Veit Stoss

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Veit Stoss
Veit Stoss.jpg

Veit Stoß. Gravure, vers 1600, 7×5 cm

Naissance
Décès
Nationalités
Activités
sculpteur, sculpteur sur bois, peintre +
Le retable de Cracovie
L'Archange Raphaël et Tobias, Musée national germanique, Nuremberg

Veit Stoss (en polonais : Wit Stwosz) (né vers 1448 à Horb am Neckar ; † 1533 à Nuremberg[1]) est l'un des plus importants sculpteurs du gothique tardif.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine probablement souabe, Veit Stoß est actif en Pologne dans les années 1470, 1480 et 1490. Il tient son atelier à Cracovie, en travaillant pour le patriciat de la ville (le retable en bois polychrome de l'église Notre-Dame) et la basilique Sainte-Marie de Cracovie. Il travaille aussi pour la Cour des Jagellon : le gisant en marbre rouge du roi de Pologne Casimir IV Jagellon dans la chapelle Sainte-Croix de la basilique-cathédrale Saints-Stanislas-et-Venceslas de Cracovie du Wawel et pour les dignitaires de l'Église : le gisant en marbre du primat de Pologne, archevêque de Gniezno Zbigniew Olesnicki dans la primatiale de Gniezno, celui de l'évêque de Wloclawek, Pierre de Bnin (Piotr z Bnina) et l'épitaphe en bronze de l'humaniste italien au service des rois de Pologne, Filippo Buonaccorsi, dans le couvent des dominicains (église Sainte-Croix) à Cracovie (vers 1496).

Il se réinstalle en Allemagne, à Nuremberg à partir de 1496. Sur le chemin du retour, sa femme meurt. Il se retrouve victime d'un escroc, et lors du procès qui s'ensuit, il est condamné à avoir les deux joues marquées au fer rouge.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Hommage cinématographique[modifier | modifier le code]

Le film polonais de 1961 intitulé La pantoufle dorée prend pour décor principal, la basilique Sainte-Marie de Cracovie. Il met en scène un jeune sculpteur qui travaille à l'édification du retable gothique, sous la houlette du maître Veit Stoss. La cérémonie devant le roi Casimir IV Jagellon y est figurée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie Larousse en cinq volumes Larousse Édition 1993

Liens externes[modifier | modifier le code]