Victor Ruzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Victor Ruzo
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Victor Ruzo, de son vrai nom Victor Rutz (né le à Saint-Gall et décédé le à Territet) est un peintre suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • 1915 : sa famille s'installe à Zurich où l'artiste vivra jusqu'en 1946. Il y effectue sa scolarité, puis de 1928 à 1931 un apprentissage de styliste et de dessinateur de catalogues de mode.
  • 1934 : il épouse Ria Wedeking qui lui a donné quatre enfants et qui meurt en 2014 à 99 ans.
  • De 1931 à 1950, et sous son vrai nom, il crée environ 200 affiches qui lui valent une renommée internationale à l'époque où l'affiche suisse comptait parmi les plus créatives du monde.
  • 1945 : Victor Ruzo s'installe à Vevey où il est le voisin de Le Corbusier.
  • 1949 : il se rend sur la Côte d'Azur, et le 2 août de cette même année, il reçoit la visite de Pablo Picasso. Ce séjour est très fructueux pour l'artiste puisque Sir Winston Churchill prend contact avec lui et que la mécène américaine Florence Gould, propriétaire d'une fabuleuse collection, lui propose de s'occuper de la promotion de ses œuvres. Mais Victor Ruzo préfère rentrer en Suisse où il entreprend son fameux "tableau tournant" auquel il travaille durant quinze ans.
  • 1956 : paraît à New York un livre sur Ruzo écrit par L.P. Kuperman.
  • 1960 : le président de la Confédération, Paul Chaudet, lui fait l'amitié de sa présence lors de la pendaison de crémaillère de sa nouvelle demeure de Territet-Montreux, « La Muse », qui domine le lac Léman.
  • 1962 : paraît un livre en cinq langues rédigé par le critique d'art de Paris François Depret et l'historien de l'art zurichois Dr. W.Y. Muller.
  • 1964 : il est choisi pour représenter l'art suisse et décorer le pavillon de la Suisse à l'exposition mondiale de New York.
  • 1969-1971 : Marc Michel réalise un film de 90 minutes sur le «tableau tournant», 35 mm panoramique.
  • 1971 et 1972: il effectue un grand périple en Extrême-Orient où il visite l'Inde, le Japon, la Thaïlande et les Philippines.
  • 1979: un grand malheur frappe sa famille. Sa plus jeune fille, Mimosa, perd la vue et devient paralytique. Victor Ruzo cesse alors de peindre durant deux ans et depuis ce moment son épouse et lui vouent leur existence à leur fille.
  • 1982: paraît aux Éditions ABC (Zurich) une monographie écrite par Hans Neuburg et Adolf Wirz.
  • 1988 : création de la fondation Ruzo destinée à sa fille et aux jeunes frappés du même destin.
  • 1989 : étude d'un Musée et d'Archives Ruzo, dont la tâche serait d'établir une classification de l'œuvre immense de Victor Ruzo.
  • 1992 : ouverture du «Musée-Archives Ruzo Montreux-Territet».
  • De 1966 à 1997, il crée de nombreuses œuvres sur aluminium avec une émulsion spéciale de son invention.
  • 1997 : c'est l'apocalypse. Sa maison est ravagée par le feu. Sa fille y trouve la mort et 5 000 tableaux disparaissent à tout jamais.
  • 1998 : soutenu par Ria, Ruzo recommence à peindre. Ses œuvres augmentent encore de densité et de profondeur. Ruzo peint sans répit, comme un fou, avec acharnement. Cette folie créative est devenue une nécessité nourrissant son insatiable imagination.
  • 1999 : inauguration de sa nouvelle demeure à Territet qu'il a entièrement dessinée et reconstruite comme musée.
  • 2003 : exposition au palais de Marbre du musée national russe de Saint-Pétersbourg.
  • 2003 : le musée russe d'État édite un livre en trois langues à la suite de son exposition de Saint-Pétersbourg Victor Ruzo. La Vie et l'Œuvre du peintre aux Palace Éditions.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]