Sully (croiseur cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sully.

Sully
Image illustrative de l’article Sully (croiseur cuirassé)
Le Gloire, sister-ship du Sully, en 1913.
Type Croiseur cuirassé
Classe Gloire
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Commanditaire Marine française
Chantier naval Forges et Chantiers de la Méditerranée, La Seyne-sur-Mer
Quille posée 24 mai 1899
Lancement 4 juin 1901
Statut Échoué et perdu dans la baie de Hạ Long, le 7 février 1905
Équipage
Équipage 612 officiers et marins
Caractéristiques techniques
Longueur 139,8 m
Maître-bau 20,2 m
Tirant d'eau 7,7 m
Propulsion 3 hélices
3 turbines à triple expansion
Puissance 15 300 kW (20 800 chevaux)
24 chaudières Belleville
Vitesse 21,5 nœuds (39,8 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage De 106 à 170 mm sur la coque
De 45 à 64 mm sur le pont
De 106 à 127 mm sur les cloisons
173 mm sur les tourelles
150 mm sur le château
Armement 2 × 1 canons de 194 mm
8 × 1 canons de 164 mm
6 × 1 canons de 100 mm
18 × 1 canons de 47 mm
2 TLT de 450 mm
Rayon d'action 12 000 milles nautiques à 10 nœuds
Carrière
Pavillon Pavillon national français France

Le Sully est un croiseur cuirassé français de la classe Gloire construit pour la Marine française au début des années 1900. Il a été nommé en l'honneur de Maximilien de Béthune, duc de Sully, l'un des principaux ministres du roi Henri IV. Sa carrière est éphémère : en 1905, huit mois seulement après sa mise en service, le navire heurte un rocher dans la baie d'Along, en Indochine, et est définitivement perdu.

Conception[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Classe Gloire (croiseur).
Plan des croiseurs cuirassés de la classe Gloire. Les zones ombrées représentent le blindage.

Les navires de la classe Gloire ont été conçus par l'ingénieur et architecte naval français Émile Bertin comme une version élargie et améliorée des croiseurs cuirassés de la classe Gueydon. Chaque navire dispose d'un équipage de 612 officiers et marins[1]. Le Sully mesure 139,8 m de long et 20,2 m de large, pour un tirant d'eau de 7,7 m[2] et un déplacement de 10 014 tonnes[1]. Le navire est propulsé par trois turbines à vapeur triple expansion entraînant chacune une hélice et alimentées par vingt-quatre chaudières à tubes d'eau de type Belleville. Ces turbines, capables de fournir une puissance totale de 20 800 chevaux (soit 15 300 kW) permettent au vaisseau d'atteindre une vitesse de 21,5 nœuds (39,8 km/h)[2]. Le Sully transporte également à son bord 1 620 tonnes de charbon[1] ce qui lui donne une autonomie de 12 000 milles nautiques à une vitesse de 10 nœuds (soit 22 000 km à 19 km/h)[2].

L'armement principal du Sully consiste en deux canons de 194 mm montés sur tourelle simple à l'avant et à l'arrière. Son armement intermédiaire se compose de huit canons de 164 mm, montés sur tourelle simple de chaque côté du navire pour quatre d'entre eux et les quatre autres dans des casemates. Il peut également se défendre contre les torpilleurs grâce à six canons de 100 mm installés dans des casemates et dix-huit canons Hotchkiss de 47 mm. Le croiseur cuirassé est en outre doté de cinq tubes lance-torpilles de 450 mm, dont trois au-dessus de la ligne de flottaison et les deux autres submergés[1].

Les navires de la classe Gloire sont protégés au niveau de la ligne de flottaison par une ceinture blindée de 170 mm d'épaisseur au milieu du vaisseau et de 106 mm à la proue et à la poupe. Au-dessus de la ceinture principale se situe une deuxième ceinture de blindage de 127 mm à mi-vaisseau et de 106 mm à chaque extrémité du navire[3]. Le pourtour du château est renforcé par 150 mm de blindage. Les tourelles principales sont recouvertes d'un blindage de 173 mm[2], ajusté à 120 mm pour les tourelles intermédiaires. Le pont inférieur blindé est protégé par des tôles de 45 mm d'épaisseur dans sa partie la plus faible mais le blindage peut grimper jusqu'à 64 mm à proximité des flancs du navire[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Sully est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne-sur-Mer le 24 mai 1899 et est lancé le 4 juin 1901. La construction du navire est achevée en juin 1904 et il est envoyé en Indochine française pour son premier voyage[4]. Le 7 février 1905, le Sully heurte un rocher dans la baie d'Along. Aucun membre d'équipage n'est blessé dans la collision et les canons ainsi que l'équipement sont renfloués, mais le croiseur cuirassé se brise en deux et son épave est abandonnée[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d French Armored Cruiser Sully 1968, p. 324 et 326.
  2. a b c et d Silverstone 1984, p. 80.
  3. a b et c French Armored Cruiser Sully 1968, p. 326.
  4. Silverstone 1984, p. 112.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]