Tore d'application

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Tore
image illustrant les mathématiques
Cet article est une ébauche concernant les mathématiques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

En mathématiques et plus particulièrement en topologie, le tore d'application, dit aussi mapping torus ou encore tore de suspension, d'un homéomorphisme d'un espace topologique est l'espace produit quotienté par la relation d'équivalence .

Propriétés[modifier | modifier le code]

  • Le tore d'un homéomorphisme de X est l'espace total d'un fibré sur S1, de fibre X.
  • Les tores de deux homéomorphismes f et g de X sont homéomorphes (et même isomorphes, en tant que fibrés) dès que f et g sont conjugués ou isotopes (dans le groupe topologique des homéomorphismes de X, muni de la topologie compacte-ouverte), ou plus synthétiquement : dès qu'il existe un chemin continu (ht)t∈[0,1] d'homéomorphismes de X tel que h1f = gh0.
  • Le tore d'un homéomorphisme f de X est l'espace des orbites de l'action de ℤ sur X×ℝ donnée par n∙(x, y) = (f n(x), y + n).

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Le tore de l'application identité de est le fibré trivial.
  • Si , le tore de est le tore T2 ou la bouteille de Klein, selon que conserve ou renverse l'orientation.
  • Le ruban de Möbius est le tore de l'homéomorphisme .

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]