2006, elle augmente son offre sur Falconbridge à 19,2 milliards USD[2]. La même année, elle rachète les 33% de la mine de charbon de Cerrejón à son actionnaire Glencore[3]. En 2009, Xstrata a généré un chiffre d'affaires de 22 732 milliards de dollars (27 952 milliards en 2008), avec comme actionnaire principal Glencore International AG[4]

En août 2011, Xstrata annonce un investissement de 530 millions $US dans les installations d'extraction de nickel de la Mine Raglan au Québec[5].

Le 2 mai 2013, Glencore International AG rachète Xstrata, pour devenir Glencore-Xstrata, la fusion donnant ainsi naissance à un géant mondial des matières premières[6].

Avion d'Xstrata à l'aéroport de Rouyn-Noranda (Québec).

Controverse[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En Nouvelle-Calédonie, le projet Koniambo, situé en Province Nord (zone de Koné), est actuellement entre ses mains concernant l’extraction du nickel et, dans une moindre mesure du cobalt[réf. nécessaire]. Ceux-ci engendreront des pressions immenses sur les milieux néo-calédoniens, à commencer par les formations forestières et para-forestières sur sols ultramafiques. En mai 2007, le WWF a publié un papier de positionnement, sous la forme de 16 recommandations à l’attention des décideurs, pour un minier respectueux des hommes et de la biodiversité[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]