Tour de la Commanderie Saint-Jean-du-Vieil-Aître

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tour de la Commanderie Saint-Jean-du-Vieil-Aître
Description de cette image, également commentée ci-après
La tour de la Commanderie
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Lieu Nancy
Compléments
Fondation Drapeau des chevaliers hospitaliers Hospitaliers XIIe siècle
Ordre de Saint-Jean de Jérusalem
Langue Langue de France

La tour de la Commanderie Saint-Jean-du-Vieil-Aître est le plus vieil édifice visible de Nancy. Datant du XIIe siècle, c'est l'un des rares monuments de style roman de la ville. La tour est le vestige d'une église qui avait été fondée par le duc Mathieu Ier, et qui fut détruite au milieu du XIXe siècle. Elle est propriété de la ville de Nancy depuis 1950.

Situation[modifier | modifier le code]

La tour de la Commanderie s'élève à l'ouest de la ville, près de la commune de Laxou, au 84, avenue Foch, au sein du quartier Poincaré - Foch - Anatole France - Croix de Bourgogne, à proximité immédiate de la place de la Commanderie, en dehors du centre-ville. Elle est restée jusqu'au XIXe siècle en dehors des murs de la cité ducale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mathieu Ier de Lorraine favorisa l'installation des hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans son duché. La commanderie est édifiée en 1140, en rase campagne, à proximité de l'étang Saint-Jean, entre Laxou et Nancy. Elle était entourée de quelques bâtiments dont une chapelle.

Ce lieu est historiquement connu pour avoir été le quartier général du duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, quand il assiégea Nancy d' à , avant sa défaite face à René II de Lorraine, lors de la célèbre bataille de Nancy.

Le nom de la commanderie rappelle également la présence d'un ancien cimetière (Vieil Aître) de l'époque mérovingienne. Durant la guerre de Trente Ans, la commanderie eut à subir les attaques suédoises. En 1633, lors du siège de Nancy par les troupes françaises du roi Louis XIII, une partie des édifices de la commanderie furent détruits.

Au XVIIIe siècle, il se tenait au pied de la commanderie la foire Saint-Jean ou foire aux cerises. Cette manifestation attirait une foule qui s'entassait dans des cabarets improvisés ou écoutait les récits des chanteurs de complaintes[1]. En 1795, la tour comme le reste de la commanderie est mise en vente comme bien national.

Lors des extensions urbaines de Nancy construites au cours du XIXe siècle, les bâtiments de la commanderie furent tous englobés au sein de nouveaux édifices, avant d'être détruits, à l'exception de l'ancien clocher.

Classement[modifier | modifier le code]

La tour a été inscrite aux monuments historiques par un arrêté du [2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

La dénomination « Vieil Aître » signifiait vieux cimetière[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Henry, Les ordres militaires en Lorraine, Éditions Serpenoise, Metz, 2006, (ISBN 2-87692-706-3)