Trichechus manatus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trichechus manatus
Description de cette image, également commentée ci-après

Lamantin des Caraïbes

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Sirenia
Famille Trichechidae
Genre Trichechus

Nom binominal

Trichechus manatus
Linnaeus, 1758

Statut de conservation UICN

( VU )
VU C1 : Vulnérable

Répartition géographique

Description de l'image Mapa distribuicao Trichechus.png.

     /    Trichechus manatus

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 01/07/1975

Le Lamantin des Caraïbes (Trichechus manatus) est un lamantin, et l'espèce la plus grande encore en vie de mammifère de l'ordre des siréniens (qui comprend aussi le Dugong et l'espèce éteinte, la Rhytine de Steller). Le lamantin des Caraïbes, Trichechus manatus, est une espèce distincte du lamantin d'Amazonie, T. inunguis, et du lamantin d'Afrique de l'Ouest, T. senegalensis. D'après des études génétiques et morphologiques, le lamantin des Caraïbes est subdivisé en deux sous-espèces, le lamantin de Floride (T. m. latirostris) et le lamantin des Antilles ou lamantin caraïbéen (T. m. manatus)[1],[2]. Toutefois, une recherche génétique récente (ADN mt) suggère que le lamantin des Caraïbes est composé de trois groupes qui sont plus ou moins répartis géographiquement comme ceci : (1) en Floride et dans les grandes Antilles; (2) en Amérique centrale et au Nord de l'Amérique du Sud ; et (3) au Nord-Est de l'Amérique du Sud[3].

Élevage en captivité[modifier | modifier le code]

Le Parc zoologique de Paris détient un spécimen du nom de Tinus, né le 6 octobre 1989, au zoo d’Amsterdam, aux Pays-Bas[4]. Il est présenté au public dans la grande serre tropicale. Plusieurs spécimens sont également visibles au zoo de Beauval.

Voir aussi (externe)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Domning and Hayek (1986 Marine Mammal Science 2(2):87-144)
  2. Hatt (1934 Natural History 66:533-566)
  3. (Garcia-Rodriguez 1998 Molecular Ecology 7:1137-1149; Vianna et al. in press Molecular Ecology)
  4. Voir Page Mnhn - Parc Zoologique de Paris [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :