École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis ENSATT)
Aller à : navigation, rechercher
École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre
Logo
Logo
Informations
Fondation 1941 à Paris
Localisation
Coordonnées 45° 45′ 12″ N 4° 48′ 41″ E / 45.753256, 4.81142245° 45′ 12″ Nord 4° 48′ 41″ Est / 45.753256, 4.811422
Ville Lyon
Pays Drapeau de la France France
Divers
Site web http://www.ensatt.fr/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre

L'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT), appelée familièrement autrefois École de la rue Blanche, créée en 1941 sous le nom de Centre de formation professionnelle du spectacle[1], est l'une des trois écoles nationales de théâtre en France. Il s'agit d'un établissement public sous tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche[2].

Missions[modifier | modifier le code]

Élèves de l'école, 1re promotion, 1944

L’ENSATT est une « école-théâtre » où sont enseignés les métiers de comédien, administrateur, costumier, habilleuse, machiniste, directeur technique, écrivain dramaturge, metteur en scène, régisseur-lumière, réalisateur sonore, régisseur, scénographe et créateur de costumes.

À ces enseignements professionnels s'ajoute un département théorique transversal : arts et humanités. L'établissement accueille près de 150 étudiants en formation initiale et 120 en formation continue.

Les diplômes de l'ENSATT s'inscrivent dans la réforme Licence-Master-Doctorat[réf. nécessaire] à la rentrée 2014.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 15 avril 1941, pendant l'Occupation, le Centre de formation professionnelle du spectacle est créé au 32, rue Flachat, dans le 17e arrondissement de Paris. Le 20 novembre, il est transformé en Centre de jeunesse du spectacle dans le cadre des centres de formation professionnelle institués par le gouvernement de Vichy. C'est une école préparatoire gratuite au Conservatoire nationale supérieur d'art dramatique (alors Conservatoire de musique et de déclamation), ouverte à d'autres disciplines, la décoration, l'écriture de pièces, la mise en scène ainsi qu'à des enseignements théoriques et pratiques, que dirige Raymond Rognoni, ancien pensionnaire de la Comédie-Française, chef de troupe, acteur et fondateur, en 1924, de l'École des enfants du spectacle, rue du Cardinal-Lemoine dans le 5e arrondissement de Paris..

Par manque de place, l'école déménage au 21, rue Blanche, 17e arrondissement, dans un hôtel particulier à l'abandon, construit vers 1900 par Charles Girault[3]. En septembre 1944, le Centre, sous tutelle de l'Enseignement technique rattaché au ministère de la Jeunesse et des Sports, passe sous la direction artistique de Jean Meyer.

En juin 1969, le centre d'apprentissage d'art dramatique est transformé en lycée technique avec l'appellation d'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre.

En mars 1970, Pierre Roudy, l'époux d'Yvette Roudy, agrégé d’anglais et auteur dramatique, est nommé proviseur du nouveau lycée technique, Jean Meyer, restant directeur artistique, devient le responsable adjoint.

Suite à des grèves et révoltes d'élèves, l'ENSATT passe, en mars 1993, sous la tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur.

En septembre 1991, Patrick Bourgeois succède à Pierre Roudy.

Malgré l'opposition des professeurs, l'école déménage à Lyon en septembre 1997, au 4, rue Sœur-Bouvier, dans un bâtiment neuf.

Liste d’anciens élèves[modifier | modifier le code]

Liste de professeurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'ENSATT
  2. « Décret n°91-601 du 27 juin 1991 relatif à l'Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre », sur Légifrance
  3. Girault, l'architecte du Petit Palais, l'a conçu à la demande de l'éditeur de musique Paul de Choudens

Lien externe[modifier | modifier le code]