Valeri Levaneuski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valeri Levaneuski
Image illustrative de l'article Valeri Levaneuski
Fonctions
Un des leaders de l'opposition nationale
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Hrodna, Drapeau de la RSS de Biélorussie RSS de Biélorussie
Nationalité biélorusse
Profession entrepreneur
http://levonevsky.org

Valeri Stanislavovitch Levaneuski (en russe Левоне́вский Вале́рий Станисла́вович, en Biélorusse Вале́ры Станісла́вавіч Леване́ўскі, en anglais Valery Levaneuski, en polonais Walery Lewoniewski) est un homme politique biélorusse, ancien prisonnier politique. Il est reconnu prisonnier d'opinion[1] par Amnesty International (Amnistie Internationale).

Biographie[modifier | modifier le code]

le 15 août 1963 à Hrodna dans une grande famille[2], il se passionne pour la boxe, le jeu d’échecs, la photographie, la radio-électronique, la programmation informatique, la philosophie, la jurisprudence.

En 1979 il est candidat à la maîtrise en boxe anglaise.

En 1980 sa carrière commence par la fonction de mécanicien dans les ateliers mécaniques.

De 1980 à 1982, service dans l’Armée Soviétique, il a été le premier de l’Armée soviétique et bulgare.

De 1985 à 1991, il est successivement ajusteur d'équipement de radio, mécanicien des appareils d’inspection et de surveillance et des mécanismes automatiques, ingénieur dans les entreprises de la ville de Hronda.

En 1991 il est enregistré en tant qu’entrepreneur individuel. Il a dirigé l’Association publique régionale de Hronda pour la protection des droits des contribuables, des consommateurs et des automobilistes; le Centre d’Information et de droit de Hronda; le Centre de la protection des droits des consommateurs.

Dès 1996 il préside le Comité de grève des entrepreneurs de la République de Bélarus. Il est l’organisateur des actions de masse des entrepreneurs en République de Bélarus, ce pourquoi il est arrêté, sanctionné et poursuivi. Il est le fondateur et le rédacteur en chef du bulletin républicain « Prédprinimatel » (« l'Entrepreneur »)[3]. À plusieurs reprises, il a pris part aux élections en tant que candidat à la députation des organes locaux et républicains du pouvoir législatif. Dans tous les cas, l’enregistrement lui a été refusé par des raisons politiques[4],[5].

En 2001 il a postulé la présidence de la République de Bélarus[6]. Mais il a retiré sa candidature[7],[8] à cause des changements dans la législation lors des élections (Décret nº 20 de 2001[9]).

De 2004 à 2006 — il a purgé une peine d’emprisonnement dans une colonie, avec confiscation des biens, art. 368, partie 2 du Code Pénal de la République de Bélarus (insulte au Président de la République de Bélarus). La libération conditionnelle et l’amnistie ont été refusées à Valeri Levaneuski. Dans les colonies Valeri purgeait continuellement des peines, telles que; insertion dans la cellule d’isolement de sanction, privation de rendez-vous, il a aussi subi des tortures et des moqueries, recevait des menaces d’assassinat de la part de l’administration du pénitencier; dont le but principal était le renoncement public à son activité politique. Pendant toute la période de l’emprisonnement il a été privé d’assistance et d'examen médical qualifié. Il lui a été interdit de contester contre le recouvrement judiciaire appliqué par l’administration des prisons.

Valeri Levaneuski a entièrement purgé une peine de prison de deux ans dans différentes prisons et colonies[1] dont;

En 2010 a sorti un documentaire intitulé Sous la hausse du pouvoir[10], consacré au développement du mouvement revendicatif des entrepreneurs en Bélarus. Le héros principal, Valeri Levaneuski, raconte combien il est important et dangereux de mener un business en Bélarus. Le film est devenu lauréat du XV visionnage polonais des documentaires intitulé BAZAR à Poznań.

Affaire pénale[modifier | modifier le code]

Au seuil du , on diffusait à Hronda des tracts dans lesquels V. Levaneuski invitait les citadins à prendre part au meeting le 1er mai. Les tracts contenaient aussi le texte suivant[11],[12];

« Viens et dis que tu es contre que « quelqu’un » parte en vacances en Autriche, fasse du ski, passe du bon temps à tes frais ».

Puisqu’il a été connu que le président de la Bélarus Alexandre Loukachenko étais en congé en Autriche le Parquet de la Bélarus l’a considéré par suite comme une insulte publique au président.

Le 1er mai 2004 Levaneuski voulait prendre part à la démonstration sanctionnée par les pouvoirs de Hrodna, mais le matin il a été retenu à la sortie de chez lui. Les agents de police l’ont livré au poste de police local, et ayant retiré son argent et son passport, l’ont placé en isolation en détention provisoire. Le matin de la même journée les enfants de Levaneuski ont été détenus, mais après quelques heures on les a libérés[13].

Le 3 mai 2004 on l’a condamné à 15 jours de détention. On l’a jugé pas au tribunal, mais dans la salle d’IDP (isolation de la détention provisoire)[14].

Le 3 mai 2004 Vladimir Levaneuski, le fils de Valeri Levaneuski, a été condamné à 13 jours de détention, pour sa participation active au meeting (du 1er mai)[14].

Le 7 mai 2004 les agents du KGB et d’OMON ont forcé le domicile de Levaneuski. La perquisition a duré 6 heures. Toute la bureautique, beaucoup de documents et d'objets précieux ont été retirés de l’appartement[14],[15],[16]. Les agents de KGB ont obligé la fille mineure de Levaneuski de faire une déposition contre son père et ont procédé à des perquisitions[17] chez les parents de Levaneuski, ainsi que dans les bureaux des organisations non gouvernementales, qui selon l’avis des services secrets, pourraient être impliquées dans l’affaire de « l’Insulte au président ».

Le 14 mai 2004, un jour avant la fin de la détention, on lui prolonge le délai de 3 jours.

Le 18 mai 2004 on accuse Levaneuski selon l’article 368 (2 partie) du Code pénal de la Bélarus « Insulte publique au président de la Bélarus commise par une personne, jugée auparavant pour l’insulte ou la calomnie ». D’ IDP Valeri a été déplacé à SIZO pour un délai de deux mois[18].

Le 4 juin 2004 pour la première fois depuis le moment de l'arrêt (1er mai 2004), on permet à Levaneuski de voir sa femme à SIZO[19].

Le 12 juillet 2004 on prolonge la détention pour un autre mois[20].

Le 21 juillet 2004 la femme de Levaneuski s’adresse au président de la Bélarus A. Loukachenko avec les plaintes contre les conditions de la détention de son mari à SIZO[21].

Le 21 juillet 2004 est entamée une affaire pénale contre son fils Vladimir, selon l’article 342 du code pénal de la Bélarus, on lui incrimine « l’organisation d’un meeting non autorisé » (avec un délai d’arrêt jusqu’à 3 ans)[22].

Le 21 juillet 2004 Valeri Levaneuski entame une grève de la faim à SIZO[23].

Le 27 juillet 2004 Levaneuski arrête sa grève de la faim[24].

Le 28 juillet 2004 Valeri Levaneuski et son fils sont renvoyés d’accusation selon l’art. 342 du Code pénal de la République de la Bélarus[25].

Le Sergueï Shnourov (« Leningrad ») et Alexandre Vassiliev (« Splin ») sont produits en protection de Levaneuski[26].

Le 16 août 2004 le tribunal prolonge le délai de la détention provisoire de Levaneuski encore pour un mois[27].

Le 7 septembre 2004 le tribunal de la région de Lenin à Hrodna (le juge D.V. Demtchenko, l’accusateur public E.R. Panasjuk) reconnaît Alexandre Alexandrovitch Vassiliev et Valeri Stanislavovitch Levaneuski coupables d’insulte publique au président de la République de Bélarus, selon la 2 partie de l’art. 368 du Code Pénal de la République de Bélarus ; tous les deux sont condamnés à deux ans de détention dans une colonie du régime général[28].

Le 16 septembre 2004 Le Parlement européen demande aux autorités biélorusses de libérer immédiatement Valeri Levaneuski et tous les autres opposants politiques[29].

Famille[modifier | modifier le code]

Valeri Levaneuski est marié et a quatre enfants.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bélarus: Valeri Levaneuski et Alexandre Vassiliev ont été emprisonnés pour avoir publié un poème | Amnesty International
  2. L’Autobiographie sur le site officiel de V.S. Levaneuski
  3. Le Bulletin “Prédprinimatel” ("l’Entrepreneur") (version en ligne)
  4. On a refusé d'enregistrer la candidature à la députation de Valeri Levaneuski
  5. La commission électorale de la circonscription du Nord de Hronda a refusé d’enregistrer le groupe initiative de Valeri Levaneuski
  6. 25 personnes prétendent au siège présidentiel de la Bélarus
  7. Le président du comité de grève des entrepreneurs, V. Levaneuski sort de la course préélectorale, - Commission électorale "BelaPan"
  8. Au soutien du candidat potentiel à la présidentielle, Valeri Levaneuski, il a été recueilli 19 000 signatures, – Commission électorale "BelaPan"
  9. Le décret nº 20 du 26 juin 2001 du Président de la République de Bélarus
  10. Film: Valeri Levaneuski – sous la hausse du pouvoir (vidéo)
  11. Bélarus: Valeri Levaneuski et Alexandre Vassiliev ont été emprisonnés pour avoir publié un poème
  12. Le tract qui a servi de base pour entamer l’affaire pénale nº04065250036
  13. Valeri Levaneuski est arrêté
  14. a, b et c A Hrodna on cherche le poète Tchoukovski,le journal Komsomolskaya Pravda en Biélorussie
  15. Les agents de KGB et d’OMON ont forcé le domicile de Valeri Levaneuski (photo)
  16. Photoreportage de la perquisition de l’appartement de Levaneuski
  17. Perquisition totale à Hrodna
  18. Меру стрыманьня для Леванеўскага пакінулі бязь зьменаў — два месяцы ў СІЗА, Радыё Свабода
  19. On a permis à Valeri Levaneuski de se voir avec sa femme pour la première fois
  20. Валер Леванеўскі будзе сядзець за кратамі да 15 жніўня
  21. Marina Levaneuskaya; “Arrêtez la violence contre mon mari!”
  22. Новая крымінальная справа распачата ў Горадні супраць Валерыя Леванеўскага, ягонага сына й сям’і Васільевых, Радыё Свабода
  23. Valeri Levaneuski a entamé une grève de la faim
  24. Valeri Levaneuski a arrêté la grève de la faim
  25. Леванеўскага больш не абвінавачваюць у правядзеньні несанкцыянаванага мітынгу
  26. Les musiciens russes se sont joints à l’initiative de l’Amnistie Internationale en protection des prisonniers d'opinion en Biélorussie, D’autres côtes
  27. On a encore prolongé le délai de détention de Valeri Levaneuski
  28. Le prisonnier politique Alexandre Vassiliev a 62 ans
  29. Résolution du Parlement Européen sur la situation au Bélarus, en différentes langues