Vladimír Mlynář

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vladimír Mlynář
Vladimir Mlynar.jpg
Fonctions
Rédacteur en chef
Respekt
-
Martin Fendrych (d)
Député de la République tchèque
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (51 ans)
PragueVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Mère
Rita Klímová (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Milena Bartlová (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Stanislav Budín (d) (grand-père maternel)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Vladimír Mlynář

Vladimír Mlynář est un journaliste et un homme politique tchèque, né le 15 janvier 1966 à Prague. Il est le fils de Rita Klímová, professeur d'économie et ancienne ambassadrice de Tchécoslovaquie aux États-Unis (1990-1991) et de l'opposant communiste réformateur Zdeněk Mlynář.

Carrière journalistique et politique[modifier | modifier le code]

Journaliste, Vladimír Mlynář sera de 1994 à 1997 rédacteur en chef du magazine Respekt avant de s'engager en politique sous les couleurs du parti Unie Svobody (centre-droit). Le 2 janvier 1998, il est appelé à exercer les fonctions de ministre sans portefeuille au sein du gouvernement de Josef Tošovský, où il sera notamment chargé des politiques publiques de lutte contre les discriminations. Il se fera notamment l'avocat de l'érection d'un monument commémoratif sur l'emplacement de l'ancien camp de concentration de Lety, près de Písek.

Le 1er janvier 2003, Vladimír Mlynář devient ministre de l'Informatique du gouvernement de Vladimír Špidla et poursuivra ses fonctions dans le gouvernement suivant conduit par Stanislav Gross. Mais il démissionne lors du scandale immobilier mettant en cause ce parti pour protester contre l'attitude de son parti, l'US-DEU, qui a choisi de rester dans la coalition gouvernementale en dépit de l'affaire.

La carrière de Mlynář va connaître un brutal coup d'arrêt avec l'affaire Testcom.

L'affaire Testcom[modifier | modifier le code]

Celle-ci débute lorsque le ministère de l'Informatique alloue 7, 5 millions de couronnes tchèques (environ 200 000 euros au cours de l'époque) à la création d'une société anonyme, Testcom servis sro (Testcom Services SA). Filiale de l'entreprise publique Testcom, qui dépend du ministère de l'Informatique, cette société est chargée de la mise en place d'un portail internet de l'administration tchèque.

La loi tchèque interdisant le financement de sociétés privées par des établissements publics, Mlynář qui a signé le contrat accordant à Testcom sro la conception du portail est accusé de détournement de fonds publics. Mlynář nie cette accusation en se fondant sur le fait que Testcom a effectué une prestation pour le compte de l'État, et qu'aucun dommage ni aucune perte n'a résulté pour celui-ci de la signature du contrat.

Le 24 janvier 2007, la juge du tribunal municipal de Prague Silvia Slepičková le condamne à une peine de prison de cinq ans et demi. Dušan Chmelíček et Vít Novotný, deux anciens cadres de Testcom et de Testcom servis, sont également condamnés à des peines de prison ferme, même si moins lourdes.

Se disant "choqué" par un verdict dont la presse s'accorde à reconnaître la sévérité, Mlynář a fait appel de la décision de la juge Slepičková.