Wilfrid M. Voynich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Voynich.
Wilfrid M. Voynich
Michał Wojnicz c. 1885.png
Michał Wojnicz, plus tard connu sous le nom de Wilfrid M. Voynich
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Famille
Conjoint

Wilfrid Michael Voynich du Clan Abdank, né Michał Habdank-Wojnicz ( - ) est un antiquaire et bibliophile polonais émigré aux États-Unis. Il est célèbre pour le manuscrit qui porte désormais son nom : le manuscrit de Voynich. Cet ouvrage dont le texte n'a pu, à ce jour, être déchiffré a suscité de nombreuses recherches et hypothèses quant à son origine et à sa signification. Voynich a même été accusé de l'avoir fabriqué de toutes pièces.

Biographie[modifier | modifier le code]

Voynich est né en 1865 à Telsze (depuis 1918 Telšiai), une ville du gouvernorat de Kaunas qui faisait alors partie de l'Empire russe et se trouve à présent en Lituanie). Durant sa jeunesse, Voynich est membre du Mouvement prolétaire polonais, branche polonaise de l’Association internationale des travailleurs, au sein duquel il est actif sous le pseudonyme de Wilfryd (étymologiquement « celui qui veut la paix »). En 1886, il est arrêté à Varsovie et, après dix-huit mois de prison, déporté à Irkoutsk, en Sibérie. Avec l'aide des partisans des mouvements de liberté en Russie, il s'enfuit en 1890 et gagne Londres. C'est à cette période qu'il anglicise la graphie de son nom en Voynich. Son pseudonyme « Wilfryd » devient sont prénom usuel sous la forme anglicisée « Wilfrid ».

En 1893, il se marie avec Ethel Lilian Boole (1864-1960), fille du célèbre mathématicien anglais George Boole et socialiste fervente. Elle était l'auteur du roman Le Taon (The Gadfly), publié en 1897 et qui fut un best-seller en son temps, surtout en Russie, et qui a inspiré Dmitri Chostakovitch (The Gadfly, opus 97).

Le couple émigre aux États-Unis au début du XXe siècle. En 1897, Wilfrid ouvre une boutique à Londres[1], puis à New York en 1915.

Découverte du manuscrit[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Manuscrit de Voynich.

En 1912, à l'occasion d'une visite arrangée par un contact demeuré anonyme, il se rendit à Frascati, près de Rome, où se trouve la Villa Mondragone, propriété des Jésuites. Ceux-ci désiraient la restaurer mais n'avaient pas les fonds suffisants. Ils décidèrent donc de vendre une partie de leur collection de livres anciens. Ils les proposèrent à des antiquaires, dont Voynich, qui acheta trente manuscrits, dont l'étrange ouvrage. Une lettre de Johannes Marcus Marci à l'attention de Athanasius Kircher datée de 1666 était glissée à l'intérieur du livre.

En 1915, il exposa à l'Institut de l'art de Chicago quelques manuscrits achetés en Italie. En 1921, il montra le mystérieux manuscrit à Philadelphie mais n'en révéla pas la provenance. Seule sa femme Ethel était au courant de l'accord qu'il avait passé avec les Jésuites.

Voynich, qui présenta son manuscrit à différents experts, était convaincu qu'il s'agissait d'une œuvre de Roger Bacon.

À la mort de son mari, décédé à New York en 1930, Ethel Voynich hérita du manuscrit. Après sa mort en 1960, le livre revint à Anne Nill, une de ses proches amies et ancienne secrétaire de feu son époux. Celle-ci le vendit à Hans Kraus, lequel en fit don, en 1969, à l'Université Yale, qui en est l'actuel propriétaire.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Annales de géographie font état d'un volume offert en 1912 par W. M. Voynich, établi 4 Soho Square à Londres. Volume 12, année 1903, p. 17.