Thomas Didillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Thomas Didillon
Image illustrative de l’article Thomas Didillon
Thomas Didillon avec la France U-20 au Tournoi de Toulon 2015
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Belgique Cercle Bruges KSV
Numéro 1
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (25 ans)
Lieu Seclin (France)
Taille 1,89 m (6 2)
Période pro. 2013 -
Poste Gardien de but
Pied fort Droit
Parcours junior
Années Club
2008-2013Drapeau : France FC Metz
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
2013-2018Drapeau : France FC Metz070 0(0)
2014-2015 Drapeau : Belgique RFC Seraing031 0(0)
2018-2020Drapeau : Belgique RSC Anderlecht046 0(0)
2020 Drapeau : Belgique KRC Genk006 0(0)
2020-Drapeau : Belgique Cercle Bruges KSV 0018 0(0)
Sélections en équipe nationale
AnnéesSélectionM (B.)
Flag of France.svg France -16 ans4 (0)
Flag of France.svg France -18 ans1 (0)
Flag of France.svg France -19 ans4 (0)
Flag of France.svg France -20 ans5 (0)
Flag of France.svg France espoirs 6 (0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 11 août 2020

Thomas Didillon, né le à Seclin, est un footballeur français évoluant au poste de gardien de but au Cercle Bruges.

Biographie[modifier | modifier le code]

FC Metz[modifier | modifier le code]

Repéré très jeune lors d'un stage d'été, il alterne durant une saison entre son club d'origine, l'APM Metz (après ses débuts à l'ES Metz) et le FC Metz avant de rejoindre définitivement le centre de formation de ce dernier.

Thomas Didillon[1] signe son premier contrat professionnel avec le FC Metz en mai 2013 mais joue avec l’équipe réserve en CFA tout au long de l’exercice suivant. Lors de la dernière journée, le club grenat étant déjà promis à la montée en Ligue 1 et au titre de champion, Albert Cartier, coach de l’époque, décide de le titulariser pour son premier match professionnel au Stade Lavallois.

La saison suivante, afin qu’il puisse obtenir du temps de jeu, il est prêté au club appartenant au président du FC Metz : le RFC Seraing, qui évolue en deuxième division belge. Il y disputera trente-et-une rencontres et réalise une très bonne saison en Belgique et termine à la quatrième place. Pendant ce temps, en France, le FC Metz vit une saison difficile en Ligue 1 et se retrouve relégué en Ligue 2 dès la saison suivante en terminant avant-dernier du championnat.

À son retour en Moselle, le club souhaite se séparer de ses deux premiers gardiens, Johann Carrasso et Anthony M’Fa et il se voit alors confier le titre de gardien numéro un du club à l’âge de 19 ans par le successeur d'Albert Cartier, José Riga. Pour l’exercice de Ligue 2 2015-2016, sa saison commence par la réception du RC Lens avec de beaux arrêts à son actif. Mais c’est lors de la deuxième journée sur la pelouse du FC Sochaux-Montbéliard, lors d'une victoire un but à zéro qu’il montre aux supporters messins tout son talent en faisant plusieurs parades décisives. Il est d'ailleurs élu homme du match pour sa prestation. Il est l'un des artisans de la montée du club mosellan en Ligue 1 en terminant troisième du championnat de Ligue 2.

C'est donc avec son club formateur qu'il découvre la Ligue 1 pour la première fois en 2016-2017. Lors de la saison 2017-2018, gêné par des problèmes physiques, notamment au dos, il perd sa place de numéro 1 au profit d’Eiji Kawashima[2].

RSC Anderlecht[modifier | modifier le code]

Le , FC Metz annonce son départ pour le RSC Anderlecht après dix années passées en Lorraine[3]. Il y dispute une saison 2018-2019 pleine mais est relégué au poste de deuxième gardien la saison suivante suite à l'arrivée de Hendrik Van Crombrugge lors du mercato d'été 2019.

En manque de temps de jeu, il est prêté avec option d'achat le jusqu’à la fin de saison au club du KRC Genk[4],[5]. Le , Genk annonce ne pas lever l'option d'achat, préférant miser sur un duo formé par l’expérimenté Danny Vukovic et Maarten Vandevoordt[6].

Il s'engage pour quatre ans en faveur du Cercle Bruges le [7].

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

En équipe nationale, Thomas Didillon joue toutes les catégories de jeunes[8] à partir des moins de 16 ans jusqu’au moins de 20 ans avec qui il remporte le Tournoi de Toulon 2015 en battant le Maroc lors de la finale et prenant part à trois matchs.

Le , il est convoqué pour la première fois avec les Espoirs par le sélectionneur Pierre Mankowski pour un match en Islande qualificatif pour l'Euro 2017.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Thomas Didillon au 11 août 2020[9]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B M B M B C M B M B
2013-2014 Drapeau de la France FC Metz Ligue 2 1 0 0 0 0 0 - - - - - 1 0
2014-2015 Drapeau de la Belgique RFC Seraing (prêt) Proximus League 31 0 0 0 - - - - - - - 31 0
2015-2016 Drapeau de la France FC Metz Ligue 2 27 0 0 0 0 0 - - - - - 27 0
2016-2017 Drapeau de la France FC Metz Ligue 1 32 0 0 0 0 0 - - - - - 32 0
2017-2018 Drapeau de la France FC Metz Ligue 1 8 0 0 0 2 0 - - - - - 10 0
Sous-total 99 0 0 0 2 0 0 0 - 0 0 101 0
2018-2019 Drapeau de la Belgique RSC Anderlecht Jupiler Pro League 40 0 0 0 - - - - C3 5 0 45 0
2019-2020 Drapeau de la Belgique RSC Anderlecht Jupiler Pro League 1 0 0 0 - - - - - - - 1 0
2020 Drapeau de la Belgique KRC Genk (prêt) Jupiler Pro League 6 0 - - - - - - - - - 6 0
Sous-total 47 0 0 0 0 0 0 0 - 5 0 52 0
2020-2021 Drapeau de la Belgique Cercle Bruges KSV Jupiler Pro League - - - - - - - - - - - 0 0
Sous-total 0 0 0 0 0 0 0 0 - 0 0 0 0
Total sur la carrière 146 0 0 0 2 0 0 0 - 5 0 153 0

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Thomas Didillon est champion de France de Ligue 2 en 2014 avec le FC Metz.

En sélection nationale[modifier | modifier le code]

Il remporte le Tournoi de Toulon en 2015 avec l'équipe de France des moins de 20 ans.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Thomas Didillon est détenteur d’un baccalauréat scientifique avec Mention Bien obtenu en 2013.

Il est devenu père d'un petit garçon du nom de Chad le [10].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Joueur de grande taille (1,93 m), qui lui permet de maîtriser les airs, il dégage un sentiment d’assurance, de puissance, et il aime jouer très haut, bien aidé par son sens du placement, de l’anticipation et un jeu aux pieds bien au-dessus de la moyenne. Explosif, il jaillit vite, lit bien les trajectoires et impressionne sur sa ligne[11].

Polémique[modifier | modifier le code]

Le , le gardien d’Anderlecht évoqua le terme Baraki pour préfacer le match entre son club et le rival historique du Standard de Liège sur le plateau de La Tribune. Ce mot wallon équivalent du mot beauf en français avait provoqué la colère des supporters du Standard de Liège. Le , jour du match, Thomas Didillon se fit chambrer par les supporters adversaires ainsi que par Paul-José Mpoku, joueur du club liégeois[12],[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La fiche de Thomas Didillon »
  2. « Officiel : Thomas Didillon quitte le FC Metz et rejoint Anderlecht », sur MaLigue2, (consulté le 27 septembre 2020)
  3. bcalabrin, « Bonne chance Thomas ! », sur Football Club de Metz, (consulté le 27 septembre 2020)
  4. « Thomas Didillon est loué par Anderlecht à Genk jusqu’à la fin de la saison », sur sudinfo.be, (consulté le 27 janvier 2020)
  5. « Didillon d'Anderlecht à Genk », sur jupilerproleague.be (consulté le 27 janvier 2020)
  6. « Genk ne lève pas l'option d'achat de Didillon, le gardien rentre à Anderlecht », sur RTBF Sport, (consulté le 27 septembre 2020)
  7. « Thomas Didillon quitte Anderlecht pour le Cercle Bruges », sur RTBF Sport, (consulté le 27 septembre 2020)
  8. « Fiche de Thomas Didillon », sur FFF.fr
  9. « Fiche de Thomas Didillon », sur footballdatabase.eu
  10. « FC Metz : Thomas Didillon n’attend pas » (consulté le 21 août 2016)
  11. « Cinq choses à savoir sur Thomas Didillon, le gardien du FC Metz retenu en équipe de France Espoirs », sur francefootball.fr,
  12. « "Baraki", Mpoku et le kop du Standard chambrent Didillon », sur rtbf.be (consulté le 28 janvier 2020)
  13. « Didillon: "Un mot belge ? 'Baraki' pour préfacer le match de dimanche" », sur rtbf.be (consulté le 28 janvier 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]