Square Roger-Stéphane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Square Roger-Stéphane
Image illustrative de l’article Square Roger-Stéphane
Vue du square.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Paris
Arrondissement 7e
Quartier Saint-Thomas-d'Aquin
Superficie 1 438 m2
Histoire
Création 1933
Ancien(s) nom(s) Square Récamier

Le square Roger-Stéphane (appelé square Récamier de son inauguration en 1933 au 22 octobre 2008) est un square du 7e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Le site est accessible par le 7, rue Récamier.

Il est desservi par la ligne (M)(4) à la station Saint-Sulpice, par les lignes (M)(10)(12) à la station Sèvres - Babylone et par les lignes de bus RATP 63 68 83 84.

Odonymie[modifier | modifier le code]

À sa création en 1933, le square prend le nom de la rue qui y mène, la rue Récamier, qui rend hommage à Juliette Récamier. La rue porte ce nom parce qu'elle s'étend sur le terrain où se trouvait autrefois le couvent de l'Abbaye-aux-Bois où Juliette Récamier s'est retirée pour terminer ses jours.

Il fut rebaptisé au nom du journaliste et résistant Roger Stéphane (1919-1994) par le maire de Paris Bertrand Delanoë le 22 octobre 2008 à l'issue d'un long débat entre la mairie centrale et les riverains qui étaient hostiles au changement de nom et appuyés par un avis négatif (no 2007-164) du conseil d'arrondissement présidé par Michel Dumont.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le square d'une surface de 1 438 m2 a été inauguré en 1933. Il n'a guère été modifié depuis, seule la perspective a été fermée par la construction d'immeubles, derrière, dans les années 1970.

Description[modifier | modifier le code]

Le square Récamier est situé au bout du cul-de-sac de la rue Récamier, entre deux immeubles haussmaniens.

Il se présente comme un jardin aux terrasses fleuries de lilas japonais. On y trouve une fontaine, un bassin en cascade, un immense hêtre pleureur, des plantes telles que des rhododendrons, des magnolias, des pervenches, des chèvrefeuilles, des bruyères dans une architecture vallonnée.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]