Supercontinent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La dérive des continents, à partir de la Pangée.

Un supercontinent est, en géologie, une masse continentale comprenant plus d’un craton. C’est le cas typiquement de l’Eurasie actuelle.

Toutefois communément, les paléogéographes emploient ce terme de supercontinent de façon plus restrictive pour désigner une masse continentale regroupant tous les continents actuels.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le plus ancien supercontinent connu, la Rodinia, se serait fragmenté il y a environ 750 millions d’années. Ces fragments se rassemblèrent au paléozoïque pour former la Pangée, qui se divisa ensuite en deux autres supercontinents, la Laurasia au Nord et le Gondwana au Sud.

Il semblerait que les supercontinents se forment par cycles, se rassemblant et se fragmentant par le jeu de la tectonique des plaques tous les 400 à 500 millions d’années : c'est le cycle de Wilson. Récemment, les professeurs Rogers et Santosh ont émis l’hypothèse de l’existence de la Columbia, un supercontinent encore antérieur qui se serait formé et divisé entre 1,8 et 1,5 milliard d’années.

Les géologues ont identifié dans les supercontinents un nombre important de masses continentales qui sont les nôtres aujourd'hui, mais ce ne sont là que des repères car le découpage actuel de nos masses continentales n'existe que depuis la dislocation de la Pangée et l'ouverture de l'Atlantique il y a 200 Ma[1].

Actuellement, on peut définir comme supercontinents l’Eurasie, l’Afrique–Eurasie (encore appelée Afro-Eurasie) et les Amériques.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les supercontinents bloquent le flux de chaleur provenant de l’intérieur de la Terre, ce qui provoque l’échauffement de l’asthénosphère et parfois l’apparition de phénomènes sismiques au sein de la lithosphère : des volcans se forment alors, le magma remonte et différents fragments du supercontinent s’écartent, ce qui conduit à sa dislocation. Le processus conduisant à la reformation des supercontinents est sujet à débat ; il est possible que les fragments dérivent autour du globe avant de se rejoindre ou qu’ils se rapprochent après s’être écartés pendant un temps.

Dans d’autres champs d’études (en histoire et géographie, par exemple), des masses continentales reliées par des isthmes peuvent être considérées comme des supercontinents, comme les Amériques et l’Afro-Eurasie, mais sans base géologique.

Liste de supercontinents[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de supercontinents.

Voici une liste de supercontinents supposés regrouper la quasi-totalité des terres émergées à leur époque, par ordre chronologique inverse :

  • Pangée ultime ou Amasie (250 à 300 millions d’années dans le futur).
  • Pangée (300 à 180 millions d’années).
  • Pannotia (600 à 540 millions d’années).
  • Rodinia (1,1 milliard à 750 millions d’années).
  • Columbia (1,8 à 1,5 milliard d’années).
  • Kenorland (2,45 à 2,10 milliards d’années).
  • Ur (3 milliards d’années, mais probablement pas un supercontinent, plus petit que l’Australie actuelle, mais probablement le seul continent de son époque).
  • Vaalbara, (~3,6 ou 3,3 milliards d’années) comprenant le craton du Kaapvaal et de Pilbara.

Quelques autres supercontinents, mais qui ne regroupèrent pas la quasi-totalité des terres émergées de leurs époques respectives :

Liste de continents[modifier | modifier le code]

Voici une liste de continents ou supercontinents et leur ère vraisemblable d'appartenance :

Continents hypothétiques futurs[modifier | modifier le code]

Continents de l'actuel Phanérozoïque[modifier | modifier le code]

Continents de l'actuel cénozoïque[modifier | modifier le code]

Les continents suivants, passés, sont désignés sous le vocable de paléocontinents.

Continents du Mésozoïque[modifier | modifier le code]

Continents du Paléozoïque[modifier | modifier le code]

  • Laurasie (~300 – ~60 millions d'années).
  • Supercontinent Pangée (~300 – ~180 millions d'années), formé au carbonifère de la collision des deux suivants :
  • Protogondwana, issu lui-même de la fragmentation de Rodinia.
  • Euramérique aussi appelée Laurussia (~430 – ~300 millions d'années).

Continents du Protérozoïque[modifier | modifier le code]

Lors du Néoprotérozoïque[modifier | modifier le code]

  • Supercontinent Pannotie (~600 – ~540 millions d'années).
  • Avalonia (~630-~540 millions d'années), cependant parfois considéré comme séparé plus tardivement de Gondwana, il y a environ 490 millions d'années.

Lors du Mésoprotérozoïque[modifier | modifier le code]

  • Supercontinent Rodinia (~1,1 milliard d'années – ~750 millions d'années).

Lors du Paléoprotérozoïque[modifier | modifier le code]

Continents de l'Archéen[modifier | modifier le code]

  • Supercontinent Kenorland (~2,7 milliards d'années).
  • Ur (~3 milliards d'années).
  • Komatii (3,475 milliards d'années).
  • Supercontinent Vaalbara (~3,6 milliards d'années).
  • Supercontinent Yilgarn (~3,8 milliards d'années).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Z.X. Li, D.A.D. Evans, J.B. Murphy, Supercontinent Cycles Through Earth History, Geological Society of London, (lire en ligne), p. 278.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ross N. Mitchell, Taylor M. Kilian & David A. D. Evans, « Supercontinent cycles and the calculation of absolute palaeolongitude in deep time », Nature, vol. 482,‎ , p. 208-211 (DOI 10.1038/nature10800, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]