Tours de Mons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Château de Mons
Image dans Infobox.
Présentation
Destination initiale
Tour de guet, résidence seigneuriale
Propriétaire
Propriété privée
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Haute-Savoie
voir sur la carte de la Haute-Savoie
Red pog.svg

Le château de Mons, dit tour/tours de Mons, est un ancien château du XIIIe siècle, situé à Vanzy, en Haute-Savoie (France). Ses vestiges sont devenus un site archéologique, inscrit au titre des monuments historiques en 1989[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le site archéologique est situé sur le hameau de Mons, sur la commune de Vanzy, dans le département français de la Haute-Savoie[2]. Le château s'élevait sur un butte au lieu-dit Martian[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le château de Mons permettait le contrôle de la vallée des Usses et de la région de la Semine[2]. Il est le siège d'une seigneurie, apparue vers la fin du XIIe siècle[3], ayant appartenu à la famille d’Arlod[2], vassale des comtes de Genève, et formant une branche cadette[4].

Certains historiens, et notamment la tradition locale, ont tenté de l'associer, tout comme les édifices de Châtel en Genevois, de Bassy, de Vallod et de Vallières sur Seyssel, de Piccaraisin ou encore de Jersaigne sur Frangy, aux « tours de César », en raison de la présence romaine dans la région[5],[6]. Ces tours et les châteaux ont pour la plupart été édifiés entre les XIIe et XIIIe siècles, probablement sur d'anciens édifices remontant au siècle précédent, sous réserve.

En 1281, un Guillaume d'Arlod est le premier seigneur connu de Mons[2], d'après un acte de reconnaissance de fief[3].

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1989[1].

Description[modifier | modifier le code]

La tour de Mons est de forme rectangulaire (10 m par 7 m)[2], datée de 1290[1]. Elle marque l'angle d'une ancienne cour également rectangulaire, dont « les angles du grand côté sont flanqués de tours rondes », datées du XIVe siècle[1].

La cour est organisée avec des dépendances, probablement « des granges, chènevier, four, cuvage »[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 366, « Vanzy - Châteaux ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Tours de Mons et éléments archéologiques qui s'y rattachent », notice no PA00118470, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a b c d e et f Histoire des communes savoyardes 1981, p. 366.
  3. a et b Art et archéologie en Rhône Alpes, Numéro 6, 1990, p.134.
  4. Léon Menabrea, « Des origines féodales dans les Alpes occidentales (Livre deuxième) », Memorie della Reale Accademia delle scienze di Torino, no XXIII,‎ , p. 21 (lire en ligne).
  5. Jules Vuy, Les franchises de Châtel en Genevois du 18 mars 1307 publiées, avec un avant-propos, Imprimerie et Lithographie Vaney, , 41 p. (lire en ligne), p. 14.
  6. Paul Dufournet, Pour une archéologie du paysage : une communauté agraire sécrète et organise son territoire : Bassy et alentours (Haute-Savoie et Ain), A. et J. Picard, , 397 p., p. 141.