Zanni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brighella, l’un des types les plus anciens et les plus constants de zannis.

Les zannis sont des personnages de théâtre type de valets.

Les bouffons, Sanniones ou bouffons de la comédie antique sont retrouvés, avec l’emploi de valets, dans la commedia dell'arte, où ils portent le nom de Zanni.

Les zanni présentent, sous les traits de Flautino, d’Arlequin, de Brighella, de Mezzetin, de Pierrot, de Scapin, de Coviello, de Polichinelle, de Trivelin, etc., des caractères comiques, dont les variétés vont de la ruse à la niaiserie. C’est dans ces rôles que les acteurs de la comédie improvisée montraient toute leur souplesse d’esprit, avec la prestesse de leurs mouvements.

Dans l’ancien théâtre français, le valet bouffon était aussi indispensable. Ses rôles divers s’appelèrent au XVIIe siècle « rôles de grande casaque », à cause de la casaque rayée sous laquelle il paraissait sur la scène. Parmi les valets de la comédie française, les uns, comme, Crispin, Scapin et Frontin, à l’exemple des zanni italiens, cherchent à se venger par la fourberie du désavantage et de l’humilité de leur condition.

D’autres se montrent dévoués, bons conseillers pour leurs maîtres qu’ils s’efforcent de moraliser et ils se rapprochent du confident de la tragédie. Tels sont le Cliton du Menteur et le Sganarelle du Festin de pierre.

Viennent ensuite, avec leurs caractères diversement nuancés, Mascarille, Jodelet, Gros-René, Figaro enfin, qui semble avoir donné au théâtre l’un des valets de comédie, en substituant au cynisme de leurs vices de convention les hardiesses de la libre pensée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Maurice Sand, Masques et bouffons (comédie italienne), Paris, Michel Lévy frères, 1860

Source[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 2010