Tteokbokki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tteokbokki
Image illustrative de l'article Tteokbokki

Lieu d’origine Corée
Place dans le service plat principal, en-cas
Température de service Chaud
Ingrédients gateau de riz, épices
Accompagnement soju, makgeolli
Classification Cuisine coréenne

Le tteokbokki (en coréen 떡볶이, romanisation révisée :ddeokbokki), parfois orthographié topokki est un hors-d’œuvre coréen composé d'une base tteok (en coréen , galettes de riz courtes et épaisses), de gochujang (en coréen 고추장, une sauce pimentée) et de différents ingrédients selon les variantes (ciboulette, graines de sésame, œufs durs, viandes, légumes, etc.). Ils sont souvent vendus par les pojangmachas (en coréen 포장마차, littéralement « chariot couvert »), marchands ambulants ou fixes de rue.

On peut les servir dans des assiettes ou sous forme de brochettes (en coréen 떡꼬치 tteokkkochi).

Histoire[modifier | modifier le code]

Autrefois, amuse-gueule de la cuisine royale, ce plat ne contenait pas de piment, cuisiné avec de la sauce de soja, de l'huile de sésame, du bœuf émincé, des lentin du chêne, du sel, de l'échalote, de l'ail, du sésame salé, des courgettes et des carottes, auxquels on ajoute, suivant les désirs, des œufs ou des végétaux. Selon la légende, la version pimentée aurait été créée après la guerre de Corée (19501953), lorsqu'une grand-mère aurait fait tomber par erreur des tteokbokki dans de la pâte de piment. La première boutique recensée ayant vendu la version pimentée, l'aurait fait en 1953, près de la porte Gwanghwamun, à Séoul, et elle est devenue depuis un des plats les plus répandus dans les pojangmacha[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) (ko) « Topokki was Not Red at First! » (consulté le 3 février 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :