William Blackstone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
William Blackstone
Image dans Infobox.
William Blackstone
Mezzotinte d'après un portrait par Joshua Reynolds
Fonctions
Juge de la Cour des plaids-communs
-
Edward Clive (en)
John Heath (en)
Membre du 13e Parlement de Grande-Bretagne (d)
-
Chauncy Townsend (en)
Membre du 12e Parlement de Grande-Bretagne (d)
-
James Calthorpe (en)
Serjeant-at-law (en)
Juge du banc du roi (en)
Conseiller de la reine
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
St Peter's Church, Wallingford (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
Distinction
Œuvres principales
signature de William Blackstone
signature

Sir William Blackstone, né à Londres le et mort à Wallingford (Oxfordshire) le , est un jurisconsulte britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il exerça d'abord avec peu de succès la profession d'avocat à Londres, puis il enseigna à Oxford à partir de 1753 un cours de common law et de droit politique qui fut très suivi. Blackstone fut, quelques années après, nommé juge à la cour des plaids-communs et élu député à la Chambre des communes en 1761.

Sir William Blackstone, 1774
par Thomas Gainsborough
Tate Britain, Londres

Il a publié les leçons qu'il avait faites à Oxford, sous le titre de Commentaires sur les lois d'Angleterre (Commentaries on the Laws of England) (4 volumes, 1765, et années suivantes). Cet ouvrage a été traduit par Auguste-Pierre Damiens de Gomicourt (1774), par l'abbé Gabriel-François Coyer (1776) et par Nicolas Maurice Chompré (1823). Samuel Warrens (en) en a donné en 1855 une ancienne édition en indiquant le changement intervenu depuis 1765 dans la constitution des états indépendant de Grande-Bretagne.

Il était hostile au catholicisme ou papauté, écrivant dans ses Commentaires : « En ce qui concerne les papistes, ce qui a été dit des dissidents protestants pourrait aussi bien justifier un régime de tolérance générale à leur égard, si tant est que leur séparation était fondée uniquement sur des différences d'opinion religieuses, et que leurs principes ne poussaient pas jusqu'à la subversion du gouvernement civil. »[1]

Postérité[modifier | modifier le code]

Les écrits de William Blackstone auront une influence majeure aux États-Unis[2]. Dans ses Commentaries on the Laws of England, publiés entre 1765 et 1769, Blackstone « refuse tout pouvoir créateur dans le chef des juges, qu’il qualifie de « dépositaires des lois », ou encore d’« oracles vivants » et qui sont liés par les précédents sauf lorsqu’ils sont clairement contraires à la raison ou au droit divin. Dans ce cas, cependant, le juge ne crée pas une nouvelle règle mais évite toute mauvaise interprétation du droit ancien »[3].

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • David Gilles, « From the 'substantial justice' to the 'Jurisprudence determined' : le droit naturel dans les mains des juges de common law. XVIIIe-XIXe siècle », Un dialogue juridico-politique : le droit naturel, le législateur et le juge, PUAM, 2010, pp. 305-337

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. As to papists, what has been said of the Protestant dissenters would hold equally strong for a general toleration of them ; provided their separation was founded only upon difference of opinion in religion, and their principles did not also extend to a subversion of the civil government.) (Bl. Comm. IV, c.4 ss. iii.2, p.54
  2. (en) C.S. Rogers, « Perspectives on Prospective Overruling », U. Mo. Kan. City L. Rev., 1968, p. 41
  3. Jérémie Van Meerbeeck, Lon Fuller, le jusnaturaliste procédural, Revue interdisciplinaire d'études juridiques, 2018/1 (Volume 80), pages 143 à 165

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :