Thomas-Philippe d’Alsace de Hénin-Liétard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Hénin-Liétard.
Thomas-Philippe d'Alsace de Hénin-Liétard
Image illustrative de l'article Thomas-Philippe d’Alsace de Hénin-Liétard
Biographie
Naissance
Bruxelles
Ordination sacerdotale
Décès
Malines
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par le pape Clément XI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Cesareo in Palatio
Cardinal-prêtre de S. Balbina
Cardinal-prêtre de S. Lorenzo in Lucina
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Fonctions épiscopales Archevêque de Malines

Ornements extérieurs Cardinaux.svg
Blason gueules-bande or.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Thomas-Philippe d'Alsace de Hénin-Liétard (aussi connu simplement comme le cardinal d’Alsace), né le 12 novembre 1679 à Bruxelles et mort le 5 janvier 1759 à Malines a été archevêque du diocèse de Malines de 1715 à 1759. Il fut créé cardinal en 1719.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thomas Philippe fait ses études primaires et secondaires chez les jésuites, avant de faire de la philosophie à Cologne. Destiné à l’état ecclésiastique - il reçoit la tonsure dès l’âge de 11 ans - il est envoyé à Rome pour y faire des études de théologie. Il obtient le doctorat en théologie de l'université grégorienne le 28 août 1702. Il est ordonné prêtre peu après : le 15 octobre 1702.

De retour aux Pays-Bas, il est d’abord chanoine au chapitre de la cathédrale de Gand (1702), et bientôt vicaire général du même diocèse. Prélat domestique du pape Clément XI en 1712, il est pressenti pour devenir évêque d’Ypres, lorsque l’empereur Charles VI souhaite le voir nommer archevêque de Malines.

Le 19 janvier 1716, Hénin-Liétard est consacré à Vienne, évêque pour l’archidiocèse de Malines. Au consistoire du 29 novembre 1719 il est créé cardinal par Clément XI.

En 1742, le cardinal d'Alsace encouragea par écrit le mariage d'un prince avec sa lingère... Ce fut, selon le Journal du Comte de Calenberg, le grand scandale bruxellois de l'année 1743. L'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche fit interner pour cause de mésalliance, à la demande de ses parents, en forteresse d'Anvers le jeune marié pendant de longues années. Adrien Touron, le prélat de l'abbaye du Coudenberg qui les y a mariés, en est "mort de chagrin". On n'osa pas aller plus loin... Rentré en grâce en 1754 seulement, le prince fut réintégré dans ses fonctions de Grand-veneur[1].

Le cardinal d’Alsace meurt le 5 janvier 1759 à Malines (Belgique) après un cardinalat de 39 ans et 37 jours. Il est inhumé dans la cathédrale Saint-Rombaut de sa ville épiscopale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Dansaert, Les Grands-Veneurs de Brabant, L'Eventail, Bruxelles, 1930

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Dansaert, Les Grands-Veneurs de Brabant, Ed. L'Eventail, Bruxelles, 1930.

Liens externes[modifier | modifier le code]