Toupouri (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Toupouri.
Toupouri
Populations significatives par région
Autres
Langues toupouri
Religions christianisme, religion traditionnelle
Ethnies liées Kirdi

Les Toupouri sont une population d'Afrique centrale vivant au principalement au sud-ouest du Tchad et au nord du Cameroun, également au Nigeria. Ils font partie du groupe des Kirdi[1].

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources et le contexte, on observe de multiples formes : Doredjo, Ndore, Toubouri, Toupouris, Tpuri, Tuburi, Tupuri, Tupur, Tururi[2].

Langue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Toupouri (langue).

Ils parlent le toupouri. Le nombre de locuteurs était estimé à 229 000 dans les années 2000, dont 104 000 au Tchad (2006) et 25 000 au Cameroun[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Royaume toupouri de Doré.

Une série de photographies des Toupouri ont été prises au cours de la mission que l'officier et explorateur français Henri Moll mena notamment au Tchad et au Cameroun en 1905-1907[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) James Stuart Olson, « Tupur », in The Peoples of Africa: An Ethnohistorical Dictionary, Greenwood Publishing Group, 1996, p. 571 (ISBN 9780313279188)
  2. Source BnF [1]
  3. (en) « Fiche langue », sur Ethnologue
  4. Album de la Mission Moll, 1905-1907, Congo, Oubangui-Chari, Tchad, Cameroun, Gallica [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tchago Bouïmon, « Le mariage traditionnel Toupouri », in Tchad et culture, n° 120, février 1991, p. 16-17
  • Jean-Christophe Briffaud, Conséquences de la migration sur l'organisation spatiale Toupouri : l'exemple de Salmay (Nord Cameroun), Université de Montpellier, 1989 (Mémoire de Maîtrise)
  • Albert Djong-Yang, Crises et mutations agraires en pays Toupouri (République du Tchad), Université de Paris 10, 2004, 268 p. (Thèse)
  • Laoukissam Laurent Feckoua, Les hommes et leurs activités en pays Toupouri au Tchad, Université de Paris VIII-Vincennes, 1977, 407 p. (Thèse de 3e cycle)
  • Laoukissam Laurent Feckoua, « Le mariage en pays toupouri (Tchad et Cameroun) », in Daniel Barreteau (dir.), Le milieu et les hommes : recherches comparatives et historiques dans le bassin du Lac Tchad : actes du 2e colloque Mega-Tchad, Orstom, Bondy, le 3 et 4 octobre 1985, Orstom, Paris, 1988, p. 157-194
  • (en) Elisa Fiorio, « Orality and cultural identity : the oral tradition in Tupuri (Chad) », Museum international (Paris) 58 (1-2) n° 229-230, mai 2006, p. 68-75
  • Samuel Kleda (dir.), La sorcière et son fils : contes toupouri du Cameroun, L'Harmattan, 1991 (ISBN 2-7384-0852-4)
  • Christian Seignobos et Henry Tourneux, « Contribution à l’Histoire des Toupouri et de leur langue », in R. Nicolaï (dir.), Leçons d’Afrique : Filiations, ruptures et reconstitution de langues, Peeters, Louvain-Paris, 2001, p. 255-284, sur le site LLACAN (CNRS-INALCO)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :