Souffles (revue française)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souffles.

La revue Souffles est une publication semestrielle de l'Association des Écrivains méditerranéens[1],[2] basée à Montpellier, fondée en 1942 dans la clandestinité par le poète Robert Marty (président jusqu'en 1983) et le poète et peintre Paul Bouges.

C'est l'une des plus anciennes revues françaises de poésie et la plus ancienne du Languedoc. Ses fondateurs, en créant la revue sous l'Occupation et en éditant ses quelques feuillets au moyen d'une presse familiale, ont voulu que prévale la liberté poétique en des époques de censure[3]. Jacques Gasc ( 1943-2010 )[4], poète montpelliérain - entré à l'âge de quinze ans à la Compagnie des Écrivains méditerranéens parrainé par Paul Bouges - succèdera à Robert Marty jusqu'en 2003. Jean-Pierre Védrines[5] en a été le directeur de 2003 à 2010. Après un intérim de Gaston Marty, Christophe Corp accède à la présidence des Écrivains méditerranéens en 2011 et redynamise la revue, en intégrant un important travail iconographique.

Chronologie des numéros de Souffles[modifier | modifier le code]

2018 Joseph Delteil, "Abracadabrantesque"[modifier | modifier le code]

Ce numéro paru en 2018 est un hommage rendu au poète-paysan Joseph Delteil, qui fit partie du mouvement surréaliste après le choc de son roman dadaïste « Choléra » qui suscita l’admiration de Breton qui définit Delteil lui-même comme "un acte de surréalisme absolu".Quarante ans après la disparition Joseph Delteil, la revue Souffles de Montpellier rend hommage à ce poète baroque et paléolithique, dont la patrie fut la Méditerranée, grâce aux témoignages exceptionnels de personnalités des Arts et des Lettres telles que Michel Onfray, Frabrice Luchini, Christian Bobin, Jean-Claude Drouot, Vénus Khoury-Ghata, James Sacré, Madeleine Attal… qui apportent leur contribution à un sacré numéro. Sans oublier la couverture spécialement créée par Christian Lacroix et l’entretien inédit avec Pierre Soulages sur son ami Delteil, dont la poésie est alchimie de l'instinct et du cœur, chemin d'énergie, célébration de la vie. Une publication qui est le fruit du travail passionné de bénévoles, tous amoureux de Delteil, auquel la revue dédie chaque année son Grand Prix de Poésie. Un numéro haut en couleurs (569 p., 73 illustrations couleur)  pour rendre hommage à au plus occitan des écrivains français, un poète singulier et rare, en un mot « abracadabrantesque ».

2017 "Bêtes et Bestioles"[modifier | modifier le code]

Elles nous ont précédés, certaines nous survivront. Comme nous éphémères entre deux déluges, elles ont beaucoup à nous dire. Leur origine, leur « génie » comme leur devenir nous interpellent. Ce bestiaire poétique réunit près de deux cents auteurs et artistes donnant libre cours à l’imagination, au gré des symboles et des mythes. Entrez dans l’univers singulier des animaux de Jean-Luc Parant, envolez-vous avec les oiseaux de Christian Lacroix, explorez l’imaginaire ophidien du grand poète espagnol Antonio Gamoneda (Prix Cervantès 2006), découvrez les mots-loups de Vénus Khoury-Ghata, les taureaux de combat de l’éleveur camarguais Gérard Granier ou « l’animal du parler » de James Sacré. Animaux, ils nourrissent nos mots !

2016 Décembre "Nourriture et Gourmandise"[modifier | modifier le code]

Aux fourneaux, une centaine d’auteurs, une vingtaine d’artistes contributeurs, émoustillant papilles et pupilles, en un numéro concocté aux petits oignons. Découvrez-y, entre autres, la « cuisine paléolithique » simple et sensuelle d’un Joseph Delteil, toute d’instincts sortie, du sein de dame Nature, en un retour vers le futur ; les paroles du grand chef parisien Éric Cloisel, spécialiste des produits de la mer, au verbe culinaire célébrant l’Art brut ; l’expérience poétique de Jean Foucault, cet homme qui parle aux pommes de terre ; ou encore la palette infinie des photographies de Jean-Baptiste Hugo, natures vives au-delà des mots. Le tout assaisonné des dessins rabelaisiens de Hubert Hentz alias Hubou, sur les traces palavasiennes de Dubout. Une alchimie faite de mets et de mots.

2016 Août "Mon Grand Dada"[modifier | modifier le code]

Ce numéro fait table rase de la poésie sage et dans un esprit d’avant-garde célèbre en 2016 le centenaire du mouvement DADA, né le 8 février 1916 à 18h, au Cabaret Voltaire de Zurich « lorsqu’il faisait presque nuit et qu’une main verte déposa sa laideur sur la page du Larousse en indiquant de manière précise DADA » ainsi que le raconte Tristan Tzara. L’homo ludens poète y crie « EXIT la poésie des intelléchiants ! », y prônant le Hasard et le Chaos rois. Dynamite pour art visuel, ce numéro en noir et blanc accueille l’artiste Pierre Pinoncelli, qui par deux fois a donné un coup de marteau dadaïste au célèbre urinoir de Duchamp… La prouesse typographique de cet ouvrage de poésie en fait un objet d’art incontournable !

2015 Juillet "Pays paysages et Trompe-l’œil"[modifier | modifier le code]

Au gré des paysages se dessine le « PAÏS », celui de la langue d’Oc, territoire poétique qui de Perpignan au Rhône façonne une conscience méditerranéenne une et multiple. A l’heure de la globalisation, du Languedoc devenu Occitanie, ce numéro invite à explorer la magie du paysage à travers une centaine d’auteurs et d’artistes. Prenant la clef des champs ou des villes, pour composer un pays de l’imaginaire, Marie Rouanet y célèbre le paysage circulaire d’Ensérune, dans la campagne biterroise, et « l’épaisseur du territoire» ; Maurice Chauvet y chante le pays de Montpellier et ses trompe-l’œil.

2015 Décembre "Ô fil de l'Eau"[modifier | modifier le code]

Invitation à l’eau dans tous ses états, ce numéro est une exploration poétique de cet élément essentiel à la vie, depuis la source des origines jusqu’aux confins océans, à l’heure où les déserts avancent. 128 auteurs, 18 plasticiens aux côtés de grands noms : Philippe Delaveau, Vénus Khoury-Ghata, Eric Orsenna, Boualem Sansal, Pierre Soulages. La poésie à l’écoute de l’eau, depuis les flots entraînant les flots, façonnant les terres et les temps, avant de jaillir dans les rêves.

2014 "Résister c'est Exister"[modifier | modifier le code]

Fer de lance des lucidités, la poésie est acte de résistance. Une centaine d’auteurs et d’artistes ravive ici toutes les formes de la parole insurgée. Voix d’ici ou d’ailleurs, comme celle du poète chilien Raul Zurita, torturé à 20 ans dans les geôles de Pinochet. Voix s’élevant contre ce qui opprime la pensée, le corps, la vie, pour que l’humain reste toujours debout. Imaginé un an avant, achevé d’imprimer peu après l’attentat contre Charlie Hebdo, ce numéro se constitue autour de la photo mythique de Jean Moulin, celle prise à Montpellier en 1939. Résister, c’est bien exister envers et contre tout ce qui porte atteinte à notre humanité !

Les numéros sont disponibles à la vente sur le site

Importance culturelle de la revue[modifier | modifier le code]

L'association Les Écrivains méditerranéens, dont la revue est l'émanation éditoriale, compta parmi ses collaborateurs les poètes : Frédéric Jacques Temple, Mohammed Dib, André Vinas, Mireio Dorian, Blaise Cendrars, André Valentin, Pierre Courtaud... Dans les années 1980, une vague de jeunes poètes contribue à donner un nouvel élan à la revue Souffles. Œuvrant avec Jacques Gasc, Jannick Rouger du Teil, Antoinette Dard-Puech, Claire Pascal-Brocardi, Marie-Pierre Benoît, Andre Valentin, Jacquy Gil, La CEM accueille cette nouvelle génération: Dominique Malheux, Marc Giroud, Jean-Michel Lhubac, Marie-José Fages-Lhubac, Martine Biard et Stéphen Bertrand, puis Jean-Luc Casadavall[6].

La ligne éditoriale de la revue Souffles s'adresse à tous les amis des lettres, poètes ou prosateurs. Fenêtre sur les Méditerranées, elle est un espace poétique qui veut contribuer au rayonnement de la poésie en Languedoc-Roussillon, un lieu d'échanges entre les poètes du monde, de la région et d'ailleurs. Elle invite aussi au dialogue de la poésie avec toutes les formes d'art. http://www.revuesouffles.fr/lassociation/presentation/[interprétation personnelle] Un esprit d'ouverture autant qu'un souci d'originalité et de qualité caractérisent la ligne éditoriale de la revue Souffles, une revue qui s'attache à être éclectique dans ses choix, en éditant des poètes ou des prosateurs confirmés mais aussi de nouveaux talents poétiques.[interprétation personnelle] En effet, « entre Souffles et de nombreux écrivains dont la qualité d'écriture ne trompe pas, il y a plus qu'une proximité géographique, il y a un territoire de vie où la parole poétique existe, se développe, s'enracine et résiste à cette course à la mondialisation qui conduit notre culture et nos vies vers un désastre innommable », affirme son ancien directeur, Jean-Pierre Védrines dans le numéro 229 de la revue[7].

Elle organise divers événements littéraires[8], dont des prix.

Les prix[modifier | modifier le code]

L'association décerne trois grands prix et trois prix spéciaux[9],[10],[11]par an, et présente les lauréats dans le numéro suivant de Souffles, avec des extraits de leurs œuvres. Par le biais de ces prix littéraires décernés chaque année, Souffles s'attache à faire découvrir de nouveaux talents poétiques.

Trois grands prix de la revue Souffles vont contribuer à changer sa présentation[modifier | modifier le code]

  • Le Grand Prix de poésie Joseph Delteil[12], destiné à couronner un manuscrit dont la sensibilité et l'écriture poétique suscitent une émotion esthétique profonde et durable[13].
  • Le Grand Prix de prose Gaston Baissette[14],[15], décerné à un recueil de textes (nouvelles, contes ou récits) originaux et présentant de réelles qualités d'écriture.
  • Le Grand Prix du Livre d'artiste de la ville de Montpellier[16],[17], attribué à un recueil de poésie ou prose poétique présentant une unité d'inspiration et de style.

Les trois prix spéciaux[modifier | modifier le code]

  • Le Prix du jeune auteur de poésie - Karl Bréheret[18], réservé à un recueil de poésie d'un jeune auteur de talent[19].
  • Le Prix Garcia Lorca de l'auteur dramaturge, qui récompense une œuvre théâtrale à caractère poétique.
  • Le Prix Éclat du texte court[20], décerné à un texte en prose témoignant d'une écriture et d'un imaginaire inscrits dans la fulgurance[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Description de la revue sur le site de l'association Mots Passants (2009)
  2. « Revue | De Souffles en Souffles », sur La pierre et le sel (consulté le 21 juin 2017)
  3. Ceci est tiré de la troisième de couverture du numéro 238-239, vol 71 de la revue, il y figure à chaque numéro un petit cadre qui décrit brièvement l'histoire de Souffles.
  4. Cf. Les seuils magnifiques. De la jeunesse à la maturité dans l'œuvre poétique de Jacques Gasc par Martine Biard. Préface de Jacquy Gil. Postface de Jean-Luc Casadavall. 224p, paru en 2013. Cf. Liens externes.
  5. la Maison des écrivains et de la littérature, Ligne 13 Communication, Gersende Hurpy, « Jean-Pierre Védrines / Maison des écrivains et de la littérature », sur www.m-e-l.fr (consulté le 21 juin 2017)
  6. « Présentation - Revue Souffles », Revue Souffles,‎ (lire en ligne)
  7. "La beauté du monde", Jean-Pierre Védrines, Souffles no 229, spécial Jean Joubert, 2010, réédition 2012
  8. « Soirée Dada organisée par la revue Souffles | Mélusine », sur melusine-surrealisme.fr (consulté le 21 juin 2017)
  9. Prix décernés en 2012
  10. Directeur de Publication Christophe Corp, L'arbre à souffles: Vol.72 - d'un souffle à l'autre, Souffles, (ISBN 9782900650608, lire en ligne)
  11. « Grand prix de poésie des Écrivains Méditerranéens et revue Souffles », sur http://francais.agonia.net
  12. « Prix littéraires - Revue Souffles », Revue Souffles,‎ (lire en ligne)
  13. Grand Prix Joseph Delteil remporté en 2012 par Catherine Boudet.
  14. « grand prix de prose gaston baissette : Sur la terre comme au ciel », sur tasvouluvoirlamer.midiblogs.com (consulté le 21 juin 2017)
  15. Mémoires de Guerre, « Baissette Gaston - Mémoires de Guerre », Mémoires de Guerre,‎ (lire en ligne)
  16. « Salon du Livre d’Artiste de Montpellier »
  17. Ville de Montpellier, « Comédie du Livre - Ville de Montpellier », sur www.montpellier.fr (consulté le 21 juin 2017)
  18. « CONCOURS DE POESIE DANS LE SUD », frontignan.bbfr.net,‎ (lire en ligne)
  19. Autrefois, prix René Béguin.
  20. Association C.R.I.S, « Présentation - La Femme tiroir - Wedia - mise en scène Wedia, - theatre-contemporain.net », sur www.theatre-contemporain.net (consulté le 21 juin 2017)
  21. « Blog », sur www.gaelem.com (consulté le 21 juin 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]