Tranny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tranny (argot))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tranny (ou travelo en français) est un terme argotique et péjoratif principalement employé pour décrire les personnes trans, drag queen (ou drag king) ou travesties[1],[2].

Au début des années 2010, il y a eu des débats concernant ce terme : s'il était péjoratif, encore considéré comme acceptable, ou même s'il était un terme réapproprié par la communauté LGBT.

Mais en 2017, le mot a été banni par la majorité des guides de rédaction des médias aux États-Unis et considéré propos haineux par Facebook[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Roz Kaveney écrit dans The Guardian en 2010 que « tranny » était depuis peu réapproprié et utilisé avec fierté par les activistes trans, mais cela ne prend pas beaucoup d'essor hors de l'activisme, en partie parce que le mot continue à être utilisé comme une insulte[5].

Lance Bass a dit en 2011 qu'il pensait que le terme n'était pas une insulte, car il l'avait fréquemment entendu dans RuPaul's Drag Race ou Project Runaway, mais s'est excusé de l'avoir utilisé dans Access Hollywood après avoir appris de The Advocate et The Gay & Lesbian Alliance Against Defamation (GLAAD) que ce n'était pas acceptable[6].

La page de ressources transgenre de GLAAD en 2011 nous informe que le terme est « généralement considéré offensant et/ou diffamatoire envers les personnes transgenres »[7]. Les activistes trans et drag queens comme RuPaul, Justin Vivian Bond, Kate Bornstein et Lade Bunny ont défendu l'utilisation du terme[8]. Bond a déclaré en 2014 que bannir ce mot n'éliminait pas la transphobie mais « vole une identité joyeuse et difficilement gagnée à ceux qui sont et ont été complètement à l'aise, voire ravis d'être trans/travelos. » Au même moment, RuPaul a dit « j'adore le mot tranny » et que ce mot n'était pas redéfini par la communauté trans, mais seulement par « les marginaux qui cherchent des prétextes pour renforcer leur identité en tant que victimes. »[9]

Kate Bornstein a expliqué que le mot était utilisé dans les années 1960 et 1970 à Sydney, en Australie, par les personnes trans comme un « nom pour une identité qu'ils partageaient », mais a dit que personne ne devrait assumer que Bornstein leur donnait la permission d'utiliser ce terme pour décrire qui que ce soit sans connaître d'abord le terme qu'il ou elle utilisait pour leur identité de genre[10]. Cristin Willians a revu les utilisations historiques du terme et a trouvé le premier cas publié en 1983, venant d'une communauté d'hommes homosexuels, et a exprimé ses doutes sur le fait que son origine soit antérieure[11].

En 2014, The Tranny Awards changea de titre pour The Transgender Erotica Awards, citant des retours de « la communauté transgenre adulte » comme raison pour cesser d'utiliser ce terme[12].

En 2017, l’algorithme contre les propos haineux de Facebook bloque les posts contenant ce mot, comme « dyke » (« gouine ») ou « fag » (« pédé »)[4]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « the definition of tranny », sur Dictionary.com (consulté le 1er mars 2018).
  2. Houghton Mifflin Harcourt Publishing Company, « The American Heritage Dictionary entry: tranny », sur ahdictionary.com (consulté le 1er mars 2018).
  3. (en) « GLAAD Media Reference Guide - AP, Reuters & New York Times Style », GLAAD,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2018).
  4. a et b (en-US) Dottie Lux et Lil Miss Hot Mess, « Facebook’s Hate Speech Policies Censor Marginalized Users », WIRED,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2018).
  5. (en) Roz Kaveney, « Why trans is in but tranny is out - the language of transgender », sur the Guardian, (consulté le 1er mars 2018).
  6. (en-US) Lance Bass, « Why We Shouldn't Use the Word 'Tranny' », sur Huffington Post, (consulté le 1er mars 2018).
  7. « GLAAD - GLAAD's Transgender Resource Page: FAQ & more », (consulté le 1er mars 2018).
  8. (en-US) J. Bryan Lowder, « The “Tranny” Debate and Conservatism in the LGBTQ Movement », Slate,‎ (ISSN 1091-2339, lire en ligne, consulté le 1er mars 2018).
  9. (en-US) JamesMichael Nichols, « RuPaul Responds To Controversy Over The Word 'Tranny' », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2018).
  10. « Who You Calling A Tranny? », sur Kate Bornstein Is A Queer and Pleasant Danger—this is her blog (consulté le 1er mars 2018).
  11. (en) « Tranny: An Evidence-Based Review », The TransAdvocate,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2018).
  12. (en) « 'Tranny Awards' Changes Its Name, Not Its Nature », Advocate,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2018).