Stéphen Bertrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Stéphen BERTRAND - Portrait (2013)
Stéphen BERTRAND (centre) avec les poètes James SACRE et Frédéric Jacques TEMPLE.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bertrand.
Stéphen Bertrand
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions
Prix Ilarie-Voronca (d) ()
Prix Max-Pol-Fouchet ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Stéphen Bertrand est un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1967 à Nîmes, où il passe son adolescence, il poursuit ensuite des études à Montpellier (Lettres Modernes, Didactique du Français Langue Etrangère et Sciences de l'Education). Il travaillera ensuite auprès des publics adultes non francophones en France et à l'étranger ainsi qu'avec les publics en situation d'illettrisme. Depuis une dizaine d'années il anime pédagogiquement le Centre de Ressources Illettrisme Alphabétisation du département de l'Hérault.

Stéphen Bertrand publiera notamment dans les revues Souffles[1], Europe, Autre Sud, ainsi que dans plusieurs anthologies éditées à l'occasion du Printemps des poètes (2019 et 2020, Bruno Doucey éditions)

C'est dans ses multiples voyages et rencontres (Argentine, Brésil, Chili, Afrique, Europe de l'Est) qu'il tire la « substance » de ses travaux poétiques, regroupés en divers recueils[1].

Ses « poèmes du proche et du lointain » ont en outre pour inspiration la « bogue noire des mines cévenoles » et la figure du taureau de Camargue[1]. La poésie de Stéphen Bertrand se manifeste à travers une écriture voyageuse, incarnée, qui s’affranchit des pièges des tourniquets de cartes postales, qui puise au paprika du ciel ses recettes solaires et trouve son sel dans les respirations de la terre, des bêtes, des plantes, sur les épaules des rencontres humaines et sur les livres émargés d’écume des mers…

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • Prix Arcadia Ville de Béziers 1998 pour Ce petit hameau du Mato grosso
  • Prix Ilarie-Voronca 2001 pour Ici la belle et immense table de la Pampa[1].
  • Prix Max-Pol-Fouchet 2007 pour Premiers dits du colibri[1].

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]