Wisteria floribunda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Wisteria floribunda, la glycine du Japon, est une espèce de plantes ligneuses de la famille des Fabaceae, ou légumineuses. C'est une plante grimpante originaire du Japon[2],[3], couramment cultivée comme plante ornementale pour ses longues grappes de fleurs pendantes[4],[5].

Description[modifier | modifier le code]

Wisteria floribunda est une plante grimpante ligneuse[5] pouvant dépasser 9 mètres de hauteur[4],[3]. Ses tiges sont volubiles[3] et s'enroulent autour de leur support dans le sens des aiguilles d'une montre[2],[5].

Les feuilles sont caduques[4] et imparipennées[3], et possèdent 11 à 19 folioles[2],[5] pétiolulées de 4 à 8 cm de long[3]. Celles-ci sont alternes[3], entières[5], ovales-elliptiques à ovales-oblongues, acuminées et à base arrondie[3]. Les stipules, à la base des feuilles, sont linéaires et caduques[5].

Les inflorescences sont des grappes terminales et pendantes[5] de 20 à 50 cm de long[3] (jusqu'à 1 mètre chez la variété macrobotrys[3],[4]) apparaissant de mai à juillet[5], après le débourrement des feuilles[4]. Les fleurs, s'épanouissant graduellement à partir de la base[5], sont généralement faiblement odorantes[3] et de couleur bleu violacé[4],[5], bien que certaines variétés puissent produire des fleurs blanches ou roses[3],[4].

Les fruits sont de longues gousses pendantes, oblongues et coriaces[3],[4], apparaissant en automne[4] et s'ouvrant à maturité le long de deux fentes de déhiscence[5].

Distribution géographique[modifier | modifier le code]

L'espèce est originaire du Japon[2], et a été introduite en Europe et aux États-Unis vers le milieu du 19e siècle[6].

Toxicité[modifier | modifier le code]

La plante entière, et en particulier les graines, renferment de la wistarine qui les rend toxiques par ingestion[7],[8]. Plusieurs cas d'intoxication accidentelle aux graines de glycines ont été rapportés, chez des enfants ou même chez des adultes curieux qui pensaient qu'elles étaient comestibles[9],[10].

L'intoxication peut être provoquée par l'ingestion d'une demie graine à deux graines chez les enfants[7],[11] et de 5 à 10 graines chez les adultes[12],[8]. Les symptômes peuvent apparaître entre 2 heures[11] et 24 heures[10] après ingestion, et persister pendant quelques jours[13]. Ils sont surtout gastro-intestinaux[10] et incluent douleurs abdominales, nausées, vomissements, hématémèse, déshydratation et plus rarement diarrhée[7],[10]. D'autres symptômes ont été également rapportés, tels que maux de tête, leucocytose, léthargie, vertiges, confusion, diaphorèse et syncope[13],[11]. Aucun cas de décès ne semble avoir été observé[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Plant List, consulté le 4 avril 2018
  2. a b c et d (en) James A. Compton, « The discovery, naming and typification of Wisteria floribunda and W. brachybotrys (Fabaceae) with notes on associated names », Willdenowia,‎ , pp. 219-240 (ISSN 1868-6397, lire en ligne)
  3. a b c d e f g h i j k et l Collectif, Le Bon Jardinier, Flammarion, (ISBN 978-2-706-60067-8), pp. 1477-1478
  4. a b c d e f g h et i Collectif, Botanica, h.f.ullmann, (ISBN 978-3-8480-0286-3), p. 936
  5. a b c d e f g h i j et k (en) Jisaburo Ohwi, Flora of Japan : in English : combined, much revised and extended translation, Smithsonian Institution, (lire en ligne), p. 572
  6. (en) Jennifer L. Trusty, « Horticulture, hybrid cultivars and exotic plant invasion: a case study of Wisteria (Fabaceae) », Botanical Journal of the Linnean Society,‎ , pp. 593–601 (lire en ligne)
  7. a b c et d « Système canadien d'information sur les plantes toxiques - Wisteria floribunda », sur www.cbif.gc.ca (consulté le 5 avril 2018)
  8. a et b Bruneton, Jean., Plantes toxiques : végétaux dangereux pour l'Homme et les animaux, Cachan, (ISBN 2743008067 et 9782743008062, OCLC 300534239, lire en ligne)
  9. (en) Edith Studer Rondeau, « Wisteria toxicity », Journal of Toxicology: Clinical Toxicology,‎ , pp. 107-112
  10. a b c et d « Wisteria sinensis (Sims) Sweet Wisteria floribunda (Willd) DC (PIM 564) », sur www.inchem.org (consulté le 5 avril 2018)
  11. a b et c (en) Dongwan Kim, Jihyoung Park, Yun Mi Kim et Hann Tchah, « Acute intoxication due to Wisteria floribunda seed in seven young children », Pediatrics International, vol. 59, no 5,‎ , p. 600–603 (DOI 10.1111/ped.13218, lire en ligne, consulté le 23 septembre 2019)
  12. « VIGItox », sur vigitox.cap-lyon.fr (consulté le 5 avril 2018)
  13. a et b (en) Edith Studer Rondeau, « Wisteria toxicity », Journal of Toxicology: Clinical Toxicology, vol. 31, no 1,‎ , p. 107–112 (ISSN 0731-3810, DOI 10.3109/15563659309000378, lire en ligne, consulté le 23 septembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]