Anthony Magnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Viva la commedia)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Magnier.
Anthony Magnier
Description de cette image, également commentée ci-après
Anthony Magnier en 2014.

Naissance
Courbevoie, Hauts-de-Seine, France
Activité principale Metteur en scène, comédien

Anthony Magnier, né le à Courbevoie, est un metteur en scène et comédien français.

Débuts[modifier | modifier le code]

Autodidacte, Anthony Magnier suit un cursus Deug "Arts du spectacle" à l'Université Paris 8, se forme à l'Ecole du Cirque de Nanterre (acrobatie, mime), à l'art du Clown et met en place un groupe d'auto-apprentissage sur les bases de la méthode de Jerzy Grotowski (teatr Laboratorium) et Eugenio Barba (Odin Teater). Il suit également une formation à l'écriture dramaturgique.

En 1995, il crée la compagnie "Théâtrikül" avec Stephan Debruyne. Influencé par Dario Fo, Ariane Mnouchkine et Philippe Caubère, et passionné de Commedia dell'Arte, il monte et interprète une adaptation masquée des "Fourberies de Scapin" de Molière pour deux comédiens et un musicien, il met en scène ensuite son premier texte original « L’orphelin des Limbes », spectacle entièrement masqué qui raconte de manière allégorique la mort du personnage d'Arlequin et sa transformation en acteur à visage découvert.

En parallèle, il poursuit sa carrière de comédien et devient assistant du metteur en scène Carlo Boso.

La Compagnie Viva[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

En 2002, Anthony Magnier regroupe autour de lui une famille de comédiens et créé la troupe Viva dont il devient directeur artistique, metteur en scène et comédien.

Le travail d'Anthony Magnier consiste à créer un pont entre la forme « all improviso » et celle du texte classique écrit. Les comédiens doivent en permanence donner l'impression d'improviser le texte et les situations, le rapport au public est direct et l'accent est mis sur la dimension populaire des œuvres[1].

Il crée « L’Illusion comique » de Pierre Corneille qui trouve un point d’union entre la fantaisie, le comique, la liberté du théâtre de tréteaux et la puissance, la précision et la profondeur du texte du poète.

S'ensuit alors une période classique où Anthony Magnier travaille à réadapter de grands textes du répertoire avec l'idée d'en bousculer les codes de mises en scène en s'appuyant sur l'énergie spécifique du théâtre de tréteaux qu'il maîtrise.

En parallèle, il monte un "seul en scène", retrouvant ses premières influences théâtrales : Philippe Caubère et Dario Fo : « L’Histoire du Tigre » de ce dernier retournant à la base même du théâtre populaire : la jonglerie. Le spectacle, toujours en tournée en 2012, se joue avec succès[2] dans toute la France aussi bien qu’à l’étranger (Égypte, Belgique, Tunisie ...) [3] .

En 2010, la création de Cyrano de Bergerac continue cette exploration du texte classique en ouvrant de nouvelles portes esthétiques. C’est le premier spectacle véritablement tragique que monte Anthony Magnier. Il rencontre un vrai succès au Festival d'Avignon[4].

Évolutions[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Peu à peu, Anthony Magnier prend ses libertés pour se tourner vers des formes de plus en plus contemporaines : il réadapte notamment Un fil à la patte de Georges Feydeau en donnant un coup de pied aux conventions attachés au nom de l'auteur[Mal dit].

En 2015, Andromaque marque véritablement un tournant dans sa démarche artistique. Nourri de dix ans de création, il envisage désormais le théâtre comme lieu d'exploration de l'humain. Le plateau se transforme en un immense terrain d'expérience de la réalité visible et non visible. Apparaissent alors de nouvelles collaborations, avec notamment Mathias Castagné (musicien et compositeur), Maxime Kurvers (scénographe) et Marc Augustin-Viguier (création lumière). Dès lors, le spectacle ne se vit plus pour le public comme une représentation mais bien comme une expérience collective entre la scène et la salle.

Résidences et partenaires[modifier | modifier le code]

De 2007 à 2010, la Compagnie Viva est en résidence au Théâtre de Ménilmontant.

À partir de septembre 2010, Viva est accueillie par la ville de Versailles qui met à sa disposition des locaux[5]. C'est la première compagnie professionnelle accueillie par la ville.

Viva est régulièrement en résidence dans des théâtres des Yvelines ( La Ferme de Bel-Ebat à Guyancourt, Centre culturel Jean Vilar à Marly-Le-Roi, La Grange de la Tremblay à Bois d'Arcy, Théâtre Montansier à Versailles).

La Compagnie Viva reçoit le soutien régulier du Conseil général des Yvelines, de l'ADAMI, du Jeune théâtre national, de la Région Ile de France et de la SPEDIDAM.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Metteur en scène et comédien[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]