Tholing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tholing
TholingMonastery.jpg
Monastère de Tholing.
Noms officiels
(zh-CN) 托林镇
(bo) མཐོ་ལྡིང་Voir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Région autonome
Préfecture (Chine)
Xian
Subdivisions
Arrondissement de Tuolinshe (d)
Q14305828
Q14305831Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
3 723 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Identifiants
Code postal
859600Voir et modifier les données sur Wikidata

Géolocalisation sur la carte : Région autonome du Tibet

(Voir situation sur carte : Région autonome du Tibet)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Chine

(Voir situation sur carte : Chine)
Point carte.svg

Tholing (tibétain : མཐོ་ ལྡིང་, Wylie : mtho lding, littéralement « haut lieu » ; chinois : 托林 ; pinyin : Tuōlín), dactylographié Tuolin ou Toding, alternativement aussi Zanda, Tsanda, Tsada ou Zada, est une ville et le siège du comté de Zanda, dans la préfecture de Ngari (ouest de la Région autonome du Tibet), en République populaire de Chine.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville est la capitale du royaume de Gugé, dans l'ouest du Tibet, lors de la gouvernance de l'empereur Langdarma.

Actuellement, c'est une ville militaire isolée, où une nouvelle rue bien aménagée a été tracée ; elle est dotée d'un bureau de poste et d'installations de télécommunication.

Le monastère de Tholing, établi en 997 après JC par Rinchen Zangpo sous le patronage des rois de Gugé[1], est situé dans les faubourgs de la ville, dans le grand canyon de la rivière Sutlej (Langchen Tsangpo). Historiquement, c'était un monastère important, d'où émana la deuxième diffusion du bouddhisme au Tibet.

A 18 kilomètres à l'ouest de Tholing, la citadelle de Tsaparang comporte le plus bel ensemble de ruines de l'ancien Royaume de Gugé.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lama Anagarika Govinda, Le Chemin des nuages blancs - Pélerinages d'un moine bouddhiste au Tibet, Albin Michel, 1996, p. 360.