Square d'Ajaccio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Square d'Ajaccio
Image illustrative de l’article Square d'Ajaccio
Géographie
Pays France
Commune Paris
Arrondissement 7e
Quartier Invalides
Coordonnées 48° 51′ 27″ nord, 2° 18′ 53″ est

Le square d'Ajaccio, anciennement square des Invalides, est un square du 7e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Il longe le côté nord-est de l'hôtel des Invalides.

Le site est accessible par le 127, rue de Grenelle.

Il est desservi par la ligne (M)(13) à la station Varenne et par les lignes de bus RATP 63 73 83 84 94.

Historique[modifier | modifier le code]

Il est créé par Adolphe Alphand, comme le square Santiago-du-Chili voisin. Il comprend de nombreux arbres (marronniers, platanes d'Orient centenaires, tulipier de Virginie, magnolia), massifs de fleurs, buis, fusains, viornes, aucubas, troènes ou encore arbustes fleuris[1].

« Il y a quelque quarante ans, les horlogers de la rue de Grenelle avaient coutume de régler leurs pendules sur le passage d'un promeneur, dont chaque jour ramenait, à la même heure, la silhouette familière et grave. Comme jadis Emmanuel Kant sur les remparts de Kœnigsberg, Hippolyte Taine allait, de son ermitage de la rue Cassette au square des Invalides, rêver devant l'arbre que Maurice Barrès, dans une page fameuse, appelle “l'arbre de M. Taine”.

C'est ce souvenir que les amis du philosophe ont voulu rappeler en choisissant le square des Invalides pour y placer un modeste monument. […]

Telles sont les raisons dont s'est inspiré le comité qui vient de se former pour l'érection d'un monument Taine au square des Invalides, et qui a pour président M. Paul Bourget, pour secrétaire M. Victor Giraud. Le trésorier en est M. Edmond Fouret, de la librairie Hachette. […] »

— Henry Bordeaux, Revue des Deux-Mondes, 15 avril 1930.

Le square a été récemment rénové et une aire de jeux a été aménagée[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Émile-André Boisseau, La Défense du foyer (1887), groupe en marbre.
  • Monument à Hippolyte Taine, orné d'un médaillon en bronze sculpté par Oscar Roty, 1931. La stèle porte l'inscription : « A LA / MEMOIRE / DE / HIPPOLYTE TAINE / 1828-1893 / CAUSASRERUM ALTISSIMAS / CANDIDO CONSTANTI ANIMO / IN PHILOSOPHIA HISTORIA LITERIS / PERSERUTATUS / VERITATEM UNICE DILEXIT »[2],[1].
  • Monument au général Gouraud, statue anonyme en pierre (1899).
  • La statue en bronze Un ancêtre, d'André Paul Arthur Massoulle, dont le modèle en plâtre a été exposé au Salon de 1882, a été envoyée à la fonte sous le régime de Vichy.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Square d'Ajaccio », paris.fr, consulté le 25 juillet 2019.
  2. « Monument à Hippolyte Taine, Paris (75007) », e-monumen.net.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :