Villyaellenite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villyaellenite
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates[1]
Général
Classe de Strunz 8.CB.10
Formule chimique (Mn2+,Ca,Zn)5(AsO4)2(AsO3OH)2,4H2O
Identification
Masse formulaire 904.44 uma
Couleur Incolore, rose, rose orange, rouge rose pâle
Classe cristalline et groupe d'espace Prismatique ; C 2/c
Système cristallin Monoclinique
Réseau de Bravais Centré C
Clivage Bon sur {100}
Habitus Prismatique, en rosettes, tabulaire, agrégats radiés, gerbes
Échelle de Mohs 4
Trait Blanc
Éclat Vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=1.713, b=1.723, g=1.729
Pléochroïsme x:orange rose très pâle; y:orange rose très pâle; z=orange rose pâle
Biréfringence Biaxial(-); 0.0160
Dispersion 2 vz ~ 70.5°-76°
Spectre d'absorption Z >>�X > Y.
Transparence Transparent
Propriétés chimiques
Densité 3.20-3.69
Propriétés physiques
Radioactivité Aucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La villyaellenite est une espèce minérale du groupe des arséniates et du sous-groupe des arséniates hydratés sans anions étrangers, de formule (Mn2+,Ca,Zn)5(AsO4)2(AsO3OH)2,4H2O, pouvant présenter des traces de zinc, de calcium et de fer.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

La villyaellenite a été décrite en 1984 par Sarp; elle fut nommée ainsi en l'honneur de Villy Aellen, directeur du Muséum d'histoire naturelle de Genève en Suisse.

Topotype[modifier | modifier le code]

  • Ste Marie-aux-Mines (Markirch), Haut-Rhin, Alsace, France[2]
  • Les échantillons de référence sont déposés au Muséum d'Histoire Naturelle de Genève, en Suisse.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 18.015-18.515 Å, b = 9.261-9.484 Å, c = 9.770-10.000 Å, β = 96.238°, Z = 4, V=1620.34 Å3
  • Densité calculée = 3,24-3,72

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

  • La villyaellenite forme une série avec la sainfeldite.
  • Elle fait partie d'un groupe de minéraux isostructuraux : le groupe de l'huréaulite.

Groupe de l'huréaulite[modifier | modifier le code]

  • huréaulite : Mn2+5(PO3OH)2(PO4)2,4(H2O), C 2/c; 2/m
  • Miguelromeroite : MnMn2Mn2(AsO3OH)2(PO4)2,4(H2O), C 2/c; 2/m
  • Nyholmite : Cd3Zn2(AsO3OH)2(PO4)2,4(H2O), C 2/c; 2/m
  • Sainfeldite : Ca5(AsO3OH)2(PO4)2,4(H2O), C 2/c; 2/m
  • Villyaellenite : Mn2Ca2(AsO3OH)2(PO4)2,4(H2O), C 2/c; 2/m

Gîtologie[modifier | modifier le code]

La villyaellenite a plusieurs origines différentes :

  • Il s'agit d'un rare produit de réaction, à basse température, de la gangue carbonée au contact de solutions arsénicales dérivées de l'arsenic (Sainte-Marie-aux-Mines, France)
  • Elle provient de la zone oxydée d'un dépôt de métaux riches en arsenic (Mapim'ı, Mexique)
  • Elle provient d'un gisement de zinc stratiforme métamorphosé (Sterling Hill, New Jersey, États-Unis).

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

Habitus[modifier | modifier le code]

La villyaellenite se présente souvent sous la forme de cristaux tabulaires à prismatiques pouvant atteindre 4 centimètres, mais aussi en rosettes et en agrégats radiés.

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Chili
Veta Negra Mine, Pampa Larga district, Tierra Amarilla, Copiapó Province, Région d'Atacama
  • États-Unis
Sterling Mine, Sterling Hill, Ogdensburg, Franklin Mining District, Comté de Sussex, New Jersey[3]
  • France
Sainte-Marie-aux-Mines (Markirch), Haut-Rhin, Alsace[2]
  • Japon
Gozaisho mine, Iwaki, Préfecture de Fukushima, Tōhoku, Honshū[4]
  • Mexique
La Cigueña vein[5] ?, Ojuela Mine, Mapimí, Mun. de Mapimí, État de Durango[6]
  • République Tchèque
Jáchymov (St Joachimsthal), Jáchymov (St Joachimsthal) District, Krušné Hory Mts (Erzgebirge), Karlovy Vary Region, Bohême[7]
  • Roumanie
Sacarîmb (Sãcãrâmb; Szekerembe; Nagyág), Hunedoara Co[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. a et b Sarp (1984); Am.Min.: 71 (1986): 1547 (abst.); 73 (1988):1172.
  3. Kampf, A.R. & Ross, C.R., II: Am.Min.:73:1172-1178 (1988); Dunn(1995):Pt5:684.
  4. Matsubara et al (1996) Mineralogical Journal, 18, #4, 155-160.
  5. Thomas P. Moore (2008) Lapis, 33, #7-8, 33-40.
  6. Mineralogical Record (2003) 34:5 The Ojuela Mine
  7. Lapis 2002(7/8), 63-65
  8. Ghegari, L. et al (1994), Studia Univ. Babes-Bolyai 39(1),127-140
  • Sarp, H. (1984) Villyaellenite, H2(Mn, Ca)5(AsO4)4 •4H2O un nouveau minéral de Sainte-Marie aux Mines (France). Schweiz. Mineral. Petrog. Mitt., 64, 323–328
  • (1986) Amer. Mineral., 71, 1547 (abs. ref. 1).
  • Kampf, A.R. and C.R. Ross II (1988) End-member villyaellenite from Mapimi, Durango, Mexico: descriptive mineralogy, crystal structure, and implications for the ordering of Mn and Ca in type villyaellenite. Amer. Mineral., 73, 1172–1178.
  • American Mineralogist 94,1535-1540(2009)