Wawa-Mania

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Internet
Cet article est une ébauche concernant Internet.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ninja-header.svg

Adresse wawa-mania.ec
Description Site de warez
Slogan Ninja, parce qu'un ninja peut en cacher un autre.
Commercial  Non
Publicité  Non
Type de site Partage numérique et entraide informatique
Langue Française
Inscription Obligatoire
Propriétaire Dimitri Mader
Lancement
État actuel inaccessible depuis le 3 octobre 2016

Wawa-mania est un site de warez mis en ligne le par Dimitri Mader, dit Zac, sur lequel les membres s'échangent des liens de téléchargement de contenu. En 2012, il est considéré comme le plus gros site web warez français, revendiquant plus de 2 millions de membres et totalisant plus de 600 000 visiteurs uniques par mois[1].

Description[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Le site est lancé le , soit pendant les ennuis judiciaires de la plus grosse board française, Oleoo (à l'époque Zone-warez). Le 5 novembre 2007, le site compte 300 000 membres. En juin 2009, Zac est interpellé et placé en garde à vue à la suite d'une plainte de la SACEM par la BEFTI[2],[3].

En 2010, Zac est poursuivi pour « contrefaçon d'œuvres de l'esprit »[4], il change de pseudo et prends le nom de HTCpower.

En avril 2012, le DNS ne pointe plus vers un domaine national des îles Samoa (.ws) mais vers le domaine officiel des Îles Cocos (.cc)[5]. En novembre 2012, le domaine pointe vers l'Équateur (.ec).

En 2015, le site est de nouveau financé par de la publicité (bandeau et pop-up) pendant quelques mois .

En septembre 2015, Wawa-Mania subit une refonte générale, incluant le code et le design. Pendant la migration, le forum est attaqué et doit être désactivé pour maintenance pendant plus de 24 heures. Depuis sa refonte, le site web utilise son propre CMS, NinjaCMS, financé par les dons[6].

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

En 2010, Zac est poursuivi pour « contrefaçon d'œuvres de l'esprit »[4], il change de pseudo et prend le nom de HTCpower.

En avril 2015, Dimitri Mader est condamné à un an de prison ferme et à 15 000 euros d'amende. Résidant depuis 2011 aux Philippines, il est absent au procès.

Le 2 juillet 2015, Dimitri Mader est condamné à verser au total plus de 13 millions d’euros de dommages et intérêts aux ayants droit, pour la plupart des majors américaines[7].

Depuis octobre 2016, le site a disparu des écrans sans raison apparente

Critiques[modifier | modifier le code]

Le site est souvent la cible de critiques et divise les défenseurs d'un internet libre[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benjamin Ferran, « Le streaming illégal n'a pas digéré l'arrêt de Megaupload », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro,‎ (consulté le 10 août 2013)
  2. Envoyé spécial du
  3. Nil Sanyas, « L'affaire Wawa-Mania prend une sale tournure », sur www.pcinpact.com,‎ (consulté le 11 août 2013).
  4. a et b Boris Manent, « L'affaire Wawa-Mania enflamme la communauté anti-Hadopi », sur tempsreel.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur,‎ (consulté le 11 août 2013). L'affaire Wawa-Mania enflamme la communauté anti-Hadopi]
  5. « En bref : Wawa-Mania.ws n’est plus – Nouvelle adresse du forum finalement et désormais page malveillante avec Firefox », sur www.brizawen.com,‎ (consulté le 11 août 2013). Wawa-Mania.ws n’est plus – Nouvelle adresse du forum finalement ]
  6. Ninja, « Archive : Le forum était quasiment inaccessible pendant 1 mois après son ouverture, problème technique ? », sur Wawa-Mania (consulté le 5 mars 2016).
  7. « Tribunal de grande Instance de Paris, 31ème chambre correctionnelle 2, jugement correctionnel du 2 juillet 2015 », sur Legalis,‎ (consulté le 12 janvier 2016).
  8. Arnaud Devillard, « Wawa-mania : les pro-téléchargement libre s'écharpent », sur www.01net.com, 01net.com,‎ (consulté le 11 août 2013). Wawa-mania : les pro-téléchargement libre s'écharpent]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]