Tuerie d'Isla Vista

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tuerie d'Isla Vista

Localisation Isla Vista, Californie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Cible Civils (principalement des étudiants)
Coordonnées 34° 24′ 43″ nord, 119° 51′ 32″ ouest
Date 23 mai 2014
Type Meurtre-suicide, tuerie à la chaîne
Armes 2 couteaux de chasse
Pistolet Sig-Sauer P226
Voiture BMW 328i[1]
Morts 7 (dont le tueur)
Blessés 14
Auteurs Elliot Rodger

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Tuerie d'Isla Vista

Géolocalisation sur la carte : Californie

(Voir situation sur carte : Californie)
Tuerie d'Isla Vista

La tuerie d'Isla Vista est une tuerie de masse qui eut lieu le à Isla Vista, dans le comté de Santa Barbara, dans l'état de Californie, aux États-Unis. Le tueur est Elliot Rodger qui, motivé par sa haine des femmes, tue 6 personnes et en blesse 14 autres avant de se suicider. Il utilise plusieurs couteaux, des pistolets ainsi que sa voiture dans l'attaque.

La tuerie entraîne des réactions liées à la misogynie du tueur et au contrôle des armes à feu.

Événements[modifier | modifier le code]

Le 23 mai 2014, Elliot Rodger poignarde successivement ses deux camarades de chambre ainsi qu'un de leurs amis alors qu'ils rentraient dans son appartement[1],[2].

Quelques heures plus tard, il se rend à un café Starbucks où il achète un café. Il retourne ensuite dans sa voiture et met en ligne, grâce à son ordinateur portable, un manifeste et une vidéo dans lesquels il expose ses motivations[1].

Armé de plusieurs pistolets, Elliot Rodger se rend alors à une maison de sororité à la porte de laquelle il frappe, avec l'intention de tuer les étudiantes à l'intérieur. Ne recevant pas de réponse, Rodger tire sur trois étudiantes qui passaient devant la maison, tuant deux d'entre elles et blessant la troisième[1],[2],[3].

Rodger retourne dans sa voiture et se rend à un bâtiment inoccupé vers lequel il tire, pensant pouvoir y atteindre d'éventuels occupants[1]. Le tueur continue de rouler jusqu'à un magasin, où il y abat un homme[1],[2],[3].

Elliot Rodger conduit à vive allure à travers la ville, parfois du mauvais côté de la route[1],[2]. Il tire sur les passants et renverse volontairement piétons, skateboardeurs et cyclistes[1],[2],[3]. Il échange deux fois des coups de feu avec la police et est blessé à la hanche lors de la seconde altercation[1]. Il renverse un cycliste et sa voiture finit par rentrer dans un véhicule stationné[1],[2],[3]. Un adjoint au shérif retire alors Rodger de la voiture pour le menotter et constate sa mort, le tireur s'étant suicidé d'un tir de fusil à pompe dans la tête[1].

Durant la tuerie, Rodger a tué 6 personnes et en a blessé 14 autres[1].

Victimes[modifier | modifier le code]

  • George Chen, 19 ans et Cheng-Yuan (dit « James ») Hong, 20 ans : colocataires du tueur, reçurent respectivement 94 et 25 coups de couteau.
  • Weihan (dit « David ») Wang, 20 ans : ami de Chen et Hong, se trouvait dans leur appartement au moment des faits. Mort de 15 coups de couteau.
  • Katherine Breann Cooper, 22 ans et Veronika Elizabeth Weiss, 19 ans : abattues devant le Q.G. d'une sororité étudiante, de 8 et 7 balles respectivement.
  • Christopher Ross Michaels-Martinez, 20 ans : tué d'une balle dans la poitrine, dans une épicerie.

Les six victimes étaient toutes des étudiants à l'université de Californie à Santa Barbara, et furent déclarées mortes sur les lieux du crime. L'université leur accorda des diplômes posthumes.

Tireur[modifier | modifier le code]

Elliot Oliver Robertson Rodger est né le à Londres[4] dans une famille baignant dans les médias : son grand-père George Rodger est un photojournaliste britannique connu pour ses clichés de la Seconde Guerre mondiale, son père Peter Rodger travailla comme assistant-réalisateur de la saga Hunger Games[5],[6], sa mère Chin, d'origine sino-malaisienne, travaille pour une maison de production.

Il émigre aux États-Unis avec ses parents à l'âge de cinq ans. Ses parents divorcent par la suite, et son père se remarie avec l'actrice franco-marocaine Soumaya Akaaboune, connue en France comme participante de l'émission Les Vraies Housewives où Elliot Rodger fit d'ailleurs une brève apparition[7].

Le jour de la tuerie, Elliot Rodger met en ligne un manifeste intitulé My twisted World[1] dans lequel il relate sa vie et expose les motivations de ses meurtres[8]. Il publie également une vidéo appelée «Retribution»[1] («Châtiment»). Il explique dans ces documents vouloir se venger des femmes qui l'auraient toujours ignoré[6],[9]

Réactions[modifier | modifier le code]

Contrôle des armes[modifier | modifier le code]

Après la fusillade, Richard Ramirez, le père de Christopher Ramirez qui fut tué lors de la fusillade, exprime son mécontentement vis-à-vis du contrôle des armes trop laxiste selon lui[10]. Il décide de se consacrer au plaidoyer du contrôle des armes[11].

#NotAllMen / #YesAllWomen[modifier | modifier le code]

La misogynie affichée du tueur engendre un débat sur les causes du massacre. Le débat se poursuit sur les réseaux sociaux, où certains utilisent l'argument « not all men » (non, tous les hommes ne sont pas...) pour protester contre ce qu'ils perçoivent comme une généralisation misandre considérant tous les hommes comme des violeurs ou agresseurs misogynes potentiels[12]. L'expression existait déjà avant le massacre[13], néanmoins c'est dans les débats qui ont suivi que fut créé sur Twitter, le mot-dièse #YesAllWomen (oui, toutes les femmes...) regroupant les expériences personnelles des femmes en matière de violences, harcèlement et discriminations sexistes[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) « Isla Vista Mass Murder — May 23, 2014 — Investigative Summary » [PDF], sur sbsheriff.us,‎ (consulté le 17 mars 2016)
  2. a, b, c, d, e et f (en) « Timeline: A killer's rampage through a California college town », sur cnn.com,‎ (consulté le 17 mars 2016)
  3. a, b, c et d (en) « Map of the Mayhem », sur independent.com,‎ (consulté le 17 mars 2016)
  4. (en) « Isla Vista shooting: Read Elliot Rodger's graphic, elaborate attack plan », sur latimes.com,‎ (consulté le 17 mars 2016) : « On the morning of July 24th, 1991, in a London hospital, I was born. »
  5. (en) « California drive-by shooting: 'Son of Hunger Games assistant director' Elliot Rodger suspected of killing six », sur telegraph.co,‎ (consulté le 17 mars 2016)
  6. a et b « Carnage de Isla Vista: quand la misogynie tue », sur slate.fr,‎ (consulté le 18 mars 2016)
  7. « Fusillade de Santa Barbara : Il voulait tuer Soumaya des Vraies Housewives », sur www.purepeople.com,‎ (consulté le 14 mai 2016)
  8. (en) « What we should learn from Elliot Rodger's 'Twisted World' », sur latimes.com,‎ (consulté le 18 mars 2016)
  9. (en) Hadley Freeman, « Elliot Rodger was a misogynist – but is that all he was? », sur theguardian.com,‎ (consulté le 18 mars 2016)
  10. (en) « Gun law proposed in California in wake of Elliot Rodger's killing spree », sur cbsnews.com,‎ (consulté le 19 mars 2016)
  11. « One year after the Isla Vista massacre, a father's gun control mission is personal », sur theguardian.com,‎ (consulté le 19 mars 2016)
  12. (en) Philip Plait, « #NotAllMen: How Not to Derail Discussions of Women’s Issues », sur Slate,‎ (consulté le 29 mai 2016)
  13. (en) Jess Zimmerman, « Not All Men: A Brief History of Every Dude’s Favorite Argument », sur Time,‎ (consulté le 29 mai 2016)
  14. Carole Boinet, « Meurtres de Santa Barbara: #YesAllWomen dénonce une tuerie masculiniste », sur Les Inrocks,‎ (consulté le 14 mai 2016)