Spina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Spina bifida.
image illustrant l’archéologie image illustrant l’Émilie-Romagne
Cet article est une ébauche concernant l’archéologie et l’Émilie-Romagne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Spina
Plan de la cité étrusque de Spina, ici au Palazzo Schifanoia, le Musée archéologique de Ferrare
Plan de la cité étrusque de Spina, ici au Palazzo Schifanoia, le Musée archéologique de Ferrare
Localisation
Pays Drapeau de l'Italie Italie
province de Ferrare province de Ferrare
Émilie-Romagne Émilie-Romagne
Coordonnées 44° 41′ 33″ nord, 12° 05′ 33″ est
Altitude 2 m

Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne

(Voir situation sur carte : Émilie-Romagne)
Spina
Spina
Histoire
Époque Période archaïque étrusque
Internet
Site web [1]
Sources
[2]

Spina est un site archéologique du littoral adriatique situé sur le territoire de la commune italienne d'Ostellato dans la province de Ferrare.

Origines de la cité[modifier | modifier le code]

Selon Verrius Flaccus, Tarchon de Tarquinia aurait fondé une dodécapole étrusque dans la plaine padane, ensemble de douze cités parmi lesquelles Spina dans le delta du Pô. D'après d'autres auteurs antiques, cette cité aurait été un comptoir maritime grec, ce qui chronologiquement n'est pas incompatible avec la précédente hypothèse et correspond à la connaissance archéologique du site.

Connaissance archéologique et habitat humain du site[modifier | modifier le code]

Les datations archéologiques les plus hautes des artéfacts retirés font remonter l'urbanisation du lieu au VIe siècle av. J.-C. avec un apogée au IIIe siècle av. J.-C., comme en témoigne l’abondance de céramiques et dépôts funéraires de cette période révélée par les fouilles des nécropoles de la cité. L'inventaire archéologique du site fait apparaître Spina comme une place de commerce maritime gréco-étrusque[3] de première importance. Son port relié à la mer Adriatique par un canal dérivé du voyait débarquer des marchandises et voyageurs provenant de l'Europe septentrionale, des côtes africaines et de Grèce avec laquelle Spina semble avoir entretenu des liens très étroits.

L'inventaire des artéfacts funéraires datés du IIIe siècle av. J.-C. atteste d'une occupation celtique du site contemporaine de la présence des Lingons dans le delta du Pô. Au début du Ier siècle Spina fut submergée et devint une cité engloutie légendaire…

Historique des fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

En 1922 des travaux d'assainissement permettent de dégager les premières nécropoles (Valle Trebba), le dégagement des vestiges de l'antique cité de Spina devant attendre les interventions archéologiques de la seconde moitié du XXe siècle. De nombreux objets de grande valeur issus des fouilles de Spina sont exposés au musée archéologique national de Ferrare, également dénommé musée de Spina.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Histoire du site archéologique de Spina au Palazzo Schifanoia, Musée archéologique de Ferrare », (consulté le 21 août 2016)
  2. (en) Luisa Banti, Etruscan Cities and Their Culture, University of California Press, , 322 p. (lire en ligne), pages 10 et 11
  3. Grégor-Charles Bleunven, La Cité étrusque de Spina, Talence : École d'architecture et de paysage de Bordeaux, 2004.


Lien externe[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sibylle Von Cles-Reden, traduction de Monique Bittebierre et Henri Daussy, Les Étrusques, Artaud, 1962
  • R. Pic, « Spina : une cité gréco-étrusque engloutie » in Archéologia, no 297 p. 16-23
  • Tony Hackens, « Spina et l'Étrurie padane », L'antiquité classique, vol. Tome 29, no fascicule 2,‎ , pages 407-412 (DOI 10.3406/antiq.1960.3487, lire en ligne)
  • (it) Serena De Luca De Marco, « Le anfore commerciali delle necropoli di Spina », Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, vol. tome 91, no 2,‎ , pages 571-600 (DOI 10.3406/mefr.1979.1206)
  • (it) Paolo Enrico Arias, « Contributo a Spina etrusca », Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot, vol. tome 61,‎ , p. 25-44 (DOI 10.3406/piot.1977.1559, lire en ligne)
  • (it) Lorenzo Zamboni et Carla Buoité, « Le officine mutevoli : Analisi spaziale e riesame delle evidenze produttive nel porto adriatico di Spina (VI-III sec. a.C.) », British School at Rome,‎ (lire en ligne)