Teder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Teder
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité

Henri-Charles Détré, dit Teder (Vincennes, 27 mai 1855- Clermont-Ferrand, 26 septembre 1918), est un martiniste, un occultiste et un franc-maçon français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il débute dans l'antimaçonnisme avec un livre intitulé Les apologistes du crime, dirigé contre la Maçonnerie écossaise, les Jésuites et les Catholiques. Arrivé en Belgique, il se fait expulser pour une affaire de chantage, et se réfugie en Angleterre où il rencontre John Yarker qui lui transmet ses titres de maçonnerie « irrégulière »[1].

À la mort de Papus, il dirigea brièvement l'Ordre martiniste, la section française du Rite de Memphis-Misraïm et de l’Ordo Templi Orientis et de 1916 à 1918 il sera le grand maître de la Grande Loge swdenborgienne de France[2]. Il composa le Rituel de l'Ordre Martiniste, initialement établi uniquement pour les dignitaires de l'ordre. C'est son ami Jean Bricaud qui le succèdera à la tête de l'Ordre Martiniste[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Neiges d'antan (folies poétiques), 1879
  • Les Apologistes du crime, suivis de Tuer n'est pas assassiner, par le colonel Silas Titus, traité politique récompensé par le roi Charles II, adopté par le cardinal de Retz, par les Jésuites, les francs-maçons écossais, traduit et annoté par Charles Détré, 1901 [4]
  • Origines réelles de la franc-maçonnerie. III. L'Irrégularité du G* O* de France, par le F* Teder, 1909
  • Rituel de l'Ordre Martiniste dressé par Teder, réédition : Paris, Téletès, 2016 [5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Serge Caillet, La Franc-maçonnerie swedenborgienne, Ed. de la Tarente, 2015, (ISBN 2-916280-24-3).
  2. Serge Caillet, La Franc-maçonnerie swedenborgienne, Ed. de la Tarente, 2015.
  3. Jean Bricaud, Notice historique sur le martinisme, Lyon, Édition des Annales initiatiques, 1935.
  4. Texte en ligne
  5. présentation en ligne