Stura di Demonte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un cours d’eau image illustrant le Piémont
Cet article est une ébauche concernant un cours d’eau et le Piémont.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stura.
Stura di Demonte
La Stura di Demonte à Pietraporzio.
La Stura di Demonte à Pietraporzio.
Localisation de la rivière
Localisation de la rivière
Caractéristiques
Longueur 111 km
Bassin 1 471,8 km2
Bassin collecteur
Débit moyen 35,8 m3/s (Cherasco)
Régime pluvio-nival
Cours
Source Col de Larche
· Altitude 1 996 m
Confluence Tanaro
· Coordonnées 44° 39′ 04,04″ N, 7° 52′ 47,55″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de l'Italie Italie
Régions traversées Piémont Piémont

La Stura di Demonte est une rivière de la province de Coni (partie de la région du Piémont italien) entièrement inclus sur cette province. Sa partie à régime torrentielle (partie amont) se termine à Vinadio parcourant la vallée de la Stura di Demonte à partir de sa source qui borde la frontière française au col de Larche à 1 996 m. Sa longueur est de 115 km et son bassin versant de 1 579 km² avec un débit moyen de 36 m³/s.
Elle est le principal affluent rejoignant par sa rive gauche le Tanaro qui est affluent du (après la rivière Bormida second affluent).

A Roccasparvera se trouve un barrage . Près de Cuneo, elle est surplombée par l'imposant viaduc de Soleri (it) et y conflue avec son principal affluent, le torrent du Gesso (Vallée du Gesso) dont le débit moyen d' environ 21 m³/s qui double ainsi son volume d'eau. Elle poursuit vers Fossano par un défilé encaissé de plusieurs mètres par rapport au niveau du plateau de Cuneo. Elle rejoint Cherasco pour confluer ensuite par sa rive gauche le Tanaro.

Petits affluents amonts[modifier | modifier le code]

  • Rive droite les torrents de Puriac, le Rio-Freddo, le Corborant (it), le Sant'Anna ;
  • Rive gauche le Neirassa, le torrent Cant (it).

Hydronyme[modifier | modifier le code]

Deux voies d'interprétation de "Stura" se concurrencent :

  • En 2006 un chercheur affirme un lien de Stura avec une désignation commune d'un torrent. Exemple variante Estéron (Alpes Maritimes) [1]. En effet cette interprétation semble pertinente car en Italie on peut constater 6 occurrences de cette graphie, utilisée pour un hydronyme de cours d'eau à régime torrentiel.
  • En 1964 Guy Barruol, un historien qui a produit par ailleurs de très intéressant travaux, établi un lien entre ce nom Stura et l'époque pré-romaine où au chef-lieu la peuplade était nommé Tyrii/ Turi / Turri, affirmé par Pline[2]. À la fin du Ier siècle de notre ère, la civitas de Pedona Borgo San Dalmazzo était rattachée aux Alpes cottiennes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vocabulaires et toponymie des pays de montagne page 113 Robert LUFT Club Alpin Français de Nice – Mercantour, juillet 2006, version numérique en libre accès sur internet
  2. N. H., III, 47 et 135 ; inscription de la fin du Ier siècle de notre ère trouvée à Baalbeck[Où ?], mentionnée par Guy Barruol, Rigomagus et la vallée de Barcelonnette, actes du 1er congrès historique Provence-Ligurie, 1964, page 47,