Trimeresurus albolabris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crotale des Bambous, Fer de lance asiatique

Trimeresurus albolabris, le Crotale des Bambous ou Fer de lance asiatique, est une espèce de serpents de la famille des Viperidae[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre[1] :

Habitat[modifier | modifier le code]

Le crotale des bambous vit dans les épais sous-bois des forêts tropicales et dans les plantations.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un serpent venimeux de couleur vert vif, avec une face ventrale plus pâle.

Cette espèce présente un dimorphisme sexuel : les femelles sont d'un vert uniforme, en particulier la tête et sont les plus grandes, pouvant atteindre 80 cm de long ; les mâles ont une ligne blanche non brisée qui s'étirent le long de leur flanc, tête incluse ("lèvres blanches"), et sont plus petits, pouvant atteindre seulement 60 cm.

Le crotale des bambous est un chasseur nocturne aux mœurs arboricoles. Il utilise ses fossettes thermosensibles localisées entre ses yeux et ses narines pour s'aider à repérer ses proies[2] qui sont essentiellement des rongeurs (rats, souris) et parfois des grenouilles. Comme tous ses cousins d'Amérique, ce crotale possède une dentition solénoglyphe, c'est à- dire des crochets rétractables relativement longs qui lui permettent d'inoculer son venin.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Les crotales des bambous se reproduisent après la saison des pluies. Ce serpent est ovovivipare, il peut donner naissance entre 8 et 12 petits crotales déjà formés d'un vingtaine de centimètres.

Danger[modifier | modifier le code]

Le Crotale des Bambous, de par sa robe verte, est particulièrement recherché par les collectionneurs, notamment car ils possèdent une fausse réputation de « venimeux peu dangereux ». En France en 1999, sur les douze observations d’envenimations par animaux exotiques colligés par le Centre Antipoison de Marseille, trois mettaient en cause des Crotales des Bambous, dont la morsure peut entraîner des troubles de la coagulation sévères et des signes loco-régionaux extensifs pouvant nécessiter une prise en charge chirurgicale (aponévrectomie de décharge)[3]. Son venin est hémotoxique[4]. À défaut d'être d'une grande dangerosité, il est constant que les chercheurs ou éleveurs qui ont été accidentellement envenimés lors des nourrissages ou manipulation ont officiellement prétendu sur leurs sites ou ouvrages techniques que la douleur correspondant à ce venin est la plus insoutenable de toutes celles qu'ils ont connues jusqu'alors bien qu'elle ne demeure pas constante et décroisse rapidement.

En Asie du Sud-Est, les fréquentes morsures du crotale du bambous sont heureusement rarement sérieuses.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Gray, 1842 : Synopsis of the species of Rattle-Snakes, or Family of CROTALIDÆ. The Zoological Miscellany, vol. 2, p. 47-51 (texte intégral).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Référence Reptarium Reptile Database : Trimeresurus albolabris 
  2. Chris Mattison (trad. Yvan Ineich et Annemarie Ohler), Serpents, autres reptiles et amphibiens, Larousse, , 352 p. (ISBN 978-2-03-589883-8), p. Crotale des arbres à lèvres blanches page 114
  3. Docteurs Luc de Haro, Jocelyne Arditti, Jean-Marc David et Marc Valli Centre Antipoison, Hôpital Salvator, « 12 observations d’envenimations par animaux exotiques colligés par le Centre Antipoison de Marseille durant l’année 1999 », revue Urgence Pratique - Novembre 2000 n°43
  4. Fiche sur toxinology.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :